7 janvier 1957

Début de la bataille d'Alger

Le 7 janvier 1957, le gouvernement français confie au général Jacques Massu les pleins pouvoirs de police sur le Grand Alger (800 000 habitants dont une moitié de musulmans). Le général et ses 6 000 parachutistes ont mission de mettre fin au terrorisme dans l'agglomération.

Le terrorisme à l'oeuvre

Deux ans plus tôt, le 20 août 1955, les indépendantistes algériens ont déclenché une insurrection sanglante à Philippeville, et entraîné une brutale répression du gouvernement français.

Arrestation de suspects à Alger en 1957

Le 30 septembre 1956, les spectaculaires attentats du Milk Bar et de la Cafétéria font l'effet d'un coup de tonnerre.

La guerre ne se confine plus dans les zones frontalières et les montagnes. Elle frappe désormais le coeur d'Alger !

Revigoré par l'impact médiatique de ces attentats, le FLN, qui dispose sur place d'environ 5 000 militants, n'hésite plus à s'en prendre à la population de la ville. Il fait appel à des femmes de type européen pour convoyer les armes, transmettre les messages et même poser les bombes.

Pour rassurer une opinion tétanisée par ces attentats qui tuent et mutilent au hasard, le préfet d'Alger et le gouvernement du socialiste Guy Mollet s'en remettent en désespoir de cause au général Massu.

La torture contre la terreur

Dès le 7 janvier 1957, les parachutistes traquent les terroristes dans toute l'agglomération et pratiquent la torture pour faire parler les personnes suspectes d'avoir caché des bombes.

La presse ne tarit pas de témoignages qui dénoncent la banalisation de procédés indignes : tortures (torture à l'électricité ou « gégène », pendaison par les membres, baignoire...), exécutions sommaires de suspects, jugements expéditifs par les tribunaux militaires, centres de détention clandestins etc.

Une commission d'enquête rend un rapport accablant le 21 juillet 1957. Le quotidien Le Monde le publie, ce qui lui vaut d'être saisi.

Les responsables politiques et la majorité des citoyens, tant à droite qu'à gauche, sont donc très bien informés de ce qui se passe en Algérie. Mais ils préfèrent se taire devant les excès des militaires. Il est vrai que de nombreuses bombes sont découvertes à temps grâce aux informations recueillies sous la torture.

Le FLN tente d'organiser une grève générale à partir du 28 janvier 1957, ouverture de la 11e session des Nations Unies à New York, mais les parachutistes ouvrent de force les rideaux de fer des commerçants et brisent la grève.

Après l'attentat de la Corniche, qui tue plusieurs jeunes gens le 9 juin 1957, le colonel Yves Godard prend le relais du colonel Marcel Bigeard. Il privilégie désormais l'infiltration des réseaux plutôt que la torture. C'est ainsi que le 24 septembre 1957, ses parachutistes mettent la main sur Yacef Saadi (28 ans), principal organisateur des attentats à Alger. Ses aveux permettent de démanteler les réseaux.

Amère victoire

Neuf mois après avoir obtenu les pleins pouvoirs, le général Massu peut se flatter d'avoir gagné la « bataille d'Alger », mais au prix de 3 024 disparitions de suspects. Le FLN est exsangue et guère plus en état de poursuivre ses opérations terroristes. Il se déchire qui plus est dans des querelles internes, à coup de liquidations et d'assassinats. Il s'en prend aussi à son rival, le MNA.

Pour les successeurs de Guy Mollet à la tête du gouvernement, le moment paraît favorable à une négociation avec les modérés du camp ennemi. C'est alors que les Français d'Algérie et certains officiers vont faire appel au général de Gaulle dans l'espoir de prévenir le lâchage de l'Algérie.

La « bleuite »

En Algérie, les Français ont utilisé avec profit l'intoxication. Leur principal succès en ce domaine est la bleuite, d'après le surnom de l'uniforme donné aux agents du renseignement français.

En 1957, pendant la « bataille d'Alger », un capitaine français infiltre la willaya d'Amirouche (l'armée insurgée des environs d'Alger) avec des prisonniers qu'il a retournés sous la contrainte et libérés. En usant de faux messages, il aide ses protégés à accéder à des postes de responsabilité au sein de la willaya. Ils sont bientôt en situation de le renseigner et contribuent à l'arrestation de Yacef Saadi.

Comme son stratagème est sur le point d'être découvert, le capitaine sème le trouble chez l'ennemi en répandant de fausses accusations. Amirouche, affolé, torture ses propres hommes et ceux-ci, dans l'espoir vain d'être épargnés, livrent des noms au hasard. Cette sauvage purge va faire 2 000 suppliciés dans les rangs de la willaya.

Publié ou mis à jour le : 2019-08-29 14:58:20
Michael (08-01-2024 02:28:29)

Merci d'avoir choisi de republier l'article cette année-ci. Ce choix répond efficacement aux objectifs d'Herodote.net qui est d'éclairer l'actualité par le rappel de l'Histoire. Le conflit à Gaza y prend de singulières couleurs. Tout succès apparent des Israéliens serait donc sans suite. A notre époque, où nous découvrons avec horreur que nous ne pouvons nous débarasser de nos poubelles, que ce soient nos ordures ménagères, nos déchets atomiques, ou simplement ces fichiers que nous croyons effacer de nos ordinateurs mais qui demeurent dans nos disques durs ou dans le Cloud, il faudra bien que la société occidentale se résolve à réintégrer le ghetto juif qu'elle à créé en Terre Sainte, plus séduisant que le Madagascar d'Hitler pour les descendants supposés d'Abraham.

delos (30-08-2023 17:53:06)

Je voudrais bien que l'on replace la responsabilité là ou elle est. Quand un gouvernement demande à l'armée de faire cesser le terrorisme à Alger. Ce sont les ministres qui ont les mains propres et qui peuvent charger les tortionnaires. Maintenant les militaires avaient la possibilité de désobéir et de se retrouver en prison. Les ministres devraient avoir honte : la guillotine qu'ils ont utilisée est elle plus morale que la torture ?

Jean Paul MAÏS (09-01-2022 13:53:52)

Du "terrorisme" le début d'une guerre d'indépendance ? Si oui, les terroristes n'étaient pas ceux que l'on veut bien nous décrire !

anne (23-09-2018 12:14:41)

Bonjour,
Quelle provocation......plusieurs pays la commettent , Pourquoi, en ces temps difficiles, où beaucoup ont envie de" se faire une place" sans légalité, revenir sur ces dérives dans les deux camps? N'est-ce pas une invitation à quelque mouvement en attente? Ne croyez-vous pas qu'il y a là matière à réflexion? Est-ce de mode, à commencer par les politiques de mettre le feu aux poudres pour ceux mal dans leur peau? N'est-ce pas un appel de réponse pour les "mal ou pas intégrés? Je suis Belge, mais@ici aussi ces reportages se font jour et les excuses, je pense, font plus de mal que de bien, mais bizarrement pas l'Angleterre qui ne s'y frotte pas. sont-ils plus malins que nous? Bien à vous.

MARC (21-09-2018 16:11:43)

Au lieu de laisser les morts en paix, un opportuniste distingué, remue, touille, empeste ses compatriotes pour se mettre en valeur. Triste époque.

pierre (18-09-2018 22:17:51)

dans tous les cas de guerres non conventionnelles ou des groupes "terroristes" attaquent et tuent des civils innocents, des militaires isolés des membres du gouvernement ou de l'autorité publique, les forces de répressions ont utilisé la torture pour "casser" la rébellion et pour avoir les informations clