1914-1918

La Grande Guerre racontée par Jean-Jacques Becker

18 mars 2008. L'historien Jean-Jacques Becker nous a quittés le 10 juillet 2023 à 95 ans. Il était professeur émérite à l'Université de Paris-X Nanterre et président du centre de recherche de l'Historial de la Grande Guerre (Péronne).  Il demeure surtout comme l'un des plus grands historiens de la Première Guerre mondiale. Ses disciples, au premier rang desquels figurent sa fille Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, poursuivent et approfondissent ses travaux, tout en animant l'Historial de Péronne.

18 mars 2008 : Jean-Jacques Becker se confie à Herodote.net

Dans un entretien avec Richard Fremder (Herodote.net) le 18 mars 2008, Richard Fremder nous rappelait les origines de la Grande Guerre de 14-18 et la signification qu'elle peut encore revêtir après la disparition de notre dernier « poilu ».

La Grande Guerre de 14/18 vue par Jean-Jacques Becker

Les gens savaient en 1914 pourquoi ils se battaient. Cela peut nous paraître absurde maintenant, 90 ans après, ça ne le paraissait pas à l’époque. Tous les mobilisés français avaient le sentiment (vrai ou faux, peu importe) que leur pays était menacé. Et ce qui peut nous sembler étrange, c’est que les combattants allemands avaient le même sentiment que les combattants français, celui de défendre leur pays, non pas contre la France, à vrai dire, mais contre la menace russe et l’immense masse slave qui faisait très peur en Allemagne…

Même sentiment en Angleterre et dans les dominions, d’autant plus remarquable qu’il n’existait pas de service militaire obligatoire au Royaume-Uni et que l’armée était composée de volontaires. Petit bémol en ce qui concerne l’Italie où les motifs de combattre demeuraient flous.

On part au combat en 1914 avec résolution, par devoir, mais ce n’est pas un type de devoir qui comporte l’enthousiasme. On ne part pas la fleur au fusil !...

Après l’attentat de Sarajevo, les Autrichiens se saisissent de l’occasion pour régler leur compte aux Serbes. Les Allemands se sentent obligés de soutenir leur allié autrichien. On aurait pu s’en tenir à une petite guerre mais tout a dérapé du fait de la puissance extraordinaire des sentiments nationaux dans tous les pays européens, et en particulier en Russie, dans les populations urbaines, minoritaires mais très influentes.

La puissance des sentiments nationaux demeure la meilleure explication de cette guerre, bien plus que d’éventuels intérêts impérialistes que l’on discerne mal.

Contrairement à ce que l’on croit, la guerre éclate contre la volonté, un peu flageolante il est vrai, de l’empereur allemand Guillaume II. De même en Angleterre où le gouvernement n’a au départ aucune envie de s’engager au côté des Serbes de mauvaise réputation. Le tsar Nicolas II lui-même, quoique peu intelligent, est contre la guerre et il a fallu qu’il subisse l’assaut des généraux russes pour qu’il se résigne à signer l’ordre de mobilisation.

Cette guerre n’est pas une guerre mondiale mais une guerre européenne, même si elle a des prolongements dans les territoires coloniaux. Les Américains eux-mêmes n’interviennent que très tardivement. Au terme de la guerre, il n’y a aucun doute que l’Europe, qui dominait le monde en 1914, perd son rôle hégémonique.

Notons aussi que la fin de la guerre marque le moment où les Européens prennent conscience qu’au lieu de se massacrer, ils feraient mieux de s’entendre. Cette prise de conscience est retardée outre-Rhin parce que les Allemands ont le sentiment d’avoir été injustement traités à Versailles par les vainqueurs et veulent une revanche sur les Français.

Ne soyons pas trop durs cependant pour les plénipotentiaires du traité de Versailles. Ils ont dû subir la pression des opinions publiques, très remontées, qui, pour une bonne part, jugeaient les termes du traité trop mous !

Bibliographie succincte de Jean-Jacques Becker

Jean-Jacques Becker est l'auteur de nombreux ouvrages sur la Grande Guerre et le XXe siècle qui, tous, se caractérisent par une grande clarté didactique et une érudition sans pédanterie.

Jean-Jacques Becker a publié un Dictionnaire de la Grande Guerre (André Versaille éditeur, octobre 2008, 19,90 euros) tout à fait remarquable de clarté, avec cartes et chronologie détaillée. Les notices se lisent comme de petits récits vivants et l'ensemble compose une bonne initiation à l'histoire de cette période.

Notons aussi en 2014 La Grande Guerre, une histoire franco-allemande, en collaboration avec l'historien allemand Gerd Krumeich (Tallandier, Texto, 380 pages, 10,50 euros, 2014).

Avant cela, il a aussi écrit sur la Grande Guerre :
L'Europe dans la Grande Guerre (Belin Sup, 1996), pour un public d'étudiants,
La première guerre mondiale (MA, 1985), petit abécédaire lumineux, pour tous publics.
Crises et alternances 1974-2000 (Nouvelle Histoire de la France contemporaine), avec la collaboraton de Pascal Ory (Points, 2002), un regard lumineux sur l'histoire très récente.

