L'Histoire en troisième

L'URSS de Staline

La Russie change du tout au tout avec le coup de force d'Octobre 1917 de Lénine et des bolcheviques (plus tard appelés communistes). Le monde sidéré découvre le premier régime totalitaire de l'Histoire.

 

En octobre 1917 (novembre selon le calendrier grégorien employé en Occident), un groupe de révolutionnaires professionnels conduit par Lénine abat le régime républicain et démocratique fondé en Russie quelques mois plus tôt.

Immédiatement, Lénine instaure sa dictature en s'appuyant sur ses militants et en utilisant toutes les formes de violence : censure, exécutions sommaires... Il ne tarde pas à imposer le parti bolchevique comme le parti unique, seul parti autorisé dans le pays !

Lénine proclame unilatérablement la fin de la guerre contre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, abandonnant sans regret à celles-ci de vastes pans de l'ancien empire russe.

Cette paix précipitée suscite le soulagement chez les soldats.

Lénine annonce par ailleurs la nationalisation des usines et des grandes entreprises.

Il promet aux paysans le partage des grandes propriétés de l'ancienne noblesse.

Dans les faits, les militants communistes en armes parcourent les campagnes et réquisitionnent les maigres richesses des paysans pour nourrir les villes, remplir les caisses de l'État et financer la guerre contre les opposants socialistes et monarchistes à Lénine.

Très vite une épouvantable famine frappe la Russie. De l'aveu même des communistes, elle fait plusieurs millions de morts. A cette famine s'ajoutent les drames provoqués par une guerre civile impitoyable.

En 1918, à peine les puissances européennes ont-elles fini de se battre qu'elles envoient elles-mêmes des troupes au secours des armées anticommunistes.

Ces renforts n'empêchent pas Lénine de l'emporter définitivement en 1920 et d'obtenir la reconnaissance diplomatique de la plupart des États.

La première «révolution communiste» de l'Histoire divise les socialistes d'Occident. Certains se rallient avec enthousiasme au programme de Lénine. Quittant la vieille Internationale socialiste, ils fondent un parti communiste dans leur propre pays.

D'autres se méfient de Lénine et de ses manières dictatoriales et brutales. En France, le jeune leader Léon Blum fait le choix de rester fidèle à la «vieille maison» : la SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière) et à ses choix respectueux de la démocratie.

I] Le socialisme dans un seul pays

En mars 1921, les marins de la base de Cronstadt, dupés par les promesses des bolcheviques, se révoltent et réclament une véritable démocratie. Ils sont massacrés par Trotski.

Lénine prend conscience que son pouvoir est en péril. Il annonce aussitôt un changement de cap et libère les échanges économiques sans pour autant desserrer l'étau de la dictature. C'est la Nouvelle Politique Économique (NEP). Les paysans reprennent confiance et la famine cesse bientôt. Le gouvernement communiste est sauvé.

La Russie change de nom le 30 décembre 1922. Elle devient l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) ; l'adjectif soviétique étant dérivé du mot russe soviet qui désigne un conseil ou une assemblée politique. Ce nom artificiel sans référence géographique affiche clairement la volonté des communistes russes d'étendre au reste du monde leur révolution.

Le nouvel État se présente officiellement comme une confédération de Républiques autonomes qui ont chacune leur langue et leur gouvernement et dont certaines disposent même du droit de se retirer de l'URSS. Dans les faits, le parti bolchevique, plus tard appelé parti communiste de l'Union soviétique (PCUS), exerce son autorité à tous les échelons de l'administration et réduit à presque rien l'autonomie des républiques.

Cependant, Lénine, malade, s'éloigne du pouvoir et meurt le 21 janvier 1924, à 53 ans. Il est remplacé à la tête du pays par Staline, le secrétaire général du PCUS. Comme à ce poste, il maîtrise tous les rouages de la dictature, il nomme les personnes de son choix à tous les postes clés, élimine son rival Trotski et renforce son pouvoir personnel sur le parti et le pays.

II] La dictature stalinienne

À la fin des années 1920, les effets bénéfiques de la NEP sur l'économie tendent à s'épuiser cependant qu'apparaît une nouvelle bourgeoisie qui supporte de moins en moins la dictature et réclament qu'à la liberté économique s'ajoute la liberté politique.

Staline perçoit la menace pour le régime communiste. En 1929, il annonce la fin de la NEP et la reprise des collectivisations : l'État et les collectivités s'approprient toutes les terres à l'exception de quelques lopins individuels, des jardinets laissés aux paysans pour leur consommation personnelle.

L'État achève par ailleurs de nationaliser ce qui reste de l'industrie et du commerce privés. Toute l'économie est désormais centralisée entre les mains d'une puissante administration et ce sont les fonctionnaires qui fixent les prix de vente et les objectifs de production des usines, des fermes et des coopératives agricoles (kolkhozes en russe).

La production agricole diminue à nouveau. En Ukraine, les paysans résistent à la collectivisation de leurs terres. Ils sont systématiquement affamés et l'on compte les victimes par millions.

Dans l'industrie, le travail forcé, une discipline de fer et une propagande intense permettent d'afficher des résultats mirifiques. Mais ces résultats concernent la production d'acier et de machines ou encore la construction de barrages. Les biens de consommation (vêtements, alimentation, médicaments...) sont négligés et le niveau de vie de la population reste désespérément bas.

Le nombre d'ouvriers grossit très vite mais au-dessus de ce prolétariat apparaît une nouvelle classe de privilégiés. Ce sont les fonctionnaires et les dirigeants du parti. Ils bénéficient de privilèges petits ou gros qui les distinguent du reste de la population (salarie élevé, voiture, logement plus ou moins confortable, magasins réservés...).

Ces hommes de l'appareil d'État (apparatchiki en russe) ne sont pas pour autant tranquilles. Ils vivent comme tous les Soviétiques sous la menace d'une dénonciation qui peut les conduire à être jugés, exécutés ou encore déportés en Sibérie dans des camps de concentration, le Goulag.

Les religieux et les chrétiens restés fidèles à leur religion sont particulièrement visés par la répression. Des millions sont déportés.

Dans les années 1930 se développe le culte de la personnalité autour de Staline. La propagande officielle dresse de celui-ci un portrait des plus élogieux.

Bien que plus puissant que ne le fut aucun tsar, Staline reste obsédé par le souci d'éliminer toute opposition.

De 1936 à 1938, des purges sanglantes frappent les militants du parti communiste eux-mêmes ainsi que les principaux chefs du parti et de l'armée. Ces derniers sont jugés et condamnés à Moscou au cours de procès à grand spectacle et complètement truqués.

Beaucoup de victimes de ces procès, à l'instant de mourir, se refusent à renier le «petit père des peuples» (l'un des surnoms donnés à Staline) tant elles sont aveuglées par la propagande et des idéaux mal placés.

Pour aller plus loin

Parcourez l'Histoire brève et ô combien tragique de l'Union soviétique [dossier]

Suivez les journées d'Octobre 1917 à Petrograd, davantage un coup de force qu'une révolution populaire [récit]

Découvrez le parcours d'un révolutionnaire, Lénine [récit]

Découvrez le parcours de son successeur, Staline [dossier]

Compatissez au drame de la famine en Ukraine [récit]

Pleurerez-vous au récit de la mort de Staline comme des millions de ses contemporains? [récit]

Des outils pour comprendre
- Mesurer le temps :

Le régime communiste fondé par Lénine aura somme moins duré qu'une vie d'homme (74 ans, de 1917 à 1991). En voici les principales étapes:

- 1903: à Bruxelles, Lénine et ses partisans se séparent des sociaux-démocrates russes et fondent le parti bolchevik.

- 1905: Dimanche rouge à Saint-Pétersbourg; prémices révolutionnaires,

- Février 1917: avènement d'une république démocratique,

- Octobre 1917: coup de force de Lénine et instauration de la dictature bolchevik,

- 1918-1922: famine et guerre civile,

- 1921: révolte de Cronstadt; Lénine instaure la NEP (Nouvelle Politique Économique),

- 1922: la Russie devient l'URSS,

- 1924: mort de Lénine,

- 1927: Staline devient seul maître de l'URSS,

- 1930: Staline met fin à la NEP; liquidation des koulaks (paysans considérés comme riches), famine en Ukraine,

- 1936-1938: Staline élimine ses opposants potentiels à travers des procès à grand spectacle,

- 1939: pacte de non-agression germano-soviétique,

- 1941: Hitler prend de surprise Staline et envahit l'URSS,

- 1945: Staline triomphe à Yalta à côté de Churchill et Roosevelt,

- 1946: début de la guerre froide,

- 1953: mort de Staline; révolte ouvrière en Allemagne de l'Est,

- 1956: rapport secret de Khrouchtchev; révolte en Hongrie,

- 1961: Gagarine dans l'espace; construction du mur de Berlin,

- 1968: révolte en Tchécoslovaquie,

- 1978: invasion de l'Afghanistan,

- 1986: explosion de Tchernobyl,

- 1991: fin du régime soviétique; l'URSS devient la Russie...

Vérifier les connaissances

- Que signifie «bolchevik»? [réponse]

- Quelle période de l'Histoire soviétique a-t-on appelé «dégel»? [réponse]

- Connaissez-vous un surnom donné à Staline? [réponse]

- Quel était le vrai nom du «Tigre»? [réponse]

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2020-05-02 19:58:07

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net