Pax romana, pax sinica

La fin de la civilisation égyptienne

On s’intéresse dans cet épisode aux dernières lueurs de la civilisation égyptienne. Après les guerres incessantes face aux Perses, puis entre les héritiers d’Alexandre le Grand, l’Egypte connaît un regain de vitalité sous l’impulsion du Macédonien Ptolémée Ier, qui fonde la dynastie des Lagides en 305 av. J.-C.

La fin de la civilisation égyptienne (droits réservés : Vincent Boqueho, pour Herodote.net)
 

Lente décomposition

Depuis la nouvelle capitale Alexandrie en plein essor, il se produit un syncrétisme entre la culture grecque et celle égyptienne, encore accentué sous son successeur Ptolémée II. Au nord, le royaume englobe la Palestine, Chypre, la côte sud de l’Asie Mineure, et la Cyrénaïque ; mais au sud, il ne dépasse plus guère la 1ère cataracte.

C’est là que se trouve le pays de Koush, de culture égyptienne depuis l’époque du Nouvel Empire égyptien. Après une longue période très obscure pendant laquelle il s’étend vers le sud, il réémerge en pleine lumière sous Arkamani Ier, contemporain de Ptolémée II. Il est le premier à se faire enterrer à Méroé, qui est devenue la nouvelle capitale du royaume. Il y relance l’érection de pyramides, peut-être par opposition à l’hellénisation de l’Égypte des Lagides. Elles restent toutefois de petite taille.

Le phare de la civilisation demeure à Alexandrie, où les anciens savoirs sont rassemblés. Les constructions de temples reprennent sous les Lagides. Leur politique extérieure est surtout marquée par les guerres contre les Séleucides pour le contrôle du Levant.

C’est sous le règne de Ptolémée IV que débute l’affaiblissement du royaume d’Egypte : en 207, les Egyptiens sollicités dans les guerres en Syrie se révoltent contre l’élite grecque et fondent un royaume autour de Thèbes. Ils sont sans doute soutenus par le royaume de Méroé.

D’autre part, les Séleucides menés par Antiochos III s’emparent de l’Asie Mineure. Ptolémée V parvient à rétablir son contrôle sur la Haute-Egypte après 20 ans de guerre, mais il perd la Palestine. Ptolémée VI, roi bâtisseur, restaure une certaine stabilité vers 150 av. J.-C. Mais la mort de Ptolémée VIII en 116 marque la reprise du déclin : l’Egypte et la Cyrénaïque se retrouvent séparées entre 2 héritiers, et cette dernière est finalement léguée à Rome en 96.

L’Egypte se perd en incessantes querelles dynastiques que Rome utilise pour accroître son influence : en 58, Rome obtient l’île de Chypre.

Lorsque Ptolémée XIII monte sur le trône, il n’a que dix ans : sa sœur et épouse Cléopâtre, âgée de 19 ans, assure la réalité du pouvoir. Jules César profite des rivalités entre le frère et la sœur pour imposer ses vues : il obtient de Cléopâtre un fils, Césarion, destiné à unir Rome et l’Egypte.

Après la mort de César, Cléopâtre s’allie à Marc-Antoine dans sa guerre contre Octave, mais ils sont défaits lors de la bataille d’Actium en 31 av. J.-C. Octave met la main sur l’Egypte, qui est intégrée à l’empire romain, tandis que Césarion est éliminé. La culture romaine va rapidement y éteindre les dernières lueurs de la culture égyptienne.

Celle-ci va pourtant se perpétuer dans l’actuel Soudan : après une guerre entre l’empire romain et le royaume de Méroé, la frontière se stabilise en 21 av. J.-C. Les derniers tombeaux y datent de 350 après J.-C. A cette date, les incursions du royaume éthiopien d’Axoum conduisent à la désagrégation du royaume en 3 parties : Le Nobatia, le Makuria et l’Alodia. Après cela, la christianisation de la région, qui s’achèvera en 540, marquera la fin définitive de la civilisation égyptienne.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 12:33:12

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net