2 février 962

Naissance du Saint Empire

Le 2 février 962, à Rome, le Saxon Otton (ou Othon) est couronné empereur d'Occident par le pape Jean XII. À 49 ans, il fonde ainsi le Ier Reich allemand.

Cette tentative de reconstitution de l'empire de Charlemagne va perdurer cahin-caha pendant huit siècles sous l'appellation de Saint Empire romain germanique. Son titulaire sera appelé empereur d'Allemagne pour faire court.

Le Ier Reich sera aboli en 1806 par un autre prétendant à la succession de Charlemagne, Napoléon Ier !

André Larané

Première poussée allemande vers l'Est

Otton (ou Othon) a été sacré roi de Germanie à Aix-la-Chapelle, vingt-cinq ans plus tôt, le 8 août 936, à la suite de son père Henri Ier l'Oiseleur (ainsi surnommé parce qu'il aimait la chasse au faucon).

Après avoir brisé les révoltes des ducs et des grands féodaux allemands, il octroie aux abbés et aux évêques de vastes possessions foncières, s'érigeant de ce fait en protecteur de l'église allemande.

Il fonde des évêchés dans les territoires enlevés à l'Est aux Slaves païens : Oldenbourg, Brandebourg, Havelberg. Il installe aussi des moines à Saint-Maurice de Magdebourg, sur l'Elbe, en vue d'évangéliser ces territoires.

De la royauté à l'Empire

Otton traverse les Alpes, soumet l'Italie et ceint en 951, à Pavie, près de Milan, la couronne des rois lombards. Il contraint Bérenger II, marquis d'Ivrée et roi d'Italie autoproclamé, à le reconnaître comme suzerain.

Par la même occasion, il épouse Adélaïde (20 ans), déjà veuve de Lothaire, le dernier roi carolingien d'Italie. Ce mariage le console de son veuvage d'avec Édith, une princesse anglo-saxonne, et lui gagne la reconnaissance de l'aristocratie italienne.

Peu après, en 955, la victoire d'Otton sur les Hongrois au Lechfeld, au sud d'Augsbourg (Bavière), met un terme à la dernière invasion barbare en Europe. Elle lui vaut un immense prestige auprès de ses guerriers et des clercs d'Occident, qui songent à ressusciter pour lui le titre impérial. Justement, Otton reçoit un appel du pape Jean XII, dont les terres sont envahies par Bérenger II. Une bonne occasion pour aller à Rome.

Un sacre tumultueux

Pour protéger ses arrières, Otton fait reconnaître pour roi de Germanie le fils qu'il a eu d'Adélaïde. Cet enfant lui succèdera sous le nom d'Otton II (tous les futurs empereurs agiront de même avec leur fils à l'instant d'aller en Italie chercher la couronne impériale).

L'infatigable guerrier redescend en Italie et restaure le pape dans ses possessions. Il peut enfin se faire couronner à Rome « Empereur et Auguste » (« Imperator Augustus »).

Le Saxon prétend restaurer l'empire carolingien dont le dernier titulaire, Bérenger Ier de Frioul, était mort en 924 dans l'indifférence générale. Comme son père et tous ses successeurs, il tient à s'asseoir sur le trône de pierre de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle, à la place de Charlemagne.

Otton est servi dans son projet par la personnalité proprement scandaleuse du pape Jean XII : descendant d'un aventurier romain, ce jouisseur invétéré a été porté par le peuple de Rome sur le trône de Saint Pierre, sept ans plus tôt, à 18 ans, sur un ordre de son père !

Jean XII couronne Otton pour le remercier de l'avoir sauvé des griffes de Bérenger II et le nouvel empereur s'autorise en retour un droit d'intervention sur les élections pontificales à venir. Mais à peine a-t-il le dos tourné que le pape s'allie à son ancien ennemi, Bérenger II ! Otton n'apprécie pas la plaisanterie et revient sur ses pas.

