Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
La guerre froide
Le soulèvement de Budapest
• 5 mars 1946 : début de la guerre froide
• 5 juin 1947 : le plan Marshall
• 25 février 1948 : le coup de Prague
• 4 avril 1949 : fondation de l'OTAN
• 9 février 1950 : le maccarthysme à l'oeuvre
• 25 juin 1950 : début de la guerre de Corée
• 5 mars 1953 : mort de Staline
• 17 juin 1953 : insurrection à Berlin-Est
• 19 juin 1953 : les Rosenberg sont exécutés
• 24 février 1956 : rapport de Khrouchtchev au XXe Congrès
• 23 octobre 1956 : Budapest se soulève
• 1er mai 1960 : un avion-espion abattu au-dessus de l'URSS
• 12 août 1961 : le Mur de la honte
• 22 octobre 1962 : affaire des fusées de Cuba
• 21 août 1968 : invasion de la Tchécoslovaquie
• 1er août 1975 : acte final de la conférence d'Helsinki
• 27 avril 1978 : coup d'État à Kaboul
• 13 décembre 1981 : état de guerre en Pologne
• 9 novembre 1989 : chute du mur de Berlin
• 21 décembre 1991 : dissolution de l'URSS
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

22 octobre 1962

Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev


Traduction en Anglais

Le 22 octobre 1962, dans un discours mémorable prononcé d'une voix grave, le président américain John Fitzgerald Kennedy lance un ultimatum à peine voilé aux Soviétiques et à leur chef, Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti et président du Conseil des ministres.

Il conclut son discours sur une note très grave : « Le prix de la liberté est élevé. Mais l'Amérique l'a toujours payé ». Le monde tremble dans la crainte d'une guerre nucléaire entre les deux superpuissances.

André Larané

Coup de bluff

Une semaine plus tôt, des photos aériennes prises par un avion-espion U2 ont révélé au président américain que les Soviétiques étaient en train d'installer des bases de lancement de fusées à tête nucléaire sur l'île de Cuba, à 200 kilomètres de la Floride et à portée immédiate des métropoles américaines.

Il s'agit pour les Soviétiques de répliquer à l'installation en novembre 1961 par le président Kennedy de  quinze fusées Jupiter en Turquie et de trente en Italie, destinées à frapper l'URSS en cas de guerre nucléaire.

Pour les Soviétiques, cette épée de Damoclès est inadmissible... tout comme pour les Américains l'installation de fusées similaires à Cuba.

Le président Kennedy confie la gestion de la crise à un Conseil de sécurité nationale placé sous l'autorité de son frère Bob et du Secrétaire à la Défense McNamara. Le vice-président Lyndon Johnson y participe exceptionnellement.

Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, dans le secret, ce conseil élabore tous les scénarios possibles face à ce casus belli, y compris le pire, à savoir un bombardement de Cuba avec le risque d'un engrenage nucléaire.

Le 19 octobre, dans le salon ovale de la Maison Blanche, le général en chef de l'aviation (US Air Force) Curtis Le May tente encore de convaincre le président d'employer la manière forte.

Américains et Soviétiques négocient pendant ce temps dans les coulisses (« On a heureusement affaire à cette époque-là à deux acteurs rationnels qui pèsent le pour et le contre », note l'historien André Kaspi, auteur d'une remarquable biographie de Kennedy).

Un avion américain oblige un cargo soviétique à se détourner de Cuba en octobre 1962 (DR)La tension est à son comble. Le président choisit en définitive le bluff et, dans son discours du 22 octobre, annonce une « quarantaine » autour de Cuba pour empêcher les navires communistes de livrer le matériel destiné aux bases de missiles.

C'est un jeu extrêmement périlleux : avec ce blocus (un acte de guerre qui ne dit pas son nom), on frôle à tout moment l'incident qui pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

Dès le 24 octobre, des cargos soviétiques renoncent à poursuivre leur route vers l'île. Le 26 octobre, Nikita Khrouchtchev propose des négociations mais Kennedy ne veut rien d'officiel qui rappellerait les tristement célèbres accords de Munich (1938). 

Le lendemain, un avion-espion U2 est abattu au-dessus de Cuba et son pilote tué. Kennedy prévient les Soviétiques que la prochaine agression de ce type serait suivie d'un bombardement des sites de missiles.

Mais finalement, du bout des lèvres, il accepte le principe des négociations et prend par écrit l'engagement de ne jamais tenter d'envahir Cuba. Par une clause secrète, il  s'engage aussi à démanteler ses missiles en Turquie, aux frontières de l'URSS. 

Le 28 octobre, Khrouchtchev, l'honneur sauf, s'incline et accepte de démonter les sites de missiles.

Renversement des alliances

La crise des fusées est l'aboutissement d'un spectaculaire revirement des relations entre Washington et La Havane.

Le 1er janvier 1959, à Cuba, un jeune guerillero, Fidel Castro, a mis fin à l'interminable dictature de Fulgencio Batista avec le soutien discret des États-Unis. Sous l'impulsion d'Ernesto «Che» Guevara, fervent marxiste originaire d'Argentine, Fidel Castro élimine ses opposants et nationalise à tour de bras l'économie, y compris les investissements américains sur l'île. Cela lui vaut de se fâcher avec Washington.

La CIA organise un débarquement d'opposants dans la Baie des Cochons le 16 avril 1961. C'est un fiasco. Isolé et sans ressources, Fidel Castro n'a plus d'autre issue que de se jeter dans les bras de l'URSS qui offre de lui acheter rubis sur l'ongle tout le sucre produit sur l'île. Il ne peut refuser à son nouvel allié l'installation de fusées sur son sol en réplique au déploiement de fusées américaines en Turquie et en Italie.

Après la crise des fusées, Fidel Castro bascule irréversiblement dans le camp soviétique et se déclare marxiste-léniniste.

Vers la détente

Pour le monde entier, il devient clair qu'aucun des deux Super-Grands n'est prêt à prendre le risque d'un conflit nucléaire. C'est une première faille dans la guerre froide et l'amorce timide de la détente.

Une ligne téléphonique directe, le « téléphone rouge », est installée entre la Maison Blanche et le Kremlin pour prévenir de nouvelles crises. Quelques mois plus tard, dans la discrétion, les Américains démantèlent leurs bases de fusées Jupiter installées en Turquie, à la frontière avec l'Union soviétique.

Affaibli par son échec, Khrouchtchev est chassé du pouvoir le 14 octobre 1964 par ses rivaux du Politburo soviétique. Un an plus tôt, Kennedy a été assassiné à Dallas (sans que cela ait eu quelque chose à voir avec la crise des fusées).

La crise des missiles va inspirer au cinéaste Stanley Kubrick le film Docteur Folamour (1964), une illustration satirique de ce à quoi le monde a échappé.


Épisode suivant Voir la suite
• 21 août 1968 : invasion de la Tchécoslovaquie

Publié ou mis à jour le : 2017-08-10 23:25:08

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

A qui la chapelle Sixtine doit-elle son nom ?

Réponse
Publicité