1914-1918

Commémorations de la Grande Guerre

Un siècle après, la commémoration de l'Armistice demeure l'un des moments forts de la vie civique dans les grands pays européens, en France, en Belgique, au Royaume-Uni, mais aussi en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande...

L'Allemagne fait exception. Elle garde de novembre 1918 le souvenir d'une dramatique période assombrie par la famine, les troubles révolutionnaires, l'agitation politique et bien sûr le retour des soldats du front, humiliés mais  « invaincus » du point de vue officiel. Aussi n'a-t-elle jamais fait le deuil de cette tragédie, laquelle est aujourd'hui occultée dans sa mémoire par celle du nazisme.

André Larané

Le général de Gaulle, président de la République française, évoque Verdun et rappelle les espoirs nés du traité d'amitié franco-allemand de 1963,  source : INA

À chaque commune son lieu de mémoire

Pour la première fois dans l'Histoire, la plupart des victimes de la Grande Guerre furent des citoyens-soldats qui ont dû quitter leurs champs, leurs ateliers et leurs bureaux, le plus souvent dans la résignation, avec le sentiment d'un devoir nécessaire. Pour cette raison, leur perte a affecté la société tout entière, dans ses profondeurs. Parmi les grands pays, la France est celui qui a payé le tribut le plus élevé (3,4 morts pour 100 habitants), d'où la profusion de monuments aux morts dans ce pays plus qu'en aucun autre.

Le monument aux morts de Bastia (DR)Les premiers monuments aux morts sont antérieurs à la Grande Guerre elle-même et se rapportent à la guerre franco-prussienne de 1870-1871.

Ainsi la grande place Saint-Nicolas, à Bastia (Corse), se pare d'un magnifique monument destiné à l'origine à célébrer le sacrifice de ses enfants dans cette guerre. Mais il n'a été achevé et donc inauguré que dans les années 1920. 

Il fait en définitive référence à la guerre de 1870-1871 et à celle de 1914-1918... mais aussi à la guerre d'indépendance de la Corse. Il montre une mère corse qui offre au général Paoli son troisième fils après avoir déjà perdu ses deux aînés à la guerre !

De 1920 à 1925, la France va se doter d'environ 30 000 monuments aux morts, chaque commune ayant à coeur d'honorer ses morts et disparus.

Ces ensembles statuaires de plus ou moins bon goût mais toujours émouvants avec leur liste de tués et de disparus deviennent un nouveau lieu d'expression de la vie civique.

La dimension exceptionnelle de la Grande Guerre n'échappant à personne, la France et les autres belligérants ont instauré par ailleurs de nouveaux rites pour en rappeler le souvenir.

À l'occasion du premier anniversaire de l'armistice de 1918, la France a ainsi inventé le cérémonial de la « minute de silence » en hommage aux victimes du conflit.

Par ailleurs, à l'initiative de Clemenceau, la fête nationale du 14 juillet 1919 se transforme en une célébration festive de la victoire : à Paris, les soldats vainqueurs défilent sur les Champs-Élysées, précédés par les vieux maréchaux à cheval... et un millier de soldats estropiés ou mutilés de la face. 

L'année suivante, le 11 novembre 1920, la IIIe République a célébré son cinquantenaire en transférant le coeur de Gambetta au Panthéon et, pour la première fois, elle a rendu hommage à un Soldat inconnu mort pendant la guerre, représentant anonyme de l'ensemble des « poilus » morts pour la France. D'autres pays comme la Belgique et le Royaume-Uni ont adopté le même rituel.

Le Soldat inconnu

Évoquée par François Simon, président du Souvenir français de Rennes, l'idée d'honorer un soldat tué au champ d'honneur et non identifié séduit rapidement l'opinion publique. Les Britanniques ont aussi le même projet pour le 11 novembre 1920...

Dans un premier temps, la Chambre des Députés décide que le soldat inconnu reposerait au Panthéon. Finalement, sur une idée du député Charles Dumont, une campagne de presse conduit, le 8 novembre 1920, au vote d'une loi prévoyant de rendre les honneurs du Panthéon au soldat inconnu puis d'inhumer celui-ci sous l'Arc de Triomphe de la place de l'Étoile.

