11 septembre 1973

Mort tragique de Salvador Allende

Le 11 septembre 1973, au Chili, le gouvernement d'Unité Populaire est renversé dans des conditions dramatiques. Le président socialiste Salvador Allende, élu trois ans plus tôt, est conduit au suicide.

C'est pour ce pays prospère de dix millions d'habitants la fin d'une pratique démocratique vieille de plusieurs décennies qui lui a valu le surnom autrefois élogieux de « Prusse de l'Amérique du sud » ou encore de « Suisse de l'Amérique du Sud ».

André Larané
La Moneda en flammes après le bombardement par l'aviation, Santiago-du-Chili, 11 septembre 1973

L'armée s'insurge

Salvador Allende est le premier marxiste latino-américain élu démocratiquement. Il ne doit cependant son élection à la présidence le 4 septembre 1970, qu'à la division de ses adversaires. 

Salvador Allende en 1972.À la tête d'une coalition hétéroclite qui va des radicaux centristes à l'extrême-gauche révolutionnaire et violente, il voit se dresser en face de lui une droite qui réunit la bourgeoisie mais aussi une fraction des ouvriers victimes des désordres économiques. 

En avril 1973, les étudiants de l'Université catholique de Santiago applaudissent les grévistes de la grande mine de cuivre d'El Teniente ! Plus grave encore, le 29 juin 1973, un groupe d'officiers tente de se mutiner à la tête du principal régiment de blindés de Santiago.

Le 23 août 1973, humilié et découragé, le général Carlos Prats, fidèle soutien du gouvernement, remet sa démission et Salvado Allende appelle Augusto Pinochet (58 ans) à le remplacer à la tête de l'armée de terre. Le président ne voit plus d'autre issue que dans un référendum mais on ne lui laissera pas le temps de l'organiser.

À peine deux semaines plus tard, les commandants de l'armée de l'air et de la marine décident de mettre un terme par la force à l'expérience socialiste. Non sans peine, le 9 septembre, ils persuadent le général Pinochet de se joindre à la junte.

Le matin du 11 septembre 1973, des unités de la marine neutralisent le port de Valparaiso. Peu après, à Santiago-du-Chili, les soldats investissent le palais présidentiel de La Moneda, construit en 1806.

Salvador Allende, coiffé d'un casque, observe les avions bombardant la MonedaVers midi, l'aviation bombarde le palais et les soldats y pénètrent enfin.

Après une allocution désespérée à la radio, le président demande à ses défenseurs de quitter les lieux. Resté seul, il se suicide d'une rafale de mitraillette. Il a 65 ans.

La junte militaire proclame l'état de siège dans tout le pays et dissout les partis. Dans les jours qui suivent, 45 000 personnes suspectes de sympathies marxistes sont raflées et concentrées dans le sinistre stade de Santiago (*).

Trois mille d'entre elles disparaissent tragiquement dans les geôles militaires ; beaucoup sont torturées avant d'être exécutées de diverses façons comme d'être lâchées du haut d'un avion dans l'océan !

200 000 Chiliens se sentant menacés prennent les chemins de l'exil.

Ce déchaînement de violence sadique vaudra un quart de siècle plus tard une inculpation de crime contre l'humanité à Augusto Pinochet.

Arrestations dans la rue à Santiag-du-Chili, 11 septembre 1973

La dictature en marche

Contre toute attente, le commandant de l'armée de terre a réussi à prendre l'ascendant sur ses homologues de l'air et de la marine. Animé par une immense soif de revanche, il utilise la violence pour asseoir son pouvoir sur le pays.

Après avoir laissé pendant quelques jours les militaires se défouler, il confie la police politique à un organisme à sa dévotion, la DINA (Dirección de Inteligencia Nacional). Celle-ci, dans les années suivantes, va méticuleusement traquer les opposants, au Chili et à l'étranger.

Le 30 septembre 1974, le général Carlos Prats et son épouse sont tués dans un attentat à la voiture piégée à Buenos Aires. Deux ans plus tard, le 21 septembre 1976, à Washington, c'est le tour d'Orlando Letelier, économiste et ministre des Affaires étrangères de Salvador Allende.

Augusto José Ramón Pinochet Ugarte assiste à un Te Deum en 1973 (Valparaíso,  25 novembre 1915 - Santiago, 10 décembre 2006)En attendant, le nouveau président de la République appelle à ses côtés de jeunes économistes diplômés de l'Université de Chicago, les «Chicago Boys», pour remettre l'économie sur ses pieds. Ils vont y réussir en appliquant à la lettre les recettes libérales de l'économiste américain Milton Friedman.

