27 décembre 537

Inauguration de Sainte-Sophie

Le 27 décembre 537, l'empereur Justinien et son épouse Théodora inaugurent à Constantinople la basilique de la Sainte Sagesse (en grec Haghia Sophia). Le monument est plus communément appelé Sainte-Sophie en Occident.

Sa consécration intervient peu après la fermeture par Justinien, en 529, des dernières écoles de philosophie héritées d'Athènes. C'est à la fois une fin, celle de l'Antiquité païenne, et un commencement, celui de l'Orient byzantin.

Camille Vignolle
Sainte Sagesse

Dédiée à la Sainte Sagesse, dont se réclament toutes les cultures et religions, la basilique n'a pas été débaptisée par les Turcs après leur prise de Constantinople. Transformée en mosquée puis en musée à l'avènement de la République turque, elle a conservé son nom grec : Haghia Sophia.

Justinien plus fort que Salomon !

Deux siècles plus tôt, Constantin le Grand a déplacé la capitale de l'empire romain sur le détroit qui sépare l'Europe de l'Asie. Prenant acte de la montée en puissance du christianisme, il en exclut les temples païens et la voue à la nouvelle religion. C'est ainsi qu'il fait ériger une première basilique au coeur de la ville, sur une éminence superbe située entre le chenal de la Corne d'Or et la mer de Marmara. L'édifice est incendié une première fois en 404 et reconstruit...

Constantinople atteint son apogée beaucoup plus tard, sous le règne de Justinien. La ville compte alors un million d'habitants. Mais une violente sédition, la sédition Nika, provoque en 532 de sévères dommages sur plusieurs monuments et réduit une nouvelle fois en cendres la basilique Haghia Sophia.

Justinien lance sans attendre sa reconstruction avec l'ambition de surpasser son illustre prédécesseur.

La basilique Sainte-Sophie au Moyen Âge Aucune limite n'est imposée aux architectes Anthémios de Tralles et Isidore de Milet.

Ils emploient 10.000 ouvriers à la construction et font le choix des matériaux les plus rares et les plus précieux.

Ils ne se gênent pas pour récupérer les marbres, les colonnes et les sculptures des temples d'Éphèse, d'Héliopolis, en Phénicie, d'Athènes, de Délos et même d'Égypte.

Le monument est construit suivant le plan rectangulaire des anciennes basiliques romaines et doté d'une coupole. Il est en briques avec un revêtement intérieur en plaques de marbre. L'esthétique extérieure laisse à désirer. Mais, avec une nef à plan carré de 90 mètres de côté où joue la lumière naturelle, l'intérieur donne aux fidèles l'impression d'être dans le vestibule du paradis.

La principale innovation réside dans la coupole centrale. Elle culmine à 55 mètres de haut. Ses briques, sélectionnées avec soin, sont d'une extrême légèreté et portent l'inscription en grec : « C'est Dieu qui l'a fondée, Dieu lui portera secours » (deux précautions valent mieux qu'une).

L'achèvement des travaux donne lieu à de grandioses festivités pendant 14 jours. « Gloire à Dieu qui m'a jugé digne d'accomplir cet ouvrage, » lance l'empereur Justinien, et il ajoute avec orgueil, faisant allusion au roi des Hébreux qui construisit le Temple de Jérusalem : « Je t'ai surpassé, ô Salomon ! »

Une descendance nombreuse

Malgré toutes les précautions initiales, la coupole s'effondre le 7 mai 558, au cours d'un tremblement de terre.

La basilique Sainte-Sophie aujourd'hui (DR)Elle est reconstruite par Isidore le Jeune. Sa résistance est améliorée par une gaine de maçonnerie extérieure et quatre piliers discrets. Son diamètre, réduit de 7 mètres par rapport au plan initial, conserve la dimension respectable de 31 mètres.

La basilique de la Sainte Sagesse va inspirer les architectes occidentaux au Moyen Âge.

Un siècle après la conquête de Constantinople par les Turcs et sa transformation en mosquée avec l'ajout de quatre minarets à ses angles, la basilique va aussi inspirer Sinan, le grand architecte du sultan Soliman le Magnifique.

Cet ancien janissaire d'origine grecque conçoit ses mosquées selon le même plan que Haghia Sophia : la Shehzade, la mosquée de Soliman - ou Süleymaniye - à Istamboul (Constantinople), et la mosquée de Sélim - ou Selimiye - à Edirne (Andrinople).

Publié ou mis à jour le : 2019-12-17 10:32:31

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net