Lazare Ponticelli, symbole de la France du XXe siècle

Le 12 mars 2008 s'est éteint Lazare Ponticelli (110 ans), dernier « poilu » français de la Grande Guerre (1914-1918). Singulier clin d'oeil du destin que la disparition, à la veille des cérémonies commémoratives du 90e anniversaire de l'Armistice, de ce personnage hors du commun, magnifique représentation de la France du XXe siècle.
Né en 1897 dans une famille très pauvre d'Italie, le dernier « poilu » arrive à Paris, à la gare de Lyon, seul et sans ressources, à l'âge de 9 ans ! Il vit de petits boulots et, dès qu'éclate la guerre, en 1914, se porte volontaire par reconnaissance pour la France qui l'a accueilli. Il n'hésite pas pour cela à tricher sur son âge (17 ans).
Quand l'Italie entre en guerre à son tour aux côtés des Alliés, en 1915, il doit contre son gré rejoindre son armée dans le Tyrol. Il finit la guerre avec les honneurs. Malgré son attachement pour la France, il attend 1939 pour demander la nationalité française.
De retour en France, il crée avec ses frères Céleste et Bonfils une entreprise de fumisterie industrielle. Celle-ci, Ponticelli frères, figure aujourd'hui, avec 3800 salariés dans le monde entier, parmi les entreprises françaises les plus reconnues, notamment en raison de ses performances dans la manutention pétrolière.

Publié ou mis à jour le : 2023-07-23 06:13:09
Pierre (16-07-2023 13:22:30)

Les Québécois ne se sentaient certainement concernés. On leur a imposé la conscription. Quand aux causes de la guerre, il faut dire que le 19 ième siècle avait laissé quelques dossiers en suspens: l’Autriche et la Russie n’avaient pas réglé leur contentieux des Balkans. Tous deux se disputaient la dépouille de l’empire ottoman. Et au sortir du siècle, l’Allemagne était la plus grande puissance mondiale, mais ça ne paraissait guère sur la carte du monde. L’influence de la France et surtout de l’Angleterre était beaucoup plus grande. Et la Russie, puissance fragile, occupait un territoire immense. Vous écrivez que les Allemands se sentaient menacés par la Russie: je dirais que c’était plutôt l’inverse. C’est pour cette raison que la Russie s’est alliée à la France qui n’avait toujours pas accepté sa défaite de 1870 et qui cherchait sa revanche.

Garamont (16-07-2023 10:50:26)

En réponse à Roudoudou : je pourrait vous conseiller trois livres. "La Grande Guerre", de Pierre Miquel, très complet et très agréable à lire. "Les Somnambules", de Christopher Clark, qui analyse les causes de cette guerre. Et le plus formidable de tous : "The Guns of August", de Barbara Tuchman, qui montre l'enchaînement des faits qui a conduit à la Grande Guerre, l'analyse des premières batailles sur le terrain, et l'aveuglement de l'état-major et sa doctrine de "l'offensive à outrance", qui a coûté des milliers de morts. Hélas ce formidable livre ne semble pas avoir été traduit en français. Peut-être que vous lisez l'anglais ?

roudoudou91 (20-09-2010 09:52:08)

Merci à M. BECKER pour tordre le cou à certaines contre-vérités que l'habitude et l'absence de curiosités ont fait passer au rang de certitudes. Non, les poilus ne sont pas partis de gaieté de coeur et les quelques films d’actualité que l'on peut consulter ne donnent qu'une idée très partielle de la réalité. Oui, cette boucherie aurait pu être évitée si l'Europe d'alors avait bénéficié de dirigeants à la hauteur, mais il est vrai aussi qu'on a les dirigeants que l'on mérite, et ce quelle que soit l'époque !
Par contre, existe t'il des documents sur les qualités ou les faiblesses de nos chefs de guerre de l'époque ? En effet, bien qu'ignorant de la chose militaire, je suppose que l'objectif d'une attaque, c'est de gagner un maximum de terrain pour un minimum de pertes humaines ce qui a été semble t'il complètement oublié entre 1914 et 1917. Dès les premiers mois de la guerre, les armées françaises sont parties au massacre sans réelle préparation, avec des armements inférieurs (le fameux 75 était certes mobile mais avec une portée très courte et nos mitrailleuses bien inférieures aux mitrailleuses Maxim allemandes) et nous devons une fière chandelle aux russes ce que peu de gens savent. Et puis avec les tranchées, certains chefs ont commandé des attaques dont l'intérêt stratégique échappe à l'entendement. Où puis-je trouver des informations sur les raisons de cette stratégie coûteuses en hommes et apparemment inutile sur le plan militaire ?
Cela dit, bravo pour votre site il fait aimer l'histoire !

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net