Les entreprises nationalisées par les présidents précédents sont restituées à leurs anciens propriétaires cependant que sont privatisées de grandes entreprises publiques comme l'Entreprise nationale d'électricité. Le contrôle des prix est aboli, les barrières douanières abaissées, les investissements étrangers encouragés.

La croissance économique ne tarde pas à s'accélérer mais c'est au prix d'une extrême aggravation des inégalités et de la pauvreté.

En 1980, Augusto Pinochet, soucieux de légitimer son pouvoir, appelle ses concitoyens à ratifier par plébiscite une nouvelle Constitution.

Le 5 octobre 1988, enfin, le « chef suprême de la Nation » met son pouvoir en jeu à l'occasion d'un référendum. Cette fois, l'URSS étant à l'agonie, il n'est plus d'aucune utilité pour Washington, qui n'a plus à craindre les menées soviétiques en Amérique latine. 54% des Chiliens se prononcent contre la prolongation du mandat de Pinochet.

Fin de règne

Augusto Pinochet quitte donc la présidence de la République le 11 mars 1990... tout en conservant huit ans encore le commandement de l'armée de terre ! Lentement, le Chili sort de la dictature et renoue avec ses traditions démocratiques.

Sénateur à vie, l'ancien dictateur est arrêté le 16 octobre 1998, lors d'un voyage à Londres, suite à une poursuite engagée par le juge espagnol Baltazar Garzon pour crime contre l'humanité. Il regagne le Chili après 503 jours de détention.

Il meurt le 10 décembre 2006, richissime mais honni par la plupart de ses concitoyens.

Le Plan Condor

Le coup d'État de Pinochet, au Chili, coïncide avec un spectaculaire recul de la démocratie en Amérique du Sud. Des dictatures militaires prospèrent aussi au Brésil, en Bolivie, au Paraguay, en Uruguay, en Argentine…
Elles bénéficient du discret soutien des États-Unis, qui se remettent mal de leur échec au Vietnam et sont effrayés par les émules de Fidel Castro et Mao Zedong (Montoneros en Argentine, Tupamaros en Uruguay, Sentier lumineux au Pérou, FARC en Colombie…).
Dans le cadre d'un Plan Condor, les polices secrètes de ces régimes dictatoriaux coopèrent pour éliminer leurs opposants. Mais après le scandaleux attentat contre Orlando Letelier, le président américain Jimmy Carter leur retire son soutien. L'existence du Plan Condor a été révélée en 1992 par l'ouverture des archives du dictateur paraguyen Alfredo Stroessner.

Publié ou mis à jour le : 2023-09-08 10:24:58
Jean Paul MAÏS (12-09-2021 12:39:20)

C'est donc PINOCHET, le dernier arrivé des complotistes qui s'empare du pouvoir ? Et "Fidel CASTRO ne serait qu'un autre dictateur" ? Toujours ce renvoi dos à dos des fascistes et des communistes ? On ne s'en défera donc jamais ?

Pulchérie (14-09-2017 10:39:52)

En ce qui concerne le Chili d'Allende, le coup d'état de Pinochet n'aurait pu avoir lieu sans les manœuvres de la CIA et l'arrosage financier, et sans la déstabilisation économique par une chute provoquée du prix du cuivre en particulier. Sur ce sujet, Maurice Lemoine rappelle en quelques lignes la tactique économique classique utilisée pour déstabiliser, comme elle est à nouveau à l'œuvre au Vénézuela. Je cite le passage de Lemoine: "En matière de « déstabilisation économique » débouchant sur un coup d’Etat, le Chili de l’Unité populaire (4 septembre 1970 – 11 septembre 1973) demeure évidemment une référence incontestée. Rien de plus clair que l’ordre donné par Richard Nixon à la Central Intelligence Agency (CIA) : « Make the economy scream ! » (« faites crier l’économie »). Ainsi que la multiplication des mesures de rétorsion mises en œuvre contre Santiago : blocage des biens et avoirs chiliens aux Etats-Unis, disparition des machines et pièces de rechange pour les mines, manœuvres à l’international pour empêcher la consolidation de la dette chilienne, pressions sur le cours du cuivre, saisie-arrêt des exportations de ce métal vers l’Europe... En 1972, du fait des mesures sociales et de l’augmentation du pouvoir d’achat, la consommation populaire augmente considérablement. Suspendant la mise en vente de leurs stocks, retenant leurs marchandises, les entreprises privées provoquent délibérément des problèmes de ravitaillement. Des files d’attente interminables se forment à l’entrée des magasins. La majorité des biens de première nécessité – dont l’inévitable papier hygiénique ! – ne se trouvent plus qu’au marché noir. Quotidien chilien « de référence », El Mercurio se délecte : « Le socialisme c’est la pénurie ». Casseroles vides à la main, des milliers d’opposants se rassemblent dans les rues. Le 25 juillet 1973, grassement « arrosée » de 2 millions de dollars par la CIA, la puissante fédération des camionneurs déclare une grève illimitée et immobilise sa flotte de poids lourds pour empêcher les aliments de parvenir à la population. Dans très peu de temps, il ne restera au général Augusto Pinochet qu’à intervenir pour mettre un terme à la débâcle de l’« économie socialiste ». Très court extrait du texte publié par Medelu (www.medelu.org), l'excellent site de l'association "Mémoires des luttes".
Il ne peut pas y avoir de gouvernement de gauche en Amérique latine et centrale ! Tel est le continuel souci des USA, sans doute pour éviter la contagion vers l'Amérique du Nord et la mise en danger du Grand Capital ?

maria chile (30-03-2017 19:53:06)

J'ai fait connaissance avec le Chili, ma seconde patrie, en août 1972. Dans le port de Valparaiso on ne voyait que les pavillons des bâteaux arborant la faucille et le marteau...on manifestait dans les rues en tapant dans les casseroles. et dans les immeubles en faisant clignoter les lumières tous les soirs.. et il fallait faire la "cola "(queue) pour pouvoir acheter à manger.. des groupes de guerilleros armés s'entrainaient dans la campagne , et les " tomas" d'entreprises, d'exploitations agricoles se multipliaient....Oui Pinochet a sauvé le Chili....qui est à nouveau une démocratie, mais l'omelette ne s'est pas faite sans casser les oeufs, hélas.

sophie (21-03-2014 01:39:06)

merci de cet article, mais vous mentionnez les FARC comme étant originaires du Venezuela, mais FARC veut dire forces armees revolutionnaires de colombie...
meme si ces troupes passaient au Vzla, c'était de façon illégale et elles n'étaient pas vénézuéliennes.

Choutka (12-09-2013 12:25:03)

Seuls les marxistes peuvent défendre Allende, mal élu, qui a ruiné le pays. Pinochet, élu en totale légalité, l'a sauvé mais il est bien difficile de remettre de l'ordre après les sottises d'une dictature marxiste

y.lejeune (18-08-2008 13:37:04)

A propos de la période post-Pinochet voir le très beau film de Roman Polanski "La jeune fille et la mort", huis clos entre une victime de la dictature et son ancien bourreau.
Musique sublime, acteurs exceptionnels (Sigourney Weaver et Ben Kingsley).

JDOURI (29-09-2006 12:19:29)

Je voudrais rejoindre Pauline dans sa remarque , car effectivement , les mége-puissances de ce triste bas-monde ont une facheuse tendance a occulter des parties de l'histoire telle que celle du regretté Allende ! Face à notre propre impuissance , je ne peux qu'encourager les gens a se renseigner sur ce qu'ont été les réelles tragedies de ce siècle ! Merci a herodote.net !et.... QUé VIVA LA REVOLUTION !!!!!

pauline (12-09-2006 12:56:35)

Les médias européens (et pas seulement les médias d'ailleurs) relayent effectivement un peu trop ce tragique événement du 11 septembre 2001. Cependant hier soir sur Arte était diffusée une série de courts métrages assez bien faits : l'un d'entre eux parlait du 11 septembre 1973 et dénonçait, comme vous le fait, l'oubli dans lequel on a tendance à le mettre... maigre consolation certes mais c'est déjà ça...

philippe (11-09-2006 07:02:21)

Je me souviens, comme si c'était hier, de la mort tragique survenue le 11 septembre 1973 au Chili où un grand défenseur des libertés démocratiques a été assassiné avec la connivence des Services des renseignements américains. On connaît les massacres et les persécutions perprétrés par la suite par "Pinocchio", le pion chilien de la CIA. Aujourd'hui, le 11 septembre 2006, je conçois que ces mêmes Americains commémorent "leur" 11 septembre, celui de 2001, mais je suis outré de voir que les media européens reprennent en coeur, béatement, la voix des Etats-Unis, sans même se souvenir des événements du Chili.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net