7 mars 1524

Verrazane explore la côte nord-américaine

Traduction en Anglais

Le 7 mars 1524, une trentaine d'années après les voyages de Christophe Colomb, le navigateur Jean de Verrazane aborde la côte américaine au niveau de l'actuelle Caroline du Nord. C'est le premier contact officiel d'un Européen avec le territoire des futurs États-Unis (exception faite de la Floride, abordée par les Espagnols en 1513).

Né aux environs de Florence en 1485 sous le nom de Giovanni da Verrazzano, le navigateur est entré l'année précédente au service du roi de France François 1er, dont l'intérêt pour les explorations a été éveillé par les succès des navigateurs espagnols et portugais.

 Il a reçu du roi mission de découvrir une voie maritime permettant de gagner l'Asie des épices en contournant le continent américain par le Nord-Ouest (autrement dit le Nord du Canada actuel).

À cet effet, il est parti de Dieppe avec un équipage normand et une caravelle, La Dauphine, armée par son ami Jean Ango.

De l'Hudson au Saint-Laurent

Verrazane remonte donc la côte américaine vers le nord, jusqu'à une rivière qu'il baptise Vendôme et qui sera plus tard appelée Hudson.

À son embouchure naîtra un siècle plus tard la ville de New York. Le navigateur baptise cet endroit Terre d'Angoulême en l'honneur du roi de France François 1er, ex-duc d'Angoulême. 

Verrazane poursuit sa route vers Terre-Neuve. Sur une carte datée de 1529, il représente l'embouchure du Saint-Laurent et lui donne le nom de Nova Gallia. C'est la première évocation connue de la Nouvelle-France (le Québec actuel), dont Samuel de Champlain jettera les fondations en 1608.

Étant remonté encore plus haut, Jean de Verrazzane découvre qu'il n'existe pas de passage du Nord-Ouest, ou du moins que celui-ci est caché sous les glaces et impraticable. Il repartira néanmoins pour une ultime exploration aux frais d'un consortium privé.

Le pont Verrazano entre Brooklyn et Staten Island (DR)Il se fera tuer et dévorer par des cannibales sur une île des Antilles.

Quant à François 1er, déçu par l'« échec » de Verrazane et empêtré dans ses guerres d'Italie, il se détournera des explorations pendant 10 ans avant de reporter ses espoirs sur Jacques Cartier.

Il reste de l'exploit du Florentin un détroit et un pont suspendu qui perpétuent sa mémoire à l'embouchure de l'Hudson, entre Brooklyn et Staten Island.

Ysaline Homant
Le passage du Nord-Ouest

En 1519-1522, Magellan et Sébastien Del Cano réussissent pour le compte de l'Espagne à contourner le continent américain par le sud et accomplissent un premier tour du monde.

Français et Anglais voudraient prendre leur revanche en ouvrant une route commerciale encore plus courte vers les pays asiatiques, la Chine, le Japon et les Indes, riches en épices et en soieries. Ils se mettent en tête de chercher un passage maritime pour contourner le continent américain par le nord-ouest. Commandités par le roi d'Angleterre, les Génois Jean et Sébastien Cabot échouent dans leur tentative mais révèlent aux Européens les immensités mystérieuses de l'Amérique du nord.

Le roi de France François 1er et l'armateur Jean Ango sollicitent à leur tour Verrazano pour qu'il parte à la recherche du passage du Nord-Ouest. Celui-ci échoue à son tour de même que Jacques Cartier, dix ans plus tard.

La quête de ce passage, à travers les étendues glacées du Nord canadien, va continuer cependant d'exciter les convoitises des armateurs jusqu'à nos jours ! C'est qu'il s'agit de la voie la plus courte entre l'Europe et l'Asie, avec d'énormes profits à la clé. De nombreux navigateurs y laissent la vie. Parmi eux l'amiral britannique John Franklin et ses compagnons, prisonniers des glaces en 1847 et morts de faim, de scorbut ou d'intoxication au plomb à cause des aliments en conserve ! Le Norvégien Amundsen réussit le premier à relier le Pacifique à l'Atlantique. Son expédition dure trois ans, de 1903 à 1905. Mais elle restera sans lendemain jusqu'au siècle suivant... Le nôtre !

Le réchauffement climatique et la fonte accélérée des glaces ont pour effet collatéral de dégager les détroits canadiens qui entourent la baie d'Hudson. Le passage du Nord-Ouest, entre Atlantique et Pacifique, est désormais devenu une réalité. Faut-il s'en réjouir ?

Publié ou mis à jour le : 2019-05-14 13:38:18

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net