Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
La guerre froide
Le soulèvement de Budapest
• 5 mars 1946 : début de la guerre froide
• 5 juin 1947 : le plan Marshall
• 25 février 1948 : le coup de Prague
• 4 avril 1949 : fondation de l'OTAN
• 9 février 1950 : le maccarthysme à l'oeuvre
• 25 juin 1950 : début de la guerre de Corée
• 5 mars 1953 : mort de Staline
• 17 juin 1953 : insurrection à Berlin-Est
• 19 juin 1953 : les Rosenberg sont exécutés
• 24 février 1956 : rapport de Khrouchtchev au XXe Congrès
• 23 octobre 1956 : Budapest se soulève
• 1er mai 1960 : un avion-espion abattu au-dessus de l'URSS
• 12 août 1961 : le Mur de la honte
• 22 octobre 1962 : affaire des fusées de Cuba
• 21 août 1968 : invasion de la Tchécoslovaquie
• 1er août 1975 : acte final de la conférence d'Helsinki
• 27 avril 1978 : coup d'État à Kaboul
• 13 décembre 1981 : état de guerre en Pologne
• 9 novembre 1989 : chute du mur de Berlin
• 21 décembre 1991 : dissolution de l'URSS
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

1er août 1975

Acte final de la conférence d'Helsinki


Trente-trois États européens ainsi que les États-Unis et le Canada signent le 1er août 1975 à Helsinki (Finlande) l'Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE).

André Larané

Leonid Brejnev signe le texte de la conférence d'Helsinki (CSCE), 1er août 1975

Piège inattendu pour les Soviétiques

La conférence a débuté deux ans plus tôt, le 3 juillet 1973, suite à une suggestion de Leonid Brejnev, homme fort de l'Union soviétique, qui souhaitait que soit entériné le partage de l'Europe issu de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit rien moins que de mettre fin à une guerre froide d'un quart de siècle. Toute l'Europe est conviée à Helsinki, y compris le Vatican dont c'est la première participation à un congrès international depuis 1815.

On prévoit des « corbeilles » destinées à recueillir les suggestions des différents congressistes. Pour le coup, le Saint Siège réussit son retour sur la scène diplomatique en imposant une « troisième corbeille » sur les droits de l'Homme et la liberté de conscience, outre les corbeilles sur la sécurité et la coopération.

L'Acte final est un procès-verbal sans portée juridique, à la différence d'un traité. Il ne va pas moins en avoir une grande portée politique...

En effet, Leonid Brejnev, tout-puissant secrétaire général du PCUS (parti communiste de l'URSS), qui se félicite avant tout de la reconnaissance du partage de l'Europe, commet l'erreur de laisser publier l'intégralité du traité dans la presse soviétique.

Les dissidents soviétiques, tel Andreï Sakharov, vont en saisir toute la portée. Ils vont tirer argument de la reconnaissance par l'URSS de la liberté de conscience pour mieux faire entendre leur voix. À ce titre, l'Acte final d'Helsinki marque le commencement de la désintégration de l'URSS.


Épisode suivant Voir la suite
• 27 avril 1978 : coup d'État à Kaboul

Publié ou mis à jour le : 2015-10-21 18:32:17

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Sous quel nom est plus connu Vladimir Ilitch Oulianov ?

Réponse
Publicité