9 août 870

Partage de la Lotharingie

En août 843, par le traité de Verdun, les trois petits-fils de Charlemagne se sont partagés l'empire. L'aîné Lothaire hérite du titre impérial ainsi que de la partie centrale de l'empire, des bouches de l'Escaut au Tibre. Les deux autres, Louis le Germanique et Charles le Chauve, obtiennent la Francie orientale et la Francie occidentale.

Quand Lothaire meurt le 29 septembre 855, son héritage va à son fils Lothaire II. À ce moment-là, on commence de baptiser son royaume de son nom. Ainsi naît la Lotharingie  (après moult déformations, ce nom est devenu Lorraine).

Le 9 août 870, au lendemain de la mort de leur neveu, les deux derniers petis-fils de Charlemagne se rencontrent à Mersen, dans l'actuel Limbourg (près de Maastricht) en vue de se partager son héritage. Ainsi disparaît l'éphémère Lotharingie.

La Francie occidentale de Charles le Chauve (future France) et la Francie orientale de Louis le Germanique (future Allemagne) ont désormais une frontière commune qui suit à peu près les cours de la Moselle et de la Meuse. Cette frontière ne va cesser de fluctuer au fil des siècles et, jusqu'à nos jours, des millions de soldats et de victimes civiles ont payé la disparition de l'état-tampon de Lotharingie.

Le partage de l'empire carolingien

Cliquez pour agrandir
L'époque carolingienne s'étend sur deux siècles, les VIIIe et IXe. Elle est marquée par l'éclatement de l'empire romain en trois blocs antagonistes : l'empire arabo-musulman, l'empire byzantin, enfin, l'empire d'Occident ou empire carolingien.

Après Charlemagne et son fils Louis le Pieux, l'empire carolingien ne tarde pas à se diviser. Il est également assailli de toutes parts (Vikings, Sarrasins, Hongrois).

Reprise de la guerre

Louis le Germanique et Charles le Chauve, qui s'étaient entendus pour dépouiller leur neveu, ne tardent pas à entrer en conflit l'un contre l'autre.

- 876 : Charles le Chauve réunifie l'empire :

Apprenant par erreur la mort de son frère Louis II le Germanique, Charles le Chauve met la main sur son domaine. Il réussit très provisoirement à refaire l'unité de l'empire et obtient d'être couronné empereur à Rome par le pape Jean VIII à la Noël 875.

Louis II se dispose à répliquer quand il meurt pour de bon le 28 août 876 à Francfort. Ses fils reprennent la lutte et battent Charles le Chauve à Andernach, le 8 octobre 876.

À peine Charles le Chauve perd-il la Francie orientale qu'il doit déjà partir pour l'Italie, au secours du pape menacé par les Sarrasins. Comme ses compagnons d'armes rechignent à une nouvelle expédition, il leur offre par le capitulaire de Quierzy-sur-Oise le droit de céder à leurs héritiers les terres dont lui-même ou ses prédécesseurs leur a confié la garde. C'est l'amorce de la « société féodale ». Charles le Chauve n'aura pas le temps d'en voir les conséquences car il meurt à son retour d'Italie, au pied du Mont Cenis, à Avrieux, le 6 octobre 877, à 54 ans.

En 34 ans de règne, Charles le Chauve s'est épuisé à lutter contre ses frères mais aussi contre les Sarrasins et surtout les Normands ou Vikings. Après lui, le déclin de l'empire carolingien s'accélère.

- 879 : Boson se taille un royaume sur les bords du Rhône :

Boson, un rude guerrier qui est aussi le beau-frère de Charles le Chauve et le gendre de l'empereur Louis II le Germanique, réunit sous son autorité toute la partie méridionale de la Francie médiane, à savoir la Provence, le Bugey et la Bresse, le Dauphiné... Le 15 octobre 879, avec le soutien de l'archevêque de Vienne, il se fait élire par les barons du cru roi de Bourgogne Provence à Mantaille (une petite ville du département actuel de la Drôme).

Mais il doit se battre sans fin contre ses parents par alliance jusqu'à sa mort, le 11 janvier 887. Son fils Louis l'Aveugle relève le titre royal en 890, mettant la main sur le Lyonnais, le Viennois et la Provence.

- 884 : Charles le Gros, fils de Louis II, refait l'unité de l'empire :

Charles le Gros, arrière-petit-fils de Charlemagne, récupère la Francie orientale (l'actuelle Allemagne) après la disparition de son père Louis II le Germanique et de ses deux frères aînés.

En 884, la mort de son cousin Carloman lui vaut d'être également élu roi de Francie occidentale. Ainsi est restaurée une nouvelle fois l'unité de l'empire carolingien, quarante ans après que les fils de Louis Le Pieux, successeur de Charlemagne, se le soient partagé. Mais l'empereur Charles III le Gros se montre incapable d'organiser la défense de l'Occident contre les envahisseurs de tous poils.

Moins d'un siècle après sa fondation, l'empire de Charlemagne est au plus mal. Cet ensemble qui s'étend de l'Ebre, au sud des Pyrénées, à l'Elbe, à l'extrême limite des terres de langue germanique, n'est plus que l'ombre de lui-même.

Le Regnum francorum ou royaume des Francs (nom que les clercs de l'époque donnent à l'héritage commun de Clovis et Charlemagne) est partout assiégé :
– Les Normands sèment la terreur le long des grands fleuves.
– Les Sarrasins s'établissent en Sicile et en Provence. Ils poussent des razzias jusqu'à Rome, détruite en 846, et dans... les Vosges.
– Les Magyars viennent de l'Est, d'où sont venus aussi les Huns puis les Avars, qu'a écrasés Charlemagne. Ils effectuent des chevauchées jusqu'à... Nîmes.

- 888 : l'empire se délite :

Indignés par le lâche accommodement de l'empereur avec les Vikings, les barons de Souabe et Franconie, réunis à la Diète de Tibur, près de Mayence, en novembre 887, dépouillent Charles le Gros de la couronne de Francie orientale et la confient à l'un de ses cousins, Arnoul de Carinthie. Leurs homologues occidentaux s'apprêtent à agir de même au profit du comte Eudes quand l'empereur meurt opportunément le 13 janvier 888. C'en est (presque) fini des Carolingiens.

- 1032 : la Lotharingie est absorbée par le Saint Empire :

Le royaume de Bourgogne et Provence survit à travers bien des vicissitudes. Rodolphe III, dernier roi de Bourgogne, meurt sans postérité le 6 septembre 1032 et lègue sa couronne à l'empereur germanique Conrad le Salique, titulaire du Saint Empire, qui règne déjà sur les royaumes d'Allemagne et d'Italie. C'est ainsi que ce reliquat de la Lotharingie indépendante devient terre d'Empire

Très étendu, du Jura à la Méditerranée et des Alpes au Rhône, le royaume est rebaptisé au siècle suivant royaume d'Arles et de Vienne. De façon plutôt pacifique, il sera habilement récupéré par le roi de France à la fin du Moyen Âge.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2019-07-22 15:17:23

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net