Paléolithique moyen

Néandertal, une autre humanité

Dans le découpage traditionnel de la Préhistoire, le Paléolithique moyen suit, comme il va de soi, le Paléolithique inférieur ! Avec lui arrive l'homme de Néandertal (on écrit aussi Neanderthal).

Dans les trois entretiens vidéo ci-après, la préhistorienne Marylène Patou-Mathis évoque ce vieux cousin mal connu et de mauvaise réputation, auquel nous rattachent pourtant une partie de nos gènes. Elle raconte son mode de vie, remet en cause bon nombres de préjugés et explique aussi les causes probables de sa disparition après trois à quatre cent mille ans d'existence (une existence plus longue que la nôtre au stade actuel).

L'invention de Néandertal

Comment expliquer que l’homme de Néandertal ait été tenu si longtemps pour une créature plus proche de l’animal que des autres hominidés ?

Une vision dépassée de Neanderthal : l’habitant de la Chapelle-aux-Saints, à l’époque moustérienne, vu par Frantisek Kupka (L’Illustration, 20 février 1909)Une grande part du mystère tient à la date de la découverte de l'un des premiers squelettes neanderthaliens,  à un moment où la communauté savante croit encore au créationnisme, inspiré d'une lecture littérale de la Bible (« Dieu a façonné l'homme à son image une fois pour toutes »).

Elle a lieu en 1856 en Allemagne, dans la vallée de Neander qui surplombe la rivière Düssel, à 13 km de Düsseldorf (d’où le nom donné à cette branche de l’humanité : Neanderthal, Néandertal en version francisée).

Trois ans plus tard, la théorie de Charles Darwin sur l’évolution des espèces va influencer le regard de ceux qui, de plus en plus nombreux, découvrent des fossiles néandertaliens. Postulant des traits grossiers à ces êtres si anciens et donc selon eux très bas dans l’échelle de l’hominisation, ils en déduisent qu’il s’agit d’une espèce de singe plutôt que d’homme.

À la fin du XIXe siècle, avec le succès des idéologies raciales, on voit dans Néandertal une espèce humaine inférieure, vaincue par une espèce supérieure, la nôtre (Homo sapiens ou Cro-Magnon). Pour que cela soit vrai, il faut que Néandertal ait bien l'air d'une brute et l'on s'applique à le représenter de la sorte.

Les premiers doutes interviennent au siècle suivant, avec la découverte de plusieurs sépultures...

Roméo et Juliette à l'Âge de la pierre taillée

Ces dernières décennies, il ne reste plus rien de la mauvaise image de Néandertal, du moins chez les spécialistes. Dans Neanderthal, une autre humanité, publié en 2006, Marylène Patou-Mathis a ainsi pu montrer avec brio que sa réputation peu flatteuse était sans grand rapport avec la réalité.

Elle entrevoit l'éventualité que Néandertal appartienne à la même espèce que l'Homo sapiens. Cette prémonition a été confirmée avec éclat le 7 mai 2010 par les découvertes génétiques de l’institut allemand Max Planck, sous la direction de Svante Pääbo.

Svante Pääbo (à droite de la photo)Ces généticiens ont découvert en effet que des croisements ont eu lieu au Proche-Orient entre des groupes de Néandertaliens et d’Homo sapiens, venus d’Afrique il y a 80 000 ans.

De ces croisements résulterait la présence de 1 à 4% de gènes issus de Néandertal dans le génome des Européens actuels.

L'équipe de Svante Pääbo a observé de semblables croisements en Asie et en Océanie entre l'Homo sapiens et un autre Homo, l'homme de Denisova (Sibérie).

Hormis les Africains, nous sommes donc tous apparentés à Néandertal et/ou à l'homme de Denisova !

Neanderthal, humain et différent

Marylène Patou-Mathis nous révèle un Néandertal différent d'Homo sapiens, ni inférieur ni supérieur mais autre.

Bestial l’homme de Néandertal ? Au contraire ! Il maîtrise le feu, porte des parures, utilise des outils en pierre ou en bois et parfois en os, et s’habille de peaux et de fourrures animales. Sa vie sociale n’a rien à envier à la nôtre. L’homme de Neanderthal prend en effet soin des malades et des infirmes comme l’atteste le squelette d’un homme décédé à l’âge canonique de 45 ans malgré un bras infirme de naissance. Survivre aussi longtemps avec un pareil handicap implique une prise en charge par le groupe.

Néandertal maîtrise le langage articulé comme le suggère sa morphologie et le confirme l'analyse des gènes. Quant à l’au-delà, l’homme de Néandertal en a sans doute une intuition puisqu’il inhume ses morts comme en témoignent une quinzaine de sépultures mises au jour surtout en Europe occidentale et au Proche-Orient.

Publié ou mis à jour le : 2023-10-29 23:05:28
Philippe (27-04-2021 19:50:08)

Très vidéos pédagogiques, bravo.

Christian (31-10-2018 10:28:27)

Pourquoi parle-t'on souvent de la disparition de Néanderthal et jamais de celle de Habilis et Erectus ? Homo Habilis a prospéré et évolué pendant des centaines de milliers d'années jusqu'à ce que ses caractéristiques morphologiques et culturelles soient si différentes de l'origine qu'on l'a alors rebaptisé Homo Erectus. Pareillement, Homo Erectus a évolué pendant des centaines de milliers d'années et s'est progressivement transformé morphologiquement et culturellement. En outre Erectus a progressivement migré dans l'ensemble du monde, il s'est donc adapté différemment selon les régions où il s'était installé, donnant naissance à plusieurs "espèces" (on ne les connait peut-être pas toutes) parmi lesquelles Homo Sapiens Néanderthalensis. Ce dernier aussi évolué pendant plusieurs centaines de milliers d'année comme l'atteste l'étude des fossiles de différentes époques. On trouve même des fossiles de la période -40000 à -30000 qui ont quelques ressemblances avec Homo Sapiens Sapiens. Pourquoi Néanderthal, issu de Erectus, n'aurait il pas évolué comme Sapiens, lui même issu d'Erectus, vers un semblable Homo modernis, comme aussi Denisova d'ailleurs lui aussi issu de Erectus. Qu'il y ait eu des hybridations entre ces sous espèces est maintenant scientifiquement acquis et cela fait partie de l'évolution normale et prévisible.
Notre analyse de ces ancêtres et les classements catégoriels que l'on en fait sont en fait dus à la rareté dans l'espace et dans le temps des fossiles. Que pourrait dire des événements de mai 1968 un historien des temps futurs qui n'aurait retrouvé qu'une photographie du 13 mai 1968 prise à 11h sur le port de Saint-Tropez ?
Si l'on avait suffisamment d'informations l'évolution de ces Homos apparaitrait continue dans le temps et, sauf quand il y a eu isolement insulaire, dans l'espace.
En résumé le terme d'espèce ne me parait applicable que pour des êtres vivant à la même époque et interféconds. Comparer l'espèce Habilis avec l'espèce Erectus n'a donc aucun sens.

Piguet (01-05-2018 15:01:21)

Il serait intéressant de voir la différence d'ADN entre les populations aborigènes d'Australie, les sapiens et Neandertal
Déjà que le génome africain n'est pas identique au sapiens européen, du fait du manque de la marque néandertalienne.

Luc (11-04-2018 11:02:29)

Il semble que Cro-Magnon ait été plus agressif que Neandertal, c'est probablement suffisant pour expliquer que l'un ait absorbé (ou éliminé) l'autre. Mais je vous propose une idée : je lis que les femmes Neandertal participaient à la chasse (musculature des bras équivalente à celle des hommes) et il me semble que les Cro-Magnon avaient un partage des tâches plus net. Je me dis qu'un chasseur a plus de chance de mourir que celui qui ne chasse pas. Je me dis aussi que, quand un mâle meurt, la perte de capacité de reproduction du groupe est quasiment nulle, alors que la perte d'une femelle est beaucoup plus grave en ce domaine. D'où l'idée : est-ce que le fait que les femmes Neandertal étaient plus exposées que les femmes Cro-Magnon n'aurait aussi permis à celui-ci de l'emporter (par préservation de la capacité de reproduction du groupe) sur celui-là?

Francoise (10-04-2018 19:05:31)

à JPL "Étonnant, car on sait que tous les animaux défendent leur territoire jusqu'au bout"... Justement, Neandertal n'était pas un animal...

roland (10-04-2018 18:12:07)

Puisque l’Homo sapiens n'est pas descendant de Neandertal mais un vague cousin, qui est l'ancêtre de L'Homo sapiens? d'où vient-il? Merci de me répondre.

burrhus (10-04-2018 18:10:00)

à albert: les "dispositions supérieures" des descendants des fils de dieu, transmises par les nobles grâce au droit de cuissage (selon votre "théorie"), n'était-ce pas plutôt leur plus grande capacité à zigouiller leurs semblables ? L'Histoire est encore un magnifique réservoir à fantasmes !
à JPL: vous êtes sur(e) que ce sont "tous les animaux"?

Epicure (26-09-2016 03:28:56)

Homo Neandertalensis est simplement FONDU dans Homo Sapiens du fit fort élémentaire de sa faible démographie probablement liée à la difficulté d'accoucher de ses "grosses têtes" dolicocéphales et de son faible nombre à l'arrivée de Homo Sapiens sur les continents eurasiatiques...Le fait qu'il susiste 4% (variaables) de ses gènes chez les européens et asiatiques est bien preuve d'inter fécondations mais minoritaires statistiquement prorata populationis.Les génocides ne devaient pas être très praticanles mais aussi l'extinction plus facile eu égard aux faibles nomnre de ces populations. LeMonde est estimé avoir compté aux alentours de 100 millions d'humains à l'époque pré-chrétienne.Nous sommes 7 milliards et peu d'Européens (800 millions) Dans 10.000ans nous pouvons voir naturellement disparu comme phénotype majeur (récessif) comme grand papa Neandertalensis....Quel drame dont tout le monde se tapera le coquillard par terre!!!!!!!!!!!!!!!!!

Boutté (23-09-2016 08:07:40)

Pas si vilain grand-papa Néand! J'en rencontre encore souvent
dans les transports en commun me semble-t'il et avec des couleurs variées. Ça laisse penser que le métissage ne serait pas une invention récente, même si elle est à la mode de nos jours.

albert (13-09-2016 14:23:46)

merci pour ce très scientifique article je vais mettre un peut de spiritualité voire de religion et mon imagination
Quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la terre et qu'ils eurent des filles, 2 les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils prirent pour femmes celles qu'ils choisirent parmi elles voila ce que dit la bible.
alors ont peut imaginer que les fils de dieu se présenterent aux sapiens comme des etres un peut semblabes a eux ils prirent femmes et leurs enfants eurent des dispositions supérieures aux sapiens et devinrent leurs chefs qui devinrent a travers le globe les NOBLES qui par le droit de cuissage répandire leurs bons genes a une bonne part de l'humanitér et le sapiens devint le SAPIENS-SAPIENS. Et l'humanité actuelle l'explication est a travailler allez le HERODOTIENS AU BOULOT.

Anonyme (11-09-2016 18:28:14)

Très intéressante, cette présentation donne envie de lire l'ouvrage entier. Néanderthal n'était donc pas la brute épaisse
qu'on nous décrivait il n'y a pas si longtemps, mais un homme
sensible aux questions que pose la mort et qui avait l'intuition
d'un au-delà et d'une possible survie. N'est-ce pas le propre de
l'être humain ?

André Savard (11-09-2016 17:26:26)

Le téléchargement du troisième exposé s'arrête à "quand on est deux faut faire un deux surtout si personne fait trois". Veuillez corriger svp car il est difficile de s'arrêter à mi chemin quand c'est intéressant.

Lyslote (11-09-2016 13:33:07)

Quid du métissage entre Neandertal et sapiens qui aurait favorisé sapiens ?

Nicole (11-09-2016 11:38:48)

Dossier passionnant et les entretiens avec madame Patou-Mathis très vivants. C'est une utilisation intelligente et sensible de l'archéologie: arriver à rendre vivant l'homme de Néanderthal tient de l'exploit !

Yann Darko (11-09-2016 11:23:21)

Le sujet traité par cet article éveille des questions fascinantes : Y aura-t-il d'autres espèces du genre homo pour se joindre (ou s'opposer) à l'Homo sapiens, comme nous le fîmes aux néandertaliens ? Le contexte zoologique de la planète permet-il encore de voir pousser de nouvelles branches à l'arbre de notre genre ? Et si l'espèce homo du futur n'allait pas apparaître, comme nous l'imaginons, de l'évolution de notre genre sapiens, mais d'un autre lignage ? Peut-être ne sommes-nous pas les ancêtres de l'homme de demain...

JPL (08-09-2016 15:34:11)

Très bel article, clair et synthétique. Je crois que je vais m'offir son ouvrage.
Une conclusion assez navrante cependant : la disparition de Neanderthal serait due à son "pacifisme" ; il aurait en effet préféré "fuir" Cro-Magnon que l'affronter. Etonnant, car on sait que tous les animaux défendent leur territoire jusqu'au bout.

Ptite blonde (01-09-2006 13:50:56)

Très bien construit, j'ai pu faire un excellent exposé. Merci :)

Plutarque (31-08-2006 11:18:14)

Que dire? Rien sinon que l'on est en droit de prendre cette présentation, parfaitement claire, la transmettre à nos enfants dans sa totalité et sa simplicité.
L'éducation nationale devrait s'inspirer de votre présentation!
Merci

line damon lande (29-08-2006 14:12:24)

Enfin une présentation nette et accessible avec les éléments repères nécessaires, merci.

david forfait (09-06-2006 16:35:28)

Très intéressant, on apprend en réapprenant. L'écriture est fluide et agréable à lire. Un grand bravo !

SIMON LACROIX (27-05-2006 15:41:53)

DOSSIER TRES INTERESSANT. TOUTES MES FELICITATIONS

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net