3 octobre 2010 - Pétain, entre coup de pub et Histoire - Herodote.net

3 octobre 2010

Pétain, entre coup de pub et Histoire

Le 3 octobre 2010, 70e anniversaire du premier statut des Juifs, des journaux ont fait leur Une avec un brouillon de ce document-clé de la Collaboration. Le texte dactylographié porte des annotations manuscrites qui tendent à aggraver la marginalisation des juifs français.

Le document a été diffusé par l'ancien chasseur de nazis Serge Klarsfeld, avocat et historien, qui l'aurait reçu de mains anonymes quelques jours plus tôt. Devançant l'avis de graphologues et d'historiens qualifiés, il a certifié que les annotations étaient de la main du maréchal Pétain.

L'historien israélien Alain Michel, spécialiste de la Shoah, rappelle ci-après que ce document n'apporte rien de neuf même s'il devait être prouvé que ses annotations sont de la main du maréchal...

«Le principal argument des défenseurs de Pétain était de dire qu'il avait protégé les juifs français. Cet argument tombe», a déclaré notamment Serge Klarsfeld. En tant qu'historien travaillant sur cette période, je ne peux être que frappé par les inexactitudes qui ont entouré la découverte du document, tant dans la présentation des faits que dans leur analyse.

Pétain vu par Robert Aron (1954)

Rappelons en premier lieu que l'antisémitisme de Philippe Pétain est connu depuis belle lurette. En ce domaine au moins, le Maréchal a devancé les exigences de l'occupant allemand plutôt qu'il ne s'y est soumis.

L'historien Robert Aron cite dès 1954 le témoignage de Paul Baudoin : «Le 1er octobre. Long Conseil des Ministres, de 17h à 19h45, où pendant deux heures est étudié le statut des Israélites. C'est le Maréchal qui se montre le plus sévère. Il insiste en particulier pour que la Justice et l'Enseignement ne contiennent aucun Juif» (Histoire de Vichy, page 210, 1954).

Robert Aron montre dans le même ouvrage que le statut des juifs est une initiative de Vichy, dont «l'élaboration... commence au début d'août 1940» (page 209). Il produit aussi une protestation de Vichy lorsque le gouvernement français apprend, en septembre 1940, que les Allemands vont publier une ordonnance concernant les Juifs de la zone occupée, et il commente : «Cette note inédite apparaît très révélatrice de l'attitude initiale du gouvernement français à l'égard de la question juive : il juge un statut des Juifs nécessaire, mais ne veut pas laisser aux Allemands l'initiative dans ce domaine.» (page 210).

Certes, l'historiographie a progressé depuis Robert Aron, mais le cadre global est connu depuis plus de 50 ans : autonomie de l'initiative de Vichy et antisémitisme réel de Pétain.

Quelle valeur accorder au document ?

En admettant que les notes soient effectivement de la main du Maréchal, cela ne nous dit pas comment et quand ce document a été utilisé.

Serge Klarsfeld pense que toutes les notes expriment l'opinion de Pétain. Mais on peut très bien concevoir qu'il s'agit du document de travail utilisé au cours du Conseil des Ministres du 1er octobre 1940 et que Pétain y ait ajouté aussi bien ses propres idées que celles résultant des interventions d'autres présents.

Le fait que ce document soit hors-contexte, sans référence aucune, a pour conséquence qu'il est quasiment inutilisable sur le plan historique, puisque son usage se réduit à des hypothèses qui ne pourront jamais être confirmées.

Bien distinguer Statut des Juifs et Solution finale

Surtout, le document ci-dessus ne dit rien sur la protection ou non donnée par Vichy aux juifs français dans les mois et les années suivantes.

En octobre 1940, quand est promulgué le 1er statut des juifs, nous sommes dans le contexte d'un antisémitisme français essentiellement différent du racisme nazi. À la date du document, la Solution finale n'a pas encore été mise en place et il n'est nulle part question d'un danger physique pour les juifs, en tout cas pour ceux de nationalité française.

Nous ne pouvons donc tirer de ce document aucune conclusion quant à la position du gouvernement de Vichy presque deux ans plus tard, lorsqu'il devra faire des choix quant à son attitude et à sa collaboration dans le domaine des déportations.

Alain Michel, historien israélien et rabbin.

[Vos commentaires]

L'auteur : Alain Michel

Alain Michel Alain Michel, né en France, habite depuis plus de trente ans en Israël. Rabbin, éditeur et historien, il est spécialiste de la Shoah et a créé et dirigé pendant de nombreuses années les séminaires francophones pour enseignants de Yad Vashem à Jérusalem.

Son livre Vichy et la Shoah (2ème édition 2015, éditions Elkana) a ouvert de nouvelles perspectives historiographiques et un vif débat sur la Shoah en France.

Publié ou mis à jour le : 2012-06-21 07:35:48

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès