21 juin 1982

La première Fête de la Musique

Entre artistes renommés et amateurs plus ou moins éclairés, la Fête de la Musique célèbre tous les styles de musique dans plus de 120 pays à travers les cinq continents. Elle se tient traditionnellement tous les ans le 21 juin, au moment du solstice d'été, jour le plus long de l’année dans l’hémisphère nord.

La première édition a été lancée le 21 juin 1982 par Jack Lang, ministre de la Culture dans le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterrand.

Charlotte Chaulin

Fête de la musique place du Vieux-Marché à Rouen.

Faites de la musique !

En octobre 1981, Jack Lang nomme Maurice Fleuret (1932-1990) au poste de directeur de la musique et de la danse. Ce dernier parvient à le convaincre de démarrer une initiative, propre à la gauche, de rassemblement annuel autour de la musique.

L’année suivante, une étude menée par le service des études et de la recherche du ministère de la Culture montre que cinq millions de personnes, dont un jeune sur deux, jouent d’un instrument de musique et qu’un Français sur dix possède un instrument de musique.

Affiche de la quatrième édition de la Fête de la musique en 1985 par Tomi Ungerer.Christian Dupavillon, architecte-scénographe membre du cabinet ministériel, propose alors d’organiser une « manif » autour de la musique. L'idée aurait paru saugrenue dans des pays voisins comme l'Allemagne, l'Italie... où la musique et le chant font partie du quotidien de chacun. Rien de tel en France où l'on se fait violence pour chanter ou jouer d'un instrument en société... Fleuret va donc mettre en oeuvre cette  « manif »...

La première édition est lancée en 1982. Des milliers d’initiatives fleurissent dans tout le pays. Les musiciens s’installent dans les rues, les squares, les jardins, les gares, les places et n’importe quel endroit urbain qui peut les accueillir.

Cette grande fête incarne une utopie sociale. Elle est gratuite, ouverte à toutes les musiques « sans hiérarchie de genres et de pratiques » et à tous les Français, sans distinction de classe.

Le soir de la première Fête de la Musique, le philosophe Edgar Morin dit ressentir une « émotion planétaire et cosmique ». Festives et colorées, à l’image de la soirée dont elles font la promotion, les affiches sont illustrées chaque année par des dessinateurs de renom, de Tomi Ungerer à Sempé en passant par Wolinski et Claire Brétécher.

Maurice Fleuret, un mélomane au grand cœur

Maurice Fleuret (1932-1990)Maurice Fleuret (1932-1990) s'est formé au métier d'instituteur avant d'être rattrapé par sa passion pour la musique. À vingt ans, il part à Paris pour étudier au Conservatoire où il suit les cours de deux prestigieux professeurs, Norbert Dufourcq et Olivier Messiaen. Dès sa sortie, il donne des conférences aux Jeunesses musicales de France avec l'ambition de faire résonner la musique, de la partager avec le monde. Dès les années 1960, il est animé par l’idée que « la musique est partout ».

Il fait la collection des instruments de tous les pays qu’il visite et s’intéresse aux musiques du monde dont les musiques d’Afrique qui émergent en France dans les années 1980. Il parle de « révolution » et de « mondialisation musicale ».

Le choix de la date

Boire un chocolat chaud au coin du feu en écoutant un bon morceau de jazz en hiver, se promener dans un parc parsemé de feuilles mortes en automne en écoutant Tété ou bien l’été indien de Joe Dassin, flâner en terrasse aux premiers beaux jours du printemps en écoutant les quatre saisons de Vivaldi, bronzer sur la plage sous le soleil brûlant du mois d’août en écoutant en boucle le tube de l’été, qui donne envie d’aller danser à la nuit tombée...

Une du Petit Journal du 1er juillet 1893. Sur l'agrandissement, le tableau La Fête de la Saint-Jean de Jules Breton, 1875.La musique berce nos vies au rythme des saisons. Qu’on le veuille ou non, elle est présente dans notre quotidien, tout au long de l’année (parce que nos voisins l'écoutent un peu trop fort, parce qu'elle est diffusée en boucle dans restaurants et boutiques ou parce qu'un collègue de bureau nous met une chanson dans la tête à force de la fredonner). Alors pourquoi avoir choisi de la célébrer le 21 juin ?

Cette date coïncide avec le solstice d’été, entre le 20 et le 22 juin, qui a donné lieu dès l'Antiquité à des festivités destinées à célébrer la fin des moissons. À quelques jours près, la Fête de la Musique aurait même concurrencé la fête de la Saint-Jean, en l'honneur de saint Jean Baptiste. Établie le 24 juin en remplacement d'une fête païenne, elle est devenue très populaire dans  la chrétienté occidentale et est même devenue fête nationale au Québec.

Ces fêtes étaient accompagnées de feux de joie gigantesques par dessus lesquels il était coutume de sauter. Pour la Fête de la Musique, pas de feux, mais toujours beaucoup de joie. Et, il ne faut pas l’oublier, elle permet surtout aux fêtards de profiter de la journée la plus longue et de la nuit la plus courte de l’année.

Un phénomène mondial

En 1985, la musique fut le thème de l’Année européenne promue par la Commission et le Parlement européen, par le fait que cette même année étaient célébrés les tricentenaires de la naissance de Bach, Haendel et Scarlatti. Par la même occasion, la Fête de la Musique a commencé à s’exporter à l’étranger.

Aujourd’hui, cette manifestation a atteint plus de 120 pays et environ 500 villes. Elle est arrivée en 2005 à New York, en 2010 à Shangaï et en 2011 à Rio de Janeiro. 

Notons toutefois que chaque pays organise ces festivités comme il l’entend. Pour ne citer que quelques exemples : Genève fête la musique sur trois jours, la première édition de la Fête de la Musique à Stockholm s’est déroulée le 18 juin 2010 et en 2013 Bogota a vibré au rythme des musiques colombiennes les 22 et 23 juin. Quant au Québec, toujours fidèle à la Saint-Jean et à ses feux de joie, il demeure réfractaire à l'initiative de Jack Lang.

Même si certains aspects sont sujets à controverses : l’alcoolémie chez les jeunes, les dégradations dans les villes, les nuisances sonores, l’amateurisme musical (cacophonie, kermesse) etc., la Fête de la Musique reste le rendez-vous des petits et grands qui aiment se rassembler pour un moment de partage en musique dans une atmosphère bon enfant.

Publié ou mis à jour le : 2020-06-04 12:46:44

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net