Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 2 novembre 1917

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

2 novembre 1917

La Déclaration Balfour


Balfour et Churchill pendant la Grande GuerreLe 2 novembre 1917, en pleine guerre mondiale, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord Balfour, publie une lettre où il indique que son gouvernement est disposé à créer en Palestine un « foyer national juif ».

Cette lettre ouverte n'a pour les Anglais d'autre intérêt que de rassurer les juifs américains, plus portés à soutenir les Puissances centrales qu'une alliance où figure la Russie au passé lourdement antisémite. Mais elle va légitimer trente ans plus tard la création de l'État d'Israël.

Adressée au baron de Rothschild, la lettre a été en fait rédigée en étroite concertation avec ce dernier, qui préside l'antenne anglaise du mouvement sioniste, promoteur de l'installation des juifs en Palestine.

Les juifs dans la Grande Guerre

Au début de la Grande Guerre, les juifs combattent loyalement dans les armées de leur pays respectif. Toutefois, ceux qui vivent aux États-Unis, pays neutre, ne cachent pas leur sympathie pour les puissances centrales, l'Allemagne et l'Autriche, plus tolérantes que la Russie et même la France à l'égard du judaïsme !

À mesure que l'Europe s'enfonce dans la guerre, chaque camp tente de rallier un maximum de soutiens, au prix parfois de tractations secrètes que la morale réprouve. Il en va ainsi du traité secret de Londres avec l'Italie.

En 1916, les Français et les Anglais concluent les accords secrets Sykes-Picot, du nom de leurs signataires, en vue de se partager les futures dépouilles de l'empire turc, allié des puissances centrales, notamment la Syrie, la Palestine et l'Irak. Dans le même temps, les Britanniques n'ont pas de scrupule à promettre au chérif Hussein qui gouverne La Mecque tous les territoires arabes sous occupation turque.... y compris Palestine et Syrie. Le colonel T.E. Lawrence, animé par son amour de l'Orient arabe, fait son possible pour mettre en oeuvre cette promesse. Il y gagne le surnom de « Lawrence d'Arabie ».

Le summum de l'hypocrisie est atteint avec la déclaration Balfour destinée à rallier les communautés juives en leur promettant de façon vague, non pas un État mais un « foyer national juif » en Palestine.

Six semaines plus tard, le 9 décembre 1917, le général britannique Robert Allenby entre à Jérusalem sans coup férir. Son armée, venue d'Égypte, compte trois bataillons juifs. C'en est donc fini d'onze siècles de domination musulmane sur la Ville sainte, arabe puis turque (mis à part l'intermède croisé).

Les malentendus de la paix

Avec la fin de la Grande Guerre, les Alliés ont, comme prévu, le plus grand mal à concilier leurs promesses aux uns et aux autres. La Société des Nations (SDN), à peine née, reconnaît la déclaration Balfour. Elle fait de la création d'un « foyer national juif » en Palestine l'un des principaux objectifs du mandat confié aux Britanniques.

Fayçal, fils du défunt chérif de La Mecque et compagnon d'armes de T.E. Lawrence, ne voit pas d'inconvénient à une cohabitation des Palestiniens avec les colons juifs. Il signe dans ce sens un accord avec le représentant des sionistes, Chaïm Weizmann, le 3 janvier 1919 à Akaba. Mais il exige en parallèle que soit reconnue sa souveraineté sur le monde arabe.

Fayçal, comme tous les nationalistes arabes, rêve de reconstituer un empire arabe dont la capitale serait Damas ou à tout le moins d'une « Grande Syrie ». Il réunirait le Proche-Orient, de la Méditerranée à l'Euphrate. Ce rêve se volatilise lorsque la France chasse Fayçal de Damas et met la main sur la Syrie et le Mont Liban, conformément aux accords Sykes-Picot. Fayçal doit se contenter du trône d'Irak, sous la tutelle britannique.

Dans l'ancienne province ottomane de Palestine germe alors l'idée d'une nation palestinienne.

Les Arabes commencent à s'en prendre aux implantations juives mais ils ne pourront empêcher la fondation de l'État d'Israël le 14 mai 1948. Le conflit entre l'état hébreu et ses voisins arabes ne semble pas près de cesser 80 ans après.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-11-02 17:23:34

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 7 commentaires sur cet article

JEAN LOUIS (02-11-201015:56:20)

Ce texte affirme des choses inexactes et n’en fait pas ressortir d’autres essentielles.
Il est faux que « cette lettre ouverte n’a ... d’autre intérêt que de rassurer les juifs américains ».
La déclaration fut l’aboutissement d’un long processus autour du sionisme tel qu’initié par Herzl, et longuement développé par Chaïm Weizmann en Angleterre. Les juifs américains ne furent pas partie prenante dans cette politique. Ils furent consultés en fin de parcours et de manière marginale.<... Lire la suite

edzodu (01-11-201021:24:37)

Avec le recul du temps, nous ne pouvons que constater le caractère ambigu de la diplomatie britannique depuis toujours. Tant en ce qui concerne notre pays et les territoires que les Anglais avaient obtenus par le mariage de Aliénor d'Aquitaine, produisant la guerre de cent ans, que l'esprit de conquête des pays d'Afrique ou de l'Inde entres autres, mais surtout le désir hégémonique de conserver après la mise en geôle de Napoléon Bonaparte tous "ses territoires". N'hésitant pas, à des compromissi... Lire la suite

bernard (29-10-200608:06:31)

Toutes les pesonnes qui aujourd'hui se disent juives ont-elles tous leurs ancêtres (père et mère) qui soient aussi d'origine juive certaine. Pas sûr.
Les juifs rêvent d'une terre à eux suite, entre autre, aux persécutions qu'ils ont pu subir dans leur terre de naissance. Cela ne leur donne pas le droit de persécuter à leur tour les gens qui vivent depuis leur naissance comme nombre de leurs ancêtres sur la terre qu'ils veulent s'approprier.
Dans les temps très anciens, très reculés... Lire la suite

François SOW (28-08-200610:57:53)

Bonjour,
Je ne suis pas antisémite, étant à moitié sénégalais j'aurais bonne mine.
Ce qui me choque dans la "déclaration Balfour" est de deux ordres :
1)L'un des "buts de guerre" 1914-1918 n'était évidemment pas de créer un embryon d'état juif en palestine.
2)Comment l'un des belligerants a-t-il pu ainsi proposer la disposition d'une terre qui ne lui appartenanit pas, d'autant qu'en 1916 (signature des accords "Sykes-Picot") personne ne savait qui gagnerait la guerre,... Lire la suite

Houart Francis (18-08-200623:21:39)

Pourquoi parler d'état hébreu ? Vous connaissez une ambassade de l'état hébreu ?
Les hébreux ont disparus, il y a quelques milliers d'années.
Vous viendrait il à l'idée d'appeler l'Espagne, l'état celtibère ?
L'hébreu est leur langue, c'est tout.

olivier liétard (12-08-200612:38:38)

Puisque crimes il y a aujourd'hui, après tant de crimes hier, la question est : à qui profite le crime ? En d'autres termes, plus fouillés, quel pouvait bien être l'intérêt de Lord Rothschild pour qu'il suscite la déclaration Balfour ? I leave it to your thoughts, comme ces derniers auraient pu vous le dire. Pour ma part, ma conviction est faite depuis bien longtemps... diviser pour mieux régner, ou de l'art de mettre la pagaille partout pour que personne ne s'occupe plus du noeud du problème.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quelle occasion est créée l'Inquisition ?

Réponse
Publicité