Angkor - Le sourire des dieux (suite et fin) - Herodote.net

Angkor

Le sourire des dieux (suite et fin)

Angkor est aujourd'hui le site touristique le plus couru d'Asie, inscrit bien sûr au patrimoine mondial de l'UNESCO. Mais sa grande étendue laisse à chacun la possibilité d'échapper à la foule et de se recueillir devant les vestiges, au milieu de la végétation tropicale.

Promenade dans les ruines d'Angkor

Banteay-Srei, Angkor (photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013)La quasi-totalité des vestiges sont des bâtiments religieux à l'exception de la terrasse des éléphants qui était la base de la salle du trône et de la terrasse du Roi Lépreux. Ces temples-montagnes adoptent la symbolique du mont Meru, une montagne mythique considérée par la cosmogonie hindoue comme l'axe du monde et le lieu de séjour des dieux.

Ces monuments ont seul résisté au temps et aux intempéries car ils étaient construits en pierre, généralement en grès. Les habitations ordinaires l'étaient en bois et n'ont pas survécu au départ des habitants (un sort qui n'est pas sans rappeler celui des cités mayas du Guatémala et du Yucatan).

- Le Banteay Srei : le joyau

Ce petit monument doit sa taille au statut de son créateur : l'œuvre d'un simple brahmane ne pouvait égaler les temples des rois ! Qu'à cela ne tienne... Il suffit de diminuer l'échelle de moitié, et tant pis si la hauteur des portes doit culminer à 1m 30 ! Édifié en 967 pour honorer Shiva, il présente une profusion impressionnante de bas-reliefs d'une finesse extrême.

Sur presque chaque centimètre de sa pierre rose se déroulent, dans des décors de dentelles, des scènes du Ramayana, épopée hindoue du dieu Rama.

Banteay-Srei, Angkor (photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013)
- Angkor Vat : le symbole

D'une surface de près de 2 km2, ce temple devenu le symbole du Cambodge et figure d'ailleurs sur le drapeau national. Dédié au dieu Vishnou, il a été construit en 37 ans sous le règne de Suryavarman II, au début du XIIe siècle.

Aisément reconnaissable avec ses cinq tours imposantes, Angkor Vat est protégé par une large douve de 190 mètres de largeur, qui le fait ressembler à un palais flottant... et lui a permis de ne pas être envahi par la forêt. C'est de ce fait le temple le mieux conservé du site.

Angkor Vat – apsara ou danseuse céleste (photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013)Angkor Vat réunit les trois caractéristiques majeures de l'architecture khmère, soit les douves, la pyramide et les galeries concentriques. Les douves représentent les océans mythiques qui entourent la terre. Les galeries concentriques représentent les chaînes de montagne qui l'entourent.

Le monument, orné de près de 1500 apsaras (nymphes ou danseuses célestes) toutes différentes, a longtemps intrigué les voyageurs comme le naturaliste Henri Mouhot qui en reste... confondu : «Qui nous dira le nom de ce Michel-Ange de l'Orient qui a conçu une pareille œuvre, en a coordonné toutes les parties avec l'art le plus admirable […] et qui, non content encore, a semblé partout chercher des difficultés pour avoir la gloire de les surmonter et de confondre l'entendement des générations à venir !» (Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos, 1868).

Vue générale d'Angkor Vat (photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013)
- Angkor Thom et le Bayon : le chef-d’œuvre

Bayon, sourire de pierre - Angkor (photo : Gérard Grégor, pour Herodote.net, 2013)Érigée à partir de la fin du XIIe, «la Grande cité» renferme, entre autres monuments, les célèbres terrasses «des éléphants» et du «roi lépreux», seuls vestiges civils d'Angkor.

Mais c'est surtout le Bayon qui lui a permis d'entrer dans la légende : s'y dressent en effet 54 tours sur lesquelles les visages du Bouddha-roi, dirigés aux quatre points cardinaux, nous sourient avec douceur. Ne subsistent aujourd'hui que 37 de ces tours...


Publié ou mis à jour le : 2019-04-29 21:36:30

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net