2 août 1802 - Napoléon Bonaparte devient Consul à vie - Herodote.net

2 août 1802

Napoléon Bonaparte devient Consul à vie

Le 2 août 1802, les citoyens français se rendent aux urnes pour répondre à la question qui leur est posée par plébiscite : « Napoléon Bonaparte sera-t-il Consul à vie ? ».

Reconnaissance populaire

Le général Napoléon Bonaparte s'était emparé du pouvoir par le coup d'État du 18 Brumaire et avait pris le titre de Premier Consul, mettant un terme à l'instabilité de dix ans de révolution.

Il s'était aussitôt engagé dans la remise en ordre du pays, la pacification religieuse et la pacification aux frontières. Mais l'attentat de la rue Saint-Nicaise, le 24 décembre 1800, lui avait rappelé que les royalistes, à droite, et les Jacobins, à gauche, n'étaient pas disposés à le laisser tranquille.

En signant la paix d'Amiens avec l'Angleterre le 25 mars 1802, puis le concordat avec le pape le 8 avril suivant, Bonaparte s'acquiert une immense popularité dans le pays. Il veut en profiter sans tarder pour renforcer son pouvoir et le pérenniser.

Son entourage, en particulier le vicomte François de Chateaubriand et le marquis Louis de Fontanes, le persuadent d'instaurer une nouvelle légitimité dynastique pour clore la Révolution et couper court aux complots royalistes. L'un et l'autre sont reconnaissants au Premier Consul d'avoir rétabli la paix religieuse... mais ils se fâcheront plus tard avec lui et rallieront Louis XVIII.

Le 6 mai 1802, l'assemblée du Tribunat, dévouée au Premier Consul, demande un témoignage de reconnaissance nationale à son égard. Le Sénat, réticent et influencé par Sieyès, se contente de le réélire pour dix ans... Bonaparte, déçu, ne se satisfait pas de ce cadeau.

Finalement, le Conseil d'État décide de consulter le peuple par plébiscite. Une immense majorité de citoyens se prononcent en faveur du Consulat à vie: plus de 3.500.000 oui contre 8.374 non (dont ceux de La Fayette et de quelques républicains).

Il faut dire que le scrutin n'est pas secret. Chacun signe sur un registre, soit celui du oui, soit celui du non. Il est prévu de brûler les registres après le scrutin pour éviter des représailles...

Il ne reste plus qu'à mettre en forme la volonté populaire en modifiant la Constitution. C'est chose faite avec le sénatus-consulte du 16 thermidor An X (4 août 1802), aussi appelé « Constitution de l'An X ». Il fait de Bonaparte un Premier Consul à vie, accroît ses pouvoirs déjà immenses et lui donne qui plus est le droit de désigner son successeur !

Bonaparte devient un monarque absolu sans en avoir le titre, avec plus de pouvoirs que Louis XIV lui-même !

Despotisme éclairé

En « despote éclairé », il met dès lors son talent au service de la paix civile et fait aboutir les immenses réformes préparées par le régime précédent du Directoire :

- refondation d'une administration centralisée (qui s'est perpétuée presque intacte jusqu'à nos jours),

- réorganisation de l'enseignement et création des lycées par la loi du 11 floréal An X (1er mai 1802),

- création d'une monnaie stable, le franc germinal, et relance de l'activité économique,

- promulgation du Code Civil...

Par un décret du 19 mai 1802, Bonaparte crée aussi l'ordre de la Légion d'Honneur pour récompenser les citoyens méritants. Mais cette mesure irrite passablement les anciens révolutionnaires qui y voient le germe d'une nouvelle noblesse.

Le 30 Floréal An X (20 mai 1802), le Premier Consul rétablit l'esclavage dans les colonies après qu'il ait été aboli par la Convention huit ans plus tôt. Il y est poussé par les milieux d'affaires coloniaux et par sa femme, Joséphine de Beauharnais, issue d'une riche famille créole de la Martinique, les Tascher de la Pagerie.

Vers un remodelage de l'Europe

À l'extérieur, le Premier Consul consolide les conquêtes de la France sur la rive gauche du Rhin et resserre les liens avec les petits États d'Allemagne et la Suisse.

La Diète de Francfort, qui réunit des représentants de toutes les principautés allemandes, vote le 25 février 1803 un recès (terme qui désigne une décision de la Diète) par lequel elle réduit de 360 à moins de 80 le nombre d'États du Saint Empire romain germanique. C'est la ruine des traités de Westphalie de 1648 qui avaient divisé l'Allemagne pour le plus grand profit de la France ! À cet émiettement, Bonaparte préfère un nombre restreint de principautés inféodées à Paris.

Aux représentants de la Suisse, le Premier Consul impose par ailleurs le 25 février 1803 la signature d'un Acte de médiation qui met fin aux errements de la période révolutionnaire.

L'horizon s'assombrit

Mais, très vite, l'horizon s'assombrit. Les rapports avec l'Angleterre se tendent lorsque celle-ci refuse d'évacuer Malte comme convenu. Les Français, de leur côté, s'installent sans façon à Anvers, irritant les Anglais qui regardent ce port flamand comme essentiel à leur prospérité. La paix d'Amiens est dès lors rompue.

De provocation en provocation, on en arrive à un ultimatum de Londres, le 26 avril 1803, exigeant des Français l'évacuation de la Hollande et de la Suisse. Les ambassadeurs sont rappelés et le 22 mai 1803, la France déclare officiellement la guerre à l'Angleterre. Tous les Anglais présents sur le sol français sont aussitôt arrêtés.

Pour pourvoir aux besoins de la guerre à venir, le Premier Consul vend la Louisiane aux jeunes États-Unis. Il fait une croix également sur l'île de Saint-Domingue, qui s'est insurgée suite au rétablissement de l'esclavage et a arraché son indépendance sous le nom de Haïti.

Les Anglais, en attendant de réunir une coalition contre la France, se proposent quant à eux de réveiller l'agitation royaliste dans le pays même.

Publié ou mis à jour le : 2015-07-25 17:29:36

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès