5 septembre 1972

Les Jeux Olympiques de Munich endeuillés

Les Allemands, en 1972, attendaient des Jeux Olympiques de Munich qu'ils effacent le triste souvenir des Jeux de Berlin (1936), présidés par Hitler.

Las, la fête allait être ternie par un attentat sans précédent, lequel allait faire passer au premier plan de la scène internationale les revendications des Palestiniens en exil.

André Larané

Un commando prêt à tout

Munich, 1972 : un terroriste surpris par le photographe dans la résidence des athlètes israéliens (DR)Une semaine après le début des Jeux Olympiques de Munich, le 5 septembre 1972, à quatre heures du matin, huit hommes armés s'infiltrent dans le village olympique. Ils gagnent le bloc 31 où dort la délégation israélienne et pénètrent en force dans les appartements.

Sur les quinze sportifs présents, deux sont tués en tentant de résister aux intrus, un troisième arrive à s'enfuir en arrachant une fenêtre, un quatrième s'échappera un peu plus tard. Restent onze otages aux mains du commando.

Au réveil, le monde abasourdi découvre sur les écrans de télévision deux réalités avec lesquelles il va devoir apprendre à vivre, le terrorisme et la Palestine.

Le chef du commando communique à un agent de police un texte revendicatif. On apprend comme cela qu'il se réclame d'un groupe terroriste palestinien appelé « Septembre Noir ».

Ce nom fait référence au massacre par le roi Hussein de Jordanie des groupes armés palestiniens présents sur son territoire en septembre 1970 et affiliés à l'OLP de Yasser Arafat (Organisation de Libération de la Palestine).

Pour le Mossad (les services secrets israéliens), il ne fait guère de doute que les commanditaires de l'attentat de Munich sont à rechercher au sein de l'OLP.

Sortir de l'oubli

Le drame de Munich, qui mêle Israël, Palestine et Jordanie, nous renvoie aux racines du mal. Tout commence en novembre 1918, quand, après la défaite et le démembrement de l'empire turc, les Arabes du Proche-Orient recouvrent une indépendance qu'ils avaient perdue depuis... près de mille ans.

Ils espèrent se relever de cette longue humiliation avec le concours de leurs sauveurs, Anglo-Saxons et Français. Mais les vainqueurs de la Grande Guerre préfèrent se partager le Moyen-Orient. Aux Français la Syrie et le Liban, aux Anglais l'Irak et la Palestine... Qui plus est, par la déclaration Balfour, ils légitiment l'implantation d'un « foyer national juif » en Palestine.

En dépit de ces déconvenues, les élites arabes, tant chrétiennes que musulmanes, se montrent avides de rattraper le temps perdu en expérimentant soit la démocratie à l'occidentale, soit le socialisme façon soviétique. Mais la Seconde Guerre mondiale, l'indépendance d'Israël (1948) et les rivalités entre Arabes eux-mêmes ont raison de leurs espoirs.

Quand éclate la guerre des Six jours, en 1967, les Occidentaux, droite et gauche réunies, vibrent en faveur du petit Israël confronté à la coalition arrogante des pays arabes.

Il n'y a guère que le général de Gaulle, président de la République française, pour faire entendre une musique différente. Il annonce un embargo contre Israël et qualifie ce pays en janvier 1969 de... « peuple juif, peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur ». Dur à avaler de la part d'un leader occidental qui, pendant la Seconde Guerre mondiale et après, n'a jamais eu un mot de compassion pour les victimes de la Shoah !

Les Palestiniens, que leurs « frères » arabes maintiennent dans des camps quand ils ne les massacrent pas comme le roi Hussein, se sentent seuls et désemparés. C'est comme cela qu'un chrétien de Palestine, Georges Habache, opposant de Yasser Arafat, préconise le terrorisme. Il a le douteux honneur de lancer les premiers attentats contre des cibles civiles. Lui-même se veut proche du raïs égyptien Gamal Abdel Nasser. Il se dit révolutionnaire et marxiste-léniniste, partisan de l'unité arabe (notons qu'aucun progressiste arabe ne s'occupe à cette époque de religion ; l'islam est jugé rétrograde et inopérant).

Les guerres de clans et les attentats occasionnels comme ceux de Georges Habache tendent à discréditer la cause palestinienne. C'est dans ce contexte que survient l'attentat de Munich.

