27 février 1844 - Naissance de la République dominicaine - Herodote.net

27 février 1844

Naissance de la République dominicaine

Le 27 février 1844, quarante ans après l'indépendance d'Haïti, la population créole de la partie orientale de l'île, de langue espagnole, profite d'une grave crise politique pour s'émanciper.

C'est ainsi que naît la République dominicaine (República Dominicana), aussi appelée Saint-Domingue (Santo Domingo), du nom de sa capitale. D'une superficie de 49 000 km2, elle occupe les deux tiers de l'île d'Hispaniola.

Au contraire de sa voisine, la nouvelle république s'ouvre très largement à l'immigration européenne dans le désir avoué de « blanchir » sa population (à l'époque du nazisme, elle sera le seul pays du Nouveau Monde à proposer d'ouvrir ses portes aux Juifs européens).

Ses premières années d'existence sont marquées par des coups d'État et une grande instabilité politique. En mars 1861, Saint-Domingue étant menacée d'invasion par Haïti, le président Santana remet ses pouvoirs à l'ancienne métropole, au gouvernement de Madrid. Cas unique d'un État qui revient librement à son ancien statut de colonie. L'indépendance est restaurée en 1865 au terme d'une brève guerre de Restauration.

Suite à une banqueroute, en 1905, les États-Unis prennent le contrôle des finances publiques. Leurs troupes occupent même le pays de 1916 à 1924, comme à la même époque, Haïti !

Rafael Leónidas Trujillo Molina (24 octobre 1891, San Cristóbal - 30 mai 1961, Saint-Domingue)L'instabilité politique prend fin avec la prise de pouvoir du colonel Rafael Trujillo en 1930. Il restera à la tête du pays, avec le titre de Bienfaiteur (« Benefactor » !), jusqu'à son assassinat le 30 mai 1961.

Sous sa férule et celle de ses successeurs, Saint-Domingue va accomplir des progrès notables en économie (agriculture, tourisme) comme dans le domaine social.

Aujourd'hui, grâce à la stabilité politique et au tourisme, les Dominicains, au nombre d'environ 10 millions, jouissent d'un niveau de vie très supérieur à celui des Haïtiens (aussi nombreux). C'est au point que nombre de ceux-ci traversent la frontière pour travailler dans les plantations dominicaines, dans des conditions proches de l'esclavage.

Publié ou mis à jour le : 2019-02-26 17:39:50

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net