27 avril 2014 - Manuel Valls devait-il se montrer à Rome ? - Herodote.net

27 avril 2014

Manuel Valls devait-il se montrer à Rome ?

Le Premier ministre français a assisté à la messe de canonisation des deux papes sur la place Saint-Pierre, à Rome...

Manuel Valls et le pape François (27 avril 2014)

Événement médiatique planétaire, la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII par le pape François a attiré ce dimanche 27 avril 2014 sur la place Saint-Pierre de Rome plusieurs centaines de milliers de pèlerins anonymes mais aussi quelques dizaines de dirigeants politiques, parmi lesquels rien moins que le Premier ministre Manuel Valls, qui représentait le gouvernement français.

Sa présence a, paraît-il, suscité les sifflets de quelques pèlerins dont on peut penser qu'ils gardaient rancune à son gouvernement d'être passé en force sur le mariage homosexuel. Elle a nourri aussi des interrogations dans les milieux laïques, en France même.

La messe de canonisation n'ayant aucun caractère politique ou diplomatique, on peut s'étonner en effet que la République française, qui se veut laïque et neutre, se soit faite représenter au plus haut niveau par le Premier ministre, qui plus est à un moment où celui-ci est accaparé par une crise intérieure de très forte intensité.

Entre laïcité raisonnable et électoralisme déplacé

De mauvaises langues sussurent que Manuel Valls n'a pas agi en Premier ministre mais plus vraisemblablement en politicien roué, soucieux de cultiver son image auprès des catholiques dans la perspective d'une candidature à la présidence de la République. Les réactions venues de la foule montrent qu'il se fait des illusions là-dessus. Les citoyens, de quelque bord qu'ils soient, « décryptent » aujourd'hui très bien la communication politique et savent faire la différence entre une posture et des convictions fermes et sincères.

En l'occurrence, le gouvernement français aurait pu se faire représenter par le ministre de l'Intérieur et des Cultes, Bernard Cazeneuve. Nul n'aurait trouvé à y redire car il est dans sa fonction de suivre les activités de son domaine de compétence, en l'occurrence les cultes, de la même façon que le ministre des Sports se doit d'assister à toutes les grandes compétitions sportives, même si cela ne concerne qu'une partie des citoyens.

Plus largement, on peut s'affliger que les hommes politiques actuels, tant dans la majorité que dans l'opposition, n'aient de cesse de flatter les associations communautaristes, en violation de la laïcité et pour des raisons bassement électoralistes, avec des effets contre-productifs évidents.

Ainsi est-il regrettable que le président de la République, les ministres et les parlementaires assistent au fameux dîner annuel du CRIJF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). Ils attisent de ce fait les ressentiments antisémites et antisionistes chez les activistes musulmans bien plus sûrement qu'ils ne rallient à leur camp les électeurs de culture israélite. 

On pourrait en dire autant des maires qui mettent un point d'honneur à célébrer chaque année la fin du Ramadan, voire à organiser ce soir-là une fête aux frais des contribuables.

Le général de Gaulle, fondateur de la Ve République, par ailleurs catholique fervent et sincère, veillait à distinguer la sphère politique de la sphère religieuse, au point de faire servir de la viande aux dîners officiels qui se tenaient le vendredi au palais de l'Élysée. La situation est aujourd'hui inversée avec des dirigeants dont les convictions religieuses sont ténues mais qui multiplient les gestes de déférence à l'égard de toutes les chapelles. Il est vrai que ces dirigeants-là font de leur réélection l'objectif qui surpasse tous les autres, y compris le bien commun.

Joseph Savès
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net