Sauver les Jeux

Avery Brundage, président du CIO, le 5 septembre 1972 dans le stade olympique de Munich (DR)Le Comité international olympique, dans la tradition de Pierre de Coubertin, se veut apolitique.

Dès l'annonce de l'attentat, son président Avery Brundage (85 ans) presse les autorités allemandes d'entraîner les ravisseurs et leurs otages hors de l'enceinte olympique. Sincèrement pénétré de l'idéal olympique, il n'a qu'une obsession : faire en sorte que les Jeux reprennent au plus vite. Le reste l'indiffère.

Il obtient que les compétitions à venir soient simplement décalées d'une journée et déclare au micro : « Les Jeux doivent continuer et nous devons continuer nos efforts pour les garder clairs, purs et honnêtes et essayer d'étendre l'esprit du sport à d'autres domaines ». Il est applaudi par le public... D'aucuns se souviennent qu'en 1936, il avait opportunément arrondi les angles quand les organisations juives américaines projetaient de boycotter les Jeux de Berlin organisés par le gouvernement nazi.

Le chancelier allemand Willy Brandt est consterné et embarrassé. Du fait du fédéralisme, l'action de la police revient au Land de Bavière qui n'a manifestement aucune compétence pour gérer une prise d'otages. Les autorités allemandes n'en gardent pas moins leur fierté et refusent la proposition de Tel Aviv d'envoyer sur place des tireurs d'élite israéliens.

À la hâte, on négocie avec les terroristes leur départ pour l'Égypte. Dès la nuit suivante est organisé le transfert en hélicoptère des terroristes et des Israéliens à l'aéroport. Quand les deux hélicoptères arrivent sur le tarmac, la police, qui a posté des tireurs volontaires en différents endroits, ne sait pas encore à combien de terroristes elle a affaire ! On est en pleine improvisation.

Le drame éclate au cours de l'assaut mené par la police munichoise avec une incroyable maladresse. Trois terroristes sur les huit sont immédiatement abattus. Les autres, se voyant assaillis, ont le temps de jeter une grenade dans un hélicoptère et de tirer dans le second où sont attachés leurs prisonniers. Tous sont tués. Un policier allemand meurt aussi au cours des échanges de tirs. Trois terroristes survivants restent aux mains des policiers.

Les onze athlètes israéliens victimes de l'attentat de Munich (1972), DR

Comme on n'en est pas à une bourde près, le gouvernement allemand annonce à minuit 30, sur la foi de mauvaises informations, que tous les otages ont été libérés, avant de démentir une demi-heure plus tard.

Deux jours après, le gouvernement israélien dirigé par Golda Meïr ordonne une attaque aérienne de représailles contre des bases palestiniennes en Syrie et au Liban. 70 morts. Entre temps, les compétitions sportives ont repris leur cours après une trêve de 34 heures.

Se sortir du guêpier

Le drame ne s'arrête pas là. Comme s'il ne lui suffisait pas d'avoir échoué à protéger les athlètes, le gouvernement allemand craint d'avoir à juger et condamner les trois terroristes survivants, avec le risque de représailles que cela peut entraîner de la part de leurs complices.

La solution est vite trouvée. Le 29 octobre 1972, un Boeing 727 de la Lufthansa est détourné par trois membres de Septembre Noir après son décollage de Beyrouth. Les terroristes exigent une rançon et... la libération de leurs trois collègues de Munich ! Sitôt dit, sitôt fait. L'avion est autorisé à atterrir à Munich et à en repartir avec les trois terroristes en direction de la Libye. On note que les passagers de l'avion n'étaient qu'une poignée, exclusivement des hommes jeunes... Pour les observateurs, il ne fait guère de doute que le détournement a été concerté par les Allemands et les Palestiniens pour permettre aux premiers de se débarrasser de leurs encombrants prisonniers.

Ainsi que Steven Spielberg le rappelle dans le film Munich qui ne restera pas comme le plus grand de sa carrière cinématographique, Israël n'aura de cesse que les trois terroristes survivants ne soient éliminés. Ses agents secrets arriveront à en tuer deux. Le troisième va survivre quelque part en Afrique.

La prise d'otages de Munich marque le commencement de l'agitation palestinienne et du terrorisme moyen-oriental, lequel culminera avec la destruction des tours jumelles de New York et du Pentagone le 11 septembre 2001.

Publié ou mis à jour le : 2019-08-29 09:12:26

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net