Russie - Vie et mort d'un immense empire - Herodote.net

Russie

Vie et mort d'un immense empire

La Russie est aujourd'hui le plus vaste État de la planète (17 millions de km2), à cheval sur l'Europe orientale et l'Asie septentrionale, mais avec seulement 140 millions d'habitants (2008), soit une densité de 8 habitants au km2, elle est loin d'en être le plus peuplé.

Après avoir connu une croissance très rapide avant la Première Guerre mondiale, cette population, à 80% de langue russe et de tradition orthodoxe, en est venue à se stabiliser du fait de la dénatalité et des mauvaises conditions d'hygiène à la fin du XXe siècle en raison d'une histoire particulièrement violente.

Revanche sur les Mongols

Après la terrible invasion mongole du début du XIIIe siècle, les populations russes dispersées dans les plaines d'Europe orientale reconquièrent lentement leur autonomie et se fédèrent autour du grand-duché de Moscovie (capitale : Moscou) et de ses souverains.

Ivan IV le Terrible se donne le titre de tsar ou empereur et entame l'expansion de la Russie vers l'Est. Il conquiert en 1554-1556 les khanats (royaumes) tatars musulmans de Kazan et Astrakhan, sur la Volga. L'empire russe devient dès lors multinational et multiconfessionnel.

En 1579, un Cosaque explore la Sibérie. C'est le début de la poussée russe vers l'Asie. Elle est le fait d'aventuriers, de marchands de fourrures et de paysans qui fuient le servage sans que les souverains y soient pour quelque chose.

En 1640, sous la dynastie des Romanov, les Russes atteignent le fleuve Amour, aux limites de la Chine, et fondent la ville d'Iakoutsk, près du lac Baïkal. Catherine II intensifie la colonisation des terres vierges, au besoin en y installant des paysans allemands !

Au XIXe siècle, l'empire absorbe les khanats d'Asie centrale et dès lors, ses frontières ne bougent plus... Dans le même temps, la Russie s'étend aussi vers les mers chaudes. En 1787, elle annexe la Crimée, sur la mer Noire. Dans le Caucase, l'imam Chamil, chef de la rébellion tchétchène, fait sa reddition en 1859, consacrant la mainmise russe sur la région.

Jusqu'au dernier tiers du XIXe siècle, les droits culturels des minorités sont respectés et les tsars exaltent l'empire de «toutes les Russies». À noter que les 2/3 de la noblesse ont une origine autre que russe ! Mais l'agitation anarchiste entraîne un durcissement du régime. Sous le règne des derniers tsars Alexandre III et de Nicolas II, on envisage non sans risque la «russification» des populations allogènes de l'Empire.

Les tsars et les juifs

Suite aux trois partages de la Pologne de la fin du XVIIIe siècle, la Russie qui, jusque-là, avait refusé tout établissement juif sur son territoire, devient l'un des pays avec la population juive la plus importante !

À la fin du XVIIIe siècle, on y compte 700.000 à 800.00 juifs, soit 2% de la population russe et 1/3 de la population juive mondiale. En Lituanie, les juifs constituent le tiers de la population citadine. 

Par un oukaze de Nicolas 1er, en 1835, l'administration institue en Russie occidentale une zone de résidence où les juifs sont tenus d'habiter. En 1881, le régime considère les étudiants juifs comme responsable des débordements consécutifs à l'assassinat du tsar Alexandre II. Il s'ensuit de premiers pogroms encouragés, voire initiés, par les agents du gouvernement et la troupe. Le plus violent se produit à Kichinev (Bessarabie) en 1903. 

Pogroms et humiliations entraînent l'émigration d'un million de juifs vers l'Occident et les États-Unis. Beaucoup d'autres militent dans les partis révolutionnaires et créent leur propre parti, le Parti socialiste juif (le Bund). 

Illusion bolchévique

Lénine et les bolcheviques acceptent par principe l'autonomie voire l'indépendance des minorités de la «prison des peuples». Mais c'est une utopie : très vite, l'État bolchevique est dépassé par les mouvements d'émancipation et doit reconquérir par la force entre 1919 et 1922 les territoires sécessionnistes (sauf les Baltes).

En théorie, les Républiques de l'URSS née en 1922 conservent le droit à la sécession. Dans les faits, elles se gardent de l'utiliser, en particulier parce que leurs frontières ont été dessinées de façon à mettre en concurrence en leur sein même des nationalités diverses, dont certaines ont été créées de toutes pièces par les bolcheviques.

L'actuelle fédération de Russie contient à l'intérieur de ses frontières, tout à fait arbitraires, pas moins de 80 % de Russes (auxquels s'ajoutent 25 millions de Russes de l'extérieur, en Kazakhstan, Ukraine, Lettonie, Estonie...). Elle n'a jamais été aussi homogène même si Moscou reconnaît 89 «sujets» autres que russes (républiques autonomes...).

Aujourd'hui, les Russes tendent à quitter les républiques turques d'Asie centrale mais aussi les provinces d'Extrême-Orient, pauvres, glaciales et sous-administrées. Ils se replient sur la Russie d'Europe. La grande Russie des Romanov se réduit comme peau de chagrin et pourrait laisser la place à un nouveau «grand-duché de Moscovie».

C'en est fini de la poussée pluriséculaire des Russes vers l'Asie.


Épisode suivant Voir la suite
• 15 juillet 1015 : mort de Vladimir Ier le Grand
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net