Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 19 mars 1687

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

19 mars 1687

Mort tragique de Cavelier de la Salle


Le 19 mars 1687, René-Robert Cavelier de La Salle, est tué par un de ses compagnons au terme d'une expédition dans la région du Mississippi.

Cinq ans plus tôt, le 9 avril 1682, il avait pris possession de cet immense territoire au coeur de l'Amérique du nord et l'avait baptisé Louisiane. De retour en France, il avait aussitôt manifesté le désir de repartir en exploration...

Mésentente

Après beaucoup d'hésitations, le roi Louis XIV confie à Cavelier de la Salle une nouvelle mission : fonder un établissement aux bouches du Mississippi.

La Salle quitte La Rochelle le 1er août 1684 avec quatre vaisseaux, le Joly, une frégate de 36 canons, et trois barques de transport, la Belle, l'Aimable et le Saint-François. Il emmène avec lui trois cents personnes, une centaine de soldats, six religieux, une douzaine de femmes, quelques enfants et deux neveux.

René Robert Cavelier de la Salle (gravure du XVIIe siècle)Il entre dans le Golfe du Mexique 58 jours plus tard et relâche à Saint-Domingue. Il perd le Saint-François pris par des flibustiers et repart vers son objectif mais, suite à une erreur sur la longitude, il dépasse le delta du Mississippi sans le savoir.

C'est ainsi qu'il touche terre début janvier 1685 dans une baie de la côte du Texas moderne qu'il appelle baie Saint-Bernard, devenue depuis la baie Matagorda, située entre les villes modernes de Corpus Christi et de Houston, à environ 150 km au nord-est de la première et 200 km au sud-ouest de la seconde.

L'atmosphère est lourde, le capitaine de Beaujeu qui commande la flotille est hostile à La Salle. Après deux mois de recherche d'un site d'installation, il débarque l'explorateur, les membres de son expédition et tout leur équipement, ne leur laissant qu'un petit navire, La Belle. Un autre, l'Aimable, s'est échoué quelques jours auparavant.

Abandon

De Beaujeu rentre en France le 12 mars avec Joly, le dernier navire disponible, sans espoir de retour. Il laisse derrière lui une petite colonie d'environ 180 personnes, diminuée par la maladie et le découragement.

La Salle fait construire un camp et lance ensuite la construction d'un fort. Il explore la côte avec la Belle et une trentaine d'hommes, toujours en quête de l'embouchure du Mississippi, tandis que son fidèle Joutel commande le fort Saint-Louis avec une colonie réduite à 34 hommes, femmes et enfants.

La Salle passe encore plus d'une année à chercher le Mississippi tout en voyant sa colonie fondre à vue d'oeil, autant en raison de conditions de vie insalubres que des difficultés résultant de la rencontre de bandes indiennes pas toujours amicales.

Après avoir perdu la Belle qui s'est échouée dans la baie de Matagorda, il se décide à aller chercher du secours en Nouvelle-France, au nord du continent nord-américain ! Il part avec plusieurs compagnons mais, exténués et fatigués des errances de leur chef et de ses exigences, des mécontents l'attirent dans une embuscade, le tuent le 19 mars 1687 et se dispersent.

Les autres membres du groupe, au nombre de sept, achèvent l'impossible voyage à pied jusqu'au fort Saint-Louis des Illinois et rejoignent la civilisation.

Oubli

L'expédition de La Salle ayant échoué, Louis XIV et son entourage ne s'occupent désormais plus que des guerres européennes et la Louisiane sort de leurs pensées.

Cependant, la petite colonie de fort Saint-Louis du Texas a survécu jusque vers le milieu de l'hiver 1688-89. Elle a été en définitive attaquée par des Indiens Karankawa qui ont massacré les survivants sauf cinq enfants, qui furent emmenés par les femmes de la tribu.

De leur côté, les Espagnols du Mexique voisin cherchaient La Salle et sa colonie française pour l'anéantir mais n'avaient pas encore localisé le fort français.

En mars 1689, le général et gouverneur Alonso de León découvre les ruines du fort Saint-Louis et constate le massacre. Il revient l'année suivante pour brûler les bâtiments encore debout et enterrer les huit canons de fer qu'il trouve dans le fort. Il apprend la présence de Français dans des tribus indiennes de la région et les retrouve. Il s'agit de deux des meurtriers de La Salle. Emmenés à Mexico, ils finiront en prison.

Des enfants également récupérés seront emmenés à Mexico. Trois deviendront soldats dans l'armée espagnole et seront capturés par un navire français peu après. Deux d'entre eux deviendront interprètes au service des expéditions du Français-Canadien Pierre Le Moyne d'Iberville, le fondateur de la Louisiane. C'est par eux que l'on apprendra comment a fini le fort Saint-Louis.

Dès lors, la présence française dans les abords de ce qui deviendra le Texas moderne sera assurée par les passages successifs de hardis explorateurs et négociants, dont le plus célèbre fut un autre Français-Canadien, Louis Juchereau de Saint-Denis.

Les Français présents au Texas

Le site de l'expédition de La Salle tombe dans l'oubli, restant seul marqué sur les cartes françaises comme «lieu de l'établissement de M. de La Salle».

À partir de 1978, l'archéologue J. Barto Arnold III (Texas Historical Commission) se met à la recherche de l'épave de la Belle. Il la découvre en juillet 1995, gisant dans 12 pieds d'eau boueuse, près de la Baie Matagorda, avec un détecteur de résonance qui localise ce qui se révèlera être un canon de bronze donné à La Salle pour son expédition par le Comte de Vermandois, Amiral de France, identifié grâce aux inscriptions gravées sur le dessus et toujours enfermé dans les flancs de la Belle.

C'est le début de la résurrection du site des exploits malheureux de La Salle et le départ d'un engouement des Américains pour les premiers colons européens établis sur la côte du Texas. Un fonds est accumulé grâce à de nombreux donateurs, un coffre est aménagé autour du site pour le mettre à sec et excaver les restes du navire qui sont abondants.

En octobre 1996, on découvre le site présumé du Fort Saint-Louis avec l'exhumation des huit canons enterrés par Alonso de León en 1690. En février 1998, nouvelle émotion avec la découverte d'une épave que l'on croit être celle de l'Aimable, mais un démenti est publié en août 1998. Il s'agit de l'une des 38 épaves historiques de la baie Matagorda. Les recherches se poursuivent et l'État du Texas prend en main avec les collectivités locales concernées l'exploitation des reliques sous formes d'expositions dans divers endroits.

On estime qu'il faudra encore près de dix ans pour la mise en oeuvre de cet important site à des fins éducatives et touristiques, avec un budget de 2 millions de dollars.

Bibliographie

Les détails cités dans ce texte sur l'expédition de La Salle et le destin de la petite colonie peuvent être retrouvés dans l'ouvrage de Robert S. Weddle, The French Thorn - Rival explorers in the Spanish Sea, 1682-1762, Texas A and M University Press, College Station, 1991, 435 pages.

Camille Vignolle.

Publié ou mis à jour le : 2016-03-18 18:14:09

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot bicoque ?

Réponse
Publicité