Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
Les débuts du septième art
La première projection publique des frères Lumière
• 9 mai 1893 : Edison fait son cinéma
• 22 mars 1895 : les frères Lumière se donnent en spectacle
• 28 décembre 1895 : première séance publique du 7e Art
• 8 février 1915 : Naissance d'une Nation... et d'Hollywood
• 5 février 1921 : Le Kid, premier long métrage de Charlot
• 10 janvier 1926 : sortie de Métropolis
• 26 janvier 1926 : naissance de la télévision
• 6 octobre 1927 : sortie du premier film parlant
• 18 novembre 1928 : révélation de Mickey Mouse
• 5 septembre 1940 : Le Juif Süss à la Mostra de Venise
• 20 septembre 1946 : le 1er festival de Cannes
•  7 septembre 1953 : Singing in the rain, première comédie musicale
• 15 novembre 1956 : Love Me Tender impose Elvis Presley
• 28 novembre 1956 : Et Dieu créa la femme...
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

15 novembre 1956

«Love Me Tender» impose Elvis Presley comme chanteur


Dès huit heures du matin, ce jeudi 15 novembre, la foule assiège le cinéma Paramount de New York. La première du film Love Me Tender n’aura lieu que dans plusieurs heures ? Peu importe ! Elvis Presley, qui chante ce jour-là à Las Vegas, sera absent ? Tant pis ! Les fans sont là, et entendent bien assurer le triomphe du premier long métrage tourné par leur idole.

Une chanson fait tout le succès du film

Le succès, à vrai dire, est assuré. Pas tellement grâce au scénario, tiré d’un roman de Maurice Geraghty, The Reno Brothers, qui donna d’ailleurs au film son titre originel. A la fin de la Guerre de Sécession, trois des quatre frères Reno, Vance, Brett et Ray s’emparent de 10.000 dollars représentant la solde des soldats yankees. Ils rentrent chez eux, mais pour découvrir que leur cadet, Clint, a épousé Cathy, la fiancée de Vance qu’elle croyait mort au combat. La tension monte entre les frères, mais la morale sera sauve grâce au sacrifice de Clint, interprété par Elvis, qui s’effacera devant son aîné… L’interprétation n’est pas non plus bouleversante, puisque les acteurs vedettes sont Richard Egan et Debra Paget.

Non, ce qui rend les responsables de la 20th Century Fox si confiants, c’est que la chanson vedette du film se vend depuis deux mois comme des petits pains. Très exactement depuis le 9 septembre, date à laquelle Elvis est enfin passé dans The Ed Sullivan Show, la plus importante émission télévisée de variétés, diffusée sur CBS. Ed Sullivan, choqué par les déhanchements jugés lascifs du rocker, avait pourtant déclaré : « Je n’inviterai jamais Presley dans aucun de mes shows », mais il dut se raviser devant l’ampleur du phénomène.

Ce soir-là, devant l’acteur Charles Laughton qui remplace au pied levé Ed Sullivan, blessé dans un accident de voiture, Elvis interprète ses deux grands succès du moment, Hound Doget Don’t Be Cruel, et fait découvrir aux téléspectateurs Love Me Tender. L’effet est immédiat : les standards téléphoniques de CBS sont saturés, et les disquaires submergés de commandes dès le lendemain.

Comme quoi les producteurs du film avaient eu du nez : deux jours après le début du tournage, le 24 août, Elvis avait enregistré cette ravissante ballade. Immédiatement, ils avaient tranché : le film ne s’appellerait plus The Reno Brothers, mais bel et bien Love Me Tender. Dommage que leurs homologues français n’aient pas été aussi bien inspirés, et aient infligé à la version française un titre lourd et creux à la fois : Le Cavalier du Crépuscule

Avec cette chanson, Elvis devient le patron incontesté de la vague rock’n roll qui déferle sur l’Amérique, et bientôt sur le monde. Sa voix lui avait déjà permis de faire la synthèse entre le Rhythm and Blues, d’inspiration noire, et la musique Country, essentiellement blanche puisque venue des refrains paysans de la vieille Europe. Love Me Tender lui permet de jeter un autre pont, cette fois entre les générations, car il démontre que le rocker un peu voyou sait aussi se faire crooner et tendre séducteur. De quoi commencer à rassurer les parents et les très puissantes ligues de vertu américaines.

Quant au film, pas plus que les trente autres tournés par Elvis, il ne restera dans les annales du 7ème Art. Mais peu importe : grâce à lui, une étoile était née…

Gérad Gachet, Valeurs actuelles (4 août 2006)

Épisode suivant Voir la suite
• 28 novembre 1956 : Et Dieu créa la femme...

Publié ou mis à jour le : 2015-12-31 12:45:13

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qu'a découvert Galilée avec sa lunette astronomique ?

Réponse
Publicité