Le ministre de la Guerre et des Pensions, André Maginot, ancien sergent du 44ème RIT, blessé au combat, ordonne aussitôt aux neuf commandants de Région de faire exhumer « dans un point de chaque région pris au hasard et qui devra rester secret, le corps d'un soldat identifié comme Français, mais dont l'identité n'aura pu être établie ». Chaque corps est placé dans un cercueil de chêne et dirigé sur Verdun. Le 10 novembre 1920, en présence du ministre, il revient au soldat Auguste Thin de désigner le Soldat inconnu. Avec solennité, il dépose sur le 6e cercueil un bouquet d'oeillets rouges et blancs cueillis sur le champ de bataille de Verdun. Et La Marseillaise peut alors retentir (note).

Conduit à la gare de Verdun sur un affût de canon, le cercueil du Soldat inconnu arrive le lendemain à la gare parisienne de Denfert-Rochereau pour la cérémonie du Panthéon puis est porté par six soldats dans une chapelle ardente au premier étage de l'Arc de Triomphe, avant d'être définitivement inhumé sous la voûte de l'Arc le 28 janvier 1921.

Auguste Thin devant le cercueil du Soldat Inconnu (1920)

Un coquelicot pour se souvenir

Contre l'avis des autorités françaises, peu soucieuses de rajouter un jour chômé au calendrier, les anciens combattants obtinrent que le 11 novembre, anniversaire de la cessation des combats, devienne un jour férié et chômé. Ce fut chose faite à partir de 1922. Dès lors, les anciens combattants firent de ce jour un jour de deuil en souvenir de leurs camarades disparus (ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que l'on accompagna les célébrations du 11-Novembre d'un défilé militaire). 

L'anniversaire de l'Armistice est devenu depuis lors l'une des fêtes civiques les plus marquantes en France, mais aussi en Belgique et au Canada. Il est également commémoré avec ferveur - mais non chômé - en Grande-Bretagne, ainsi qu'aux États-Unis sous le nom de Veterans Day. 

11 novembre 2014 : 800 000 poppies autour de la tour de Londres rappellent les morts de la Grande Guerre (DR)Dans les pays anglo-saxons, les anciens combattants, les officiels et aussi les particuliers communient dans le souvenir des morts en portant un coquelicot de papier à la boutonnière. Cette fleur a une prédilection pour les sols fortement remués et, pour cette raison, s'épanouit dans les champs de bataille et les cimetières militaires. Cette particularité lui a valu d'être évoquée dans des poèmes à la mémoire des soldats défunts.

On dit que deux jours avant l'armistice du 11 novembre 1918, une Américaine eut l'idée d'arborer un coquelicot sur la poitrine. Son idée fut aussitôt reprise par ses concitoyens et, en 1921, le feld-maréchal Douglas Haig encouragea la vente de coquelicots en papier par la Légion britannique en vue d'amasser des fonds pour les anciens combattants pauvres et invalides (British Poppy Day Appeal).

En réponse à l'initiative anglo-saxonne, les Français ont choisi quant à eux le bleuet pour signifier l'hommage à leurs morts de la Grande Guerre. Les personnels des armées françaises sont ainsi invités à porter un Bleuet de France au revers de leur tenue du 2 au 11 novembre...

Des nécropoles pour se souvenir

Anneau de la mémoire, Nécropole militaire de Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais, 2014), DRDu fait de leur appartenance à la société civile, les soldats de la Grande Guerre ont très vite obtenus que leurs compagnons morts au combat soient inhumés dans des tombes individuelles, comme tout citoyen respectable, et non plus dans des fosses communes, selon une coutume immémoriale.

Après le conflit, les autorités religieuses et la société civile se sont mobilisées pour rassembler dans des nécropoles monumentales les dépouilles qui n'avaient pas été rapatriées par leurs proches. Tous les sites de bataille, de la Manche au Jura sont ainsi piqués de cimetières verdoyants aux croix blanches soigneusement alignées et surmontées du drapeau tricolore. Les plus grandes nécropoles sont Notre-Dame-de-Lorette, sur une éminence qui domine les champs de bataille de l'Artois (près d'Arras) et Douaumont, au centre névralgique de la bataille de Verdun.

Cimetière et ossuaire de Douaumont, près de Verdun (DR)
Publié ou mis à jour le : 2019-07-30 11:23:50

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net