Le mariage du futur Otton II et de Theophano (dos de reliure en ivoire du Xe siècle, musée de Cluny, Paris)Le 6 novembre 963, il fait déposer le pape pour immoralité par un concile d'évêques. C'est une première dans l'Histoire de l'Église ! Après quelques nouvelles élucubrations, Jean XII meurt l'année suivante, sans doute assassiné par un mari jaloux !...

Otton n'en a pas pourtant fini avec Rome. Jusqu'à sa mort, l'aristocratie romaine va lui disputer le droit de désigner le nouveau pape. Cette querelle est symptomatique de la décadence de la papauté en ce milieu du Xe siècle, à la veille de l'An Mil.

Pour terminer son règne en beauté, Otton Ier unit son fils, le futur Otton II, à une princesse byzantine, la belle Theophano, en vue de rapprocher, voire d'unir, les deux empires chrétiens.

Le mariage a lieu le 14 avril 972 à Rome mais il ne débouchera pas sur l'union rêvée... C'est que Theophano n'est que la nièce de l'empereur byzantin régnant, Jean Tzimiscès. Elle n'est pas « porphyrogénète », c'est-à-dire née dans la chambre de pourpre des empereurs.

Otton le Grand meurt l'année suivante, le 7 mai 973, à Memleben.

L'élection et la Diète d'Empire

Otton le Grand et ses successeurs ne sont jamais arrivés à affermir leur autorité. En l'absence de succession héréditaire, à chaque vacance du trône, le choix du titulaire est resté soumis au vote des principaux barons d'Allemagne, réunis en Assemblée d'Empire ou Diète.

D'une élection à l'autre, le nombre d'électeurs habilités à choisir l'empereur se réduit au fil des siècles à sept, nombre est fixé par la Bulle d'or de l'empereur Charles IV de Luxembourg (1356) : les archevêques de Trèves, Mayence et Cologne, le duc de Saxe, le roi de Bohême, le margrave de Brandebourg (futur roi de Prusse) et le comte palatin du Rhin.

Tirant parti de leur très petit nombre, ces personnages ô combien influents profitent des élections pour marchander un renforcement de leurs privilèges et de leur autonomie.

Les empereurs, une fois élus, comptent sur leurs belles et riches possessions italiennes pour restaurer leurs finances ébréchées par l'élection. Leur autorité en Allemagne même ne manque pas d'en souffrir. Le comble des marchandages est atteint pour l'élection de Charles Quint le 28 juin 1519 avec la complicité intéressée du richissime banquier Jacob Fugger.

Affaiblie par ces élections « intéressées », l'Allemagne attendra 9 siècles avant de devenir un État national.

Un Empire virtuel

En se faisant couronner par le pape à Rome, Otton le Grand a tenté de suivre l'exemple de Charlemagne, qui avait choisi Aix-la-Chapelle pour capitale, s'était fait couronner roi des Lombards et empereur d'Occident... près de deux siècles plus tôt.

Mais sans infrastructures ni administration, le nouvel empire apparaît comme une pâle copie de l'empire carolingien, lui-même copie de l'empire romain disparu depuis près de 500 ans. L'empire d'Otton couvre le royaume de Germanie, ou d'Allemagne, et le royaume d'Italie, limité à la Lombardie. Quelques décennies plus tard, en 1032, il s'adjoindra le royaume de Bourgogne, dernier avatar de la Lotharingie carolingienne.

Après le schisme religieux entre le pape et le patriarche grec de Constantinople, l'empire d'Occident se fait appeler « Saint Empire romain » (sacrum imperium) pour mieux se distinguer de l'empire byzantin d'Orient.

À la fin du Moyen Âge, au XVe siècle, avec l'avènement de Maximilien Ier, le titre impérial tombe définitivement dans la famille des Habsbourg.

En 1486, tandis que se développent partout en Europe les consciences nationales, on en vient à parler du Saint Empire romain germanique ou mieux encore du « Saint Empire romain de la nation germanique » (« Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation » en allemand). Tout un programme...

Charles Quint, élu le 28 juin 1519, est le dernier empereur à recevoir la consécration pontificale. Après lui, l'empire se cantonne à l'Allemagne et l'empereur n'a d'autorité que sur les États héréditaires des Habsbourg, essentiellement l'archiduché d'Autriche et les royaumes de Bohême et de Hongrie.

Le titre impérial devient exclusivement honorifique à partir des traités de Westphalie (1648). Le dernier titulaire, François II, est affaibli par la défaite de ses armées face aux troupes françaises.

Il craint avec raison que le vainqueur, qui lui-même s'est élevé à la dignité d'empereur des Français sous le nom de Napoléon Ier, ne tire un trait sur le Saint Empire romain germanique, ou empire d'Allemagne...

Une disparition très discrète

François II choisit de prendre les devants. Il renonce à son titre impérial dès août 1804 pour celui, plus significatif, d'empereur d'Autriche et roi de Bohème et de Hongrie, sous le nom de François Ier d'Habsbourg-Lorraine. Son nouveau titre rappelle qu'il est souverain absolu dans ses États héréditaires, extérieurs pour l'essentiel à l'empire d'Allemagne.

De façon logique, le vénérable Saint Empire est officiellement dissous deux ans plus tard, le 6 août 1806, à l'initiative de Napoléon Ier. Il lui substitue une éphémère Confédération du Rhin dont sont bien évidemment exclus les territoires autrichiens.

Bibliographie

Sur la naissance et les premiers pas du Saint Empire, on peut lire avec profit la très complète étude de l'historien Francis Rapp : Le Saint Empire romain germanique, d'Otton le Grand à Charles Quint (Tallandier, octobre 2000, 360 pages, 150 FTTC).

La France et le Saint-Empire romain germanique

Il était étrange, en l'an 2000, d'entendre un ancien ministre français de l'Intérieur évoquer le Saint Empire romain germanique. Jean-Pierre Chevènement appréhendait sa restauration sous la forme d'un protectorat de l'Allemagne sur les pays d'Europe centrale.

Le Saint Empire est mort il y a deux siècles (en 1806) et, pendant les 5 derniers siècles de son existence, il n'a été qu'un hochet entre les mains des Habsbourg qui régnaient à Vienne, aux marches de l'Allemagne.

Aussi longtemps que dura le Saint-Empire, jamais les Allemands n'agressèrent la France, sauf à Bouvines en 1214. Ils étaient trop divisés et leur empereur n'avait pas assez d'autorité pour les engager dans une guerre d'agression... De toute façon, il ne s'intéressait pas plus aux Français qu'à ses sujets allemands. Il n'avait d'yeux que pour les Italiens.

À deux reprises seulement, sous François Ier et sous Richelieu (il y a 450 ans et 365 ans !), la France se sentit menacée par l'empereur, mais c'était en tant que souverain de l'Espagne et des Pays-Bas.

L'Allemagne en tant que telle, et la Prusse qui la précéda, ne menacèrent la France qu'entre 1866 (bataille de Sadowa entre la Prusse et l'Autriche) et 1945, soit pendant moins de 80 ans. A comparer avec les 10 siècles d'existence de la France.

Si les Français veulent à tout prix se trouver un « ennemi séculaire » ou « héréditaire », ils doivent regarder non vers le Rhin mais vers l'Angleterre. Depuis le couronnement du roi Henri II Plantagenêt et d'Aliénor d'Aquitaine, en 1154, jusqu'à l'affaire de Fachoda, en 1898, soit pendant plus de 700 ans, les deux pays ne cessèrent presque jamais de se combattre ! La seule période de véritable entente remonte aux règnes de Louis-Philippe Ier et Napoléon III.

En 1898, les républicains nationalistes envisageaient encore de faire la guerre à la « perfide Albion » de préférence à l'Allemagne. En 1919, au traité de Versailles, le républicain Georges Clemenceau prit le risque d'ouvrir un boulevard à Hitler en laissant disparaître l'empire des Habsbourg, qu'il avait en haine.

Au vu de ces rappels historiques, il est regrettable que les séquelles douloureuses d'un passé proche n'en finissent pas d'obscurcir la conscience de nos meilleurs citoyens.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-14 15:29:17

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net