Luigi Mascilli Migliorini

Fan de Napoléon

Octobre 2004 : auteur d'un Napoléon inédit (traduction française, Perrin, 2004), Luigi Mascilli Migliorini témoigne du jeu de miroirs entre les événements et la perception qu'en ont les contemporains. L'Histoire en est le résultat. Né à Naples il y a 52 ans, Luigi Mascilli Migliorini enseigne aujourd'hui l'Histoire moderne à la Faculté de Sciences Politiques de la ville (Université "l'Orientale"). Il a publié en 1984 Le mythe du héros, France et Italie après la chute de Napoléon (traduction française, 2002, Editions du Nouveau Monde).

L'historien Luigi Mascilli Migliorini vient de publier un Napolon indit (Perrin). Cette biographie atypique montre la formation de la lgende napolonienne.

Passionn par le mythe du hros, l'auteur nous dit comment l'empereur des Franais est devenu une rfrence incontournable pour tous les Europens du XIXe sicle en qute de grandeur.

– Quel sentiment inspire Napolon vos compatriotes italiens ?

– L'Italie, sachez-le bien, aime et a toujours aim Napolon... la diffrence de la plupart des autres pays europens (Russie, Espagne...).

D'une part parce qu'il est d'origine gnoise, donc italienne, et s'est toujours montr l'aise dans ses rapports avec les habitants de la pninsule; d'autre part parce qu'il a permis l'Italie d'entrer rapidement dans la modernit en renversant les structures anciennes et en diffusant les ides de la Rvolution.

J'ajoute que Napolon a pu jouer en France le rle que l'on sait du fait de son ct italien, tranger l'esprit franais.

Edgar Quinet et Chateaubriand disent de faon diffrente la mme chose : la Rvolution, sous le Directoire, tait devenue si complique que les Franais seuls n'auraient pu la terminer. Il y fallait un Italien de Corse (Chateaubriand) ou un condottiere (Edgar Quinet)!

– N'y a-t-il pas lieu de dplorer que Napolon ait dvoy la Rvolution et tu tant de gens pour si peu de rsultats ?

– Je ne crois pas qu'il soit permis de rcrire l'Histoire. Je prfre m'interroger sur ce que Napolon a pu apporter l'Histoire et se rendre ainsi ncessaire.

Ds les guerres d'Italie, en 1796-1797, Bonaparte a eu la prescience d'un grand jeu plantaire. Fallait-il, comme certains dirigeants du Directoire le souhaitaient, mettre un terme la Rvolution et ses guerres et se replier derrire les frontires naturelles ? Cela revenait laisser le reste de la plante la Grande-Bretagne.

Ne fallait-il pas plutt btir un systme continental capable de contrecarrer les ambitions britanniques ? C'est la voie qu'a choisie Bonaparte, contre l'avis du Directoire, en signant en octobre 1797 le trait de Campoformio avec l'Autriche. Cette voie a dbouch sur une impasse en 1808, lorsque Napolon 1er a renonc offrir la Russie et l'Autriche de se payer sur le dos de l'empire ottoman.

On convient que Napolon n'aurait pas t possible sans la Rvolution mais a contrario, la Rvolution n'aurait pu se conclure sans Napolon.

Cette Rvolution, qui s'est produite au coeur de l'Europe, dans sa partie la plus riche et la plus cultive, menaait de dboucher sur un chec, un coup pour rien, aprs la Terreur et la chute de Robespierre.

Napolon, sans ide prconue, en se laissant guider par les vnements et la ncessit, a stabilis la Rvolution en installant son pouvoir personnel, sous la forme du Consulat puis de l'Empire. Il a men la Rvolution son terme jusqu' puisement.

Certains thurifraires de l'empereur distinguent le Napolon civil (franc germinal, Code civil, concordat...) du Napolon conqurant. Cela n'est pas srieux tant les deux sont indissociables au regard de l'Histoire, Napolon ayant, par ses conqutes, diffus dans toute l'Europe l'hritage rvolutionnaire.

– A quoi rime la lgende napolonienne ?

– Napolon a fait rver les Europens. Il a forg l'imaginaire de ses contemporains, en bonne partie de faon volontaire (Bulletins de la Grande Arme, Mmorial de Sainte-Hlne). En retour, par un singulier jeu de miroirs, cet imaginaire a agi sur les Europens et orient leurs actions.

En crivant il y a 20 ans Le mythe du hros, j'ai dcouvert quel point Napolon avait t l'inspirateur du romantisme europen.

Dans une socit en voie de scularisation, o la religion n'tait plus un guide privilgi, son destin a tmoign aux yeux des potes romantiques de ce qu'il tait possible un mortel de conjuguer la ralisation de soi avec un chec.

L'empereur, issu de la petite noblesse, a insuffl dans la bourgeoisie rvolutionnaire un peu de l'esprit aristocratique d'Ancien Rgime, y compris la fascination de la guerre. En rcuprant grce lui d'anciens matriaux historiques (geste chevaleresque, fastes de cour, hrosme guerrier...), elle s'est invente une pope et donn un destin.

La fascination de la guerre a perdur tout au long du XIXe sicle. Elle a convaincu les Europens de la lgitimit de leur droit de conqute. Elle a finalement dbouch sur les horreurs de la Grande Guerre.

Propos recueillis par Andr Laran
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

Aucune réaction disponible

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net