Le monde à l'époque hellénistique

L'ascension de la république romaine

Au début du Ve siècle av. J.-C., la République romaine s’est imposée à la tête de la Ligue Latine.

Au nord, les Étrusques subissent de plein fouet la grande migration des Celtes originaires du sud de la Germanie. La plaine du Pô, abandonnée par les Étrusques, devient la Gaule Cisalpine.

Vincent Boqueho
L'ascension de la république romaine (Vincent Boqueho, pour Herodote.net)
 

Rome s'affirme face aux Étrusques, aux Celtes et aux Grecs

Affaiblis, les Étrusques doivent aussi se retirer de Capoue, leur principale ville au sud de l’Italie, et doivent abandonner la Corse aux Grecs et aux Carthaginois. Pendant ce temps, Rome mène plusieurs guerres contre Véies, la plus proche des cités étrusques : elle finit par s’en emparer en 396 av. J.-C..

Pourtant, sa puissance reste fragile : les Gaulois menés par Brennus poursuivent leurs raids vers le sud et mettent Rome à sac en 390. Ce pillage marquera durablement les esprits : il conduira à la légende des oies du Capitole et du fameux « Vae victis » prononcé par Brennus. D’autres raids gaulois seront menés dans la région dans les décennies suivantes.

L’ascension territoriale de Rome ne démarre vraiment qu’en 343 : la ville de Capoue demande son aide face aux attaques des Samnites qui habitent l’intérieur des terres. La première guerre samnite est un succès et permet à Rome de prendre le contrôle de la côte jusqu’à Capoue. Peu après, Rome réprime une révolte de la Ligue Latine : elle la dissout et place les cités directement sous sa juridiction...

En 327, c’est au tour de la ville grecque de Naples de faire appel à Rome, déclenchant la 2e guerre samnite. Elle pousse les Romains à tracer la première voie romaine, la Via Appia, qui relie Rome à Capoue. Ils remportent aussi des succès contre les Étrusques et les peuples du centre de l’Italie, alliés des Samnites. La côte sud-est de l’Italie, également touchée par les raids samnites, se place alors sous la protection de Rome : en 304, celle-ci a considérablement étendu son territoire.

Une grande alliance des Samnites, Etrusques, Ombriens et Gaulois est alors constituée contre Rome. Rome triomphe de ses adversaires et annexe le territoire samnite en 290.

Parallèlement, elle conquiert les cités étrusques une à une : Volsinies sera la dernière à tomber en 264, mettant fin à la civilisation étrusque.

Au sud, l’influence de Rome commence à empiéter sur celle de Tarente, principale cité grecque d’Italie. Celle-ci fait appel au roi d’Épire, Pyrrhus Ier, l’un des ambitieux héritiers de l’empire d’Alexandre le Grand. Il débarque en Italie en 280 avec des éléphants de guerre ramenés d’Asie et remporte de nombreuses victoires, mais aux prix de pertes irremplaçables, ce qui donnera l’expression « victoire à la Pyrrhus ».

Parallèlement, les cités grecques de Sicile l’appellent à l’aide face à la menace de Carthage : Pyrrhus y remporte là encore de grandes victoires, mais face à l’alliance de Rome et de Carthage, il doit renoncer à ses ambitions : en 272, Rome s’empare de Tarente et obtient ainsi le contrôle de toute l’Italie au sud de l’Arno.

Après ces décennies de guerres, il s’ouvre une période de prospérité économique pour l’Italie romaine. Les conflits séculaires entre le patriciat et la plèbe s’apaisent. Cependant, les victoires des Romains ont affaibli les Grecs de Sicile face aux ambitions de Carthage. Celle-ci devient la principale menace pour Rome, ce qui va bientôt déboucher sur les guerres puniques.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 12:41:44

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net