Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 10 mai 1940
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

10 mai 1940

Le plan Manstein


Le 10 octobre 1939, alors que l'Allemagne nazie était depuis six semaines officiellement en guerre contre l'Angleterre et la France, Adolf Hitler surprend ses généraux en leur proposant de briser le front ennemi par une offensive à travers la Belgique, comme en 1914, mais aussi à travers la Hollande et le Luxembourg.

Son projet est d'attirer les armées franco-anglaises en Belgique pour mieux les détruire, selon les grandes lignes du plan Schlieffen, appliqué avec un certain succès en août 1914. L'offensive est prévue pour le 12 novembre 1939 mais elle sera reportée... 14 fois, jusqu'au 10 mai 1940.

André Larané, avec l'aimable contribution de l'auteur Pierre Thomas
Des libations aux graves conséquences

Dans un premier temps, les généraux allemands convainquent Hitler de reporter l'offensive du 12 novembre 1939 au 14 janvier 1940 en raison d'une météo défavorable ! Le Führer obtempère non sans maugréer sur la mollesse de son état-major. Le plan Schlieffen est toujours à l'ordre du jour.

Les ordres sont transmis par la route de Berlin au quartier général de l'armée de l'Air, la Luftwaffe, en Rhénanie. Mais les officiers en charge de cette mission perdent quelques journées en libations et soirées enchanteresses. Quand ils se rendent compte de leur retard, il montent dans un petit avion civil pour rattraper le temps perdu. Pris dans une purée de pois, l'appareil est dans l'obligation de faire un atterrissage forcé à Mechelen-sur-Meuse, en Belgique.

Les officiers sont arrêtés par les douaniers belges, lesquels s'emparent de leurs précieux documents. Le plan d'invasion du 14 janvier ayant été ainsi éventé, le projet d'attaque est reporté sine die.

C'est alors que survient un événement improbable... Le 17 février 1940, au cours d'un dîner, Hitler est abordé sans avertissement par un général d'infanterie récemment promu à ce grade, Erich von Manstein (53 ans).

Manstein lui soumet son plan à brûle-pourpoint, par-dessus la voie hiérarchique. Il fait valoir le risque d'une attaque frontale en Belgique et l'absence d'effet de surprise depuis la mise en oeuvre du plan Schlieffen en août 1914. Il propose de piéger l'ennemi en simulant la réédition de l'offensive d'août 1914 par une attaque sur la Belgique puis de lancer des divisions blindées dans les Ardennes, mal défendues, et de profiter de l'effet de surprise pour prendre les armées alliées à revers sur la Somme.

C'est finalement ce plan que va retenir le Führer pour son offensive du 10 mai 1940 avec une première attaque de parachutistes sur Liège, au coeur de la Belgique. Le généralissime français Gamelin, un incompétent notoire, tombe dans le panneau en envoyant le gros de ses troupes au secours des Belges.

Pendant ce temps, les divisions blindées du général Guderian et de Rommel franchissent en trombe les Ardennes et, comme prévu, prennent dans la nasse les armées franco-anglaises.

Publié ou mis à jour le : 2010-05-12 09:13:56

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui a dit : « Tout hussard qui n’est pas mort à trente ans est un jeanfoutre »?

Réponse
Publicité