24 juin 1859

Solferino donne naissance à la Croix-Rouge

Le 24 juin 1859, les armées franco-sardes se heurtent à l'armée autrichienne à Solferino, en Lombardie, dans une mêlée sanglante et désordonnée qui fait suite à celle de Magenta, le 4 juin.

Le roi de Piémont-Sardaigne Victor-Emmanuel II et son allié, l'empereur des Français Napoléon III, font face à l'empereur d'Autriche, François-Joseph Ier.

Napoléon III à la bataille de Solferino (Adolphe Yvon, vers 1860)

La « boucherie » de Solferino

Le conflit entre l'empire autrichien et la coalition franco-sarde est né de la promesse faite par Napoléon III au roi Victor-Emmanuel II de l'aider à faire autour de lui l'unité de l'Italie en échange de la Savoie et Nice.

Bousculée à Magenta, l'armée autrichienne fait une retraite ordonnée vers le « quadrilatère » des quatre forteresses de Legagno, Mantoue, Peschiera et Vérone, au sud du lac de Garde et sur le Mincio, aux confins de la Vénétie. Revigorée et  forte de 180 000 hommes, elle est placée sous le commandement direct du jeune empereur François-Joseph Ier

De son côté, l'armée franco-piémontaise, qui compte 150 000 hommes, remonte lentement vers le lac de Garde, à la rencontre de l'ennemi. 

Là-dessus, les avant-gardes alliées rencontrent avec surprise les avant-gardes autrichiennes qui ont franchi le Mincio.  Les Franco-Piémontais se voient contraints au combat qu'ils n'attendaient pas si tôt. Le front s'étire sur une douzaine de kilomètres et donne lieu à quatre batailles séparées, décousues et épuisantes. Au bout de quelques heures, l'empereur Napoléon III décide de provoquer une rupture par une attaque massive au centre, sur le village de Solferino. 

Pour éviter l'encerclement, François-Joseph ordonne la retraite. Il bénéficie du concours inopiné d'un violent ouragan qui entraîne l'arrêt des combats.

Au terme de cette bataille désordonnée et sans envergure stratégique, près de 40 000 soldats restent sur le champ de bataille (morts, blessés ou disparus) dont 12 000 Français, 6 000 Piémontais et 22 000 Autrichiens. Le total des morts s'élève à environ 6 000.

Malgré les réticences des Piémontais qui ont tout lieu d'être satisfaits de cette guerre par procuration, Napoléon III profite de son avantage pour signer un armistice avec l'empereur d'Autriche François-Joseph 1er à Villafranca le 11 juillet 1859. La guerre entre la coalition franco-piémontaise et l'Autriche n'aura duré que deux mois, du 10 mai au 8 juillet 1859.

Son plus mémorable souvenir demeure la création de la Croix-Rouge. L'idée en est venue au banquier genevois Henry Dunant en visitant le champ de bataille de Solferino.

Publié ou mis à jour le : 2021-06-24 07:39:32
Louis (10-06-2012 18:43:17)

Bonjour à tous et merci encore à HERODOTE.NET pour la qualité globale de ses articles. Cette guerre européenne est, par sa modernité et le carnage qu'elle provoqua, consternante.Sans compter qu'elle ... Lire la suite

rémy (05-06-2012 21:59:03)

Cet article bien documenté est très intéressant. Si au premier degré la narration factuelle est impeccable, le second degré laisse involontairement transparaître l'idéologie nationaliste qui caractéri... Lire la suite

SAUGE-MERLE YVES (24-03-2009 17:26:32)

Je suis heureux que l'on fasse connaître l'histoire de ces deux départements que beaucoup vont decouvrir. J'ai lu le livre de PAUL GUICHONNET (Histoire de l'annexion de la SAVOIE à la FRANCE, 1860 E... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net