11 mars 2011

Séisme de Sendai et accident nucléaire de Fukushima

Le 11 mars 2011, à 14h26, un tremblement de terre d'une magnitude 9 sur l'échelle de Richter (la plus forte amplitude servant de mesure) a lieu au large de Sendai, au nord-est de l'île de Honshu (Japon). Elle provoque des dégâts considérables et fait plusieurs milliers de victimes dans la préfecture de Fukushima. 

La catastrophe est amplifiée par un impressionnant tsunami qui balaye les côtes dix minutes seulement après les premières secousses. Il s'agit d'une vague provoquée par la secousse tellurique. D'une hauteur de 23 mètres à son maximum, elle endommage gravement plusieurs villes comme Ishinomaki, Natori ou encore Okuma.

La vague noie aussi la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Il ne va en résulter aucune victime mais un effroi planétaire qui se soldera pas l'arrêt du nucléaire civil dans quelques pays, dont l'Allemagne et le Japon.    

André Larané

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi après l'accident du 11 mars 2011 (photo : wikimedia)

Accident nucléaire : plus de peur que de mal

À Fukushima, le risque nucléaire s'ajoute à la désolation du fait de la présence de la centrale atomique, construite au bord de la mer. La centrale est balayée par le raz-de-marée.

La vague submerge la digue, haute de seulement sept mètres, et met hors circuit les circuits de refroidissements de plusieurs réacteurs, provoquant la fusion partielle des coeurs de réacteurs. Il s'ensuit l'émission de vapeur d'eau et d'hydrogène dans l'enceinte de confinement. L'hydrogène explose et souffle les toits des bâtiments.

Des fuites radioactives sont constatées (iode 131, césium 137) et un nuage se propage dans l'atmosphère, provoquant un début de panique dans la population. Fort heureusement, la plupart des rejets vont être emportés par les vents et se disperser dans l'océan Pacifique.

Cette double catastrophe, qui associe la Nature et l'Homme, est sans doute la plus grave qu'ait jamais connue le Japon, justifiant une intervention exceptionnelle de l'empereur Akihito dans les médias dès le mercredi 16 mars 2011. Le Premier ministre Naoto Kan et son administration se voient reprocher l'opacité de l'information et la lenteur de leurs réactions cependant que les responsables de Tokyo Electric Power Company (Tepco), l'exploitant de la centrale, sont accusés de coupables négligences.

De fait, les enquêtes ultérieures vont montrer que l'accident a été rendu possible par des erreurs humaines et une culture de la sécurité insuffisante chez l'exploitant, tout comme d'ailleurs dans les précédents accidents nucléaires, à Three Miles Island (États-Unis, 1979) et Tchernobyl (URSS, 1986).

Le bilan immédiat du tsunami se solde par 18 000 victimes dans la région de Tōhoku ainsi que 2500 disparus. Pas moins de 340 000 personnes ont dû aussi être déplacées dont 160 000 pour échapper aux retombées radioactives qui ont affecté une surface d'environ 30 000 km2 (l'équivalent de la Belgique). L'évacuation a entraîné le décès prématuré de deux mille personnes âgées ou malades, ainsi que des suicides et des dépressions.

Toutefois, soulignons-le, dix ans après, aucune victime ni aucun cancer ne sont à déplorer du fait de l'accident nucléaire. Une surveillance attentive de la population pendant les dix ans qui ont suivi n'a pas diagnostiqué plus de cancers qu'ailleurs. Sur les vingt mille personnes qui ont été amenées à intervenir sur le lieu du sinistre, seules six ont in fine présenté une radioactivité supérieure au seuil d'alerte.

Par précaution, les autorités japonaises ont néanmoins entrepris de décontaminer les sols avant d'autoriser le retour des habitants. Si elles n'entendent pas réouvrir la centrale de Fukushima Daiichi, elles n'ont pas encore tout à fait renoncé à leurs autres centrales nucléaires (le Japon comptait 54 réacteurs en 2011). L'Allemagne est en définitive le seul pays qui ait décidé d'arrêter le nucléaire civil suite à l'accident de Fukushima.

Evolution du parc nucléaire mondial depuis Fukushima (source : CNews)

Publié ou mis à jour le : 2021-03-25 15:18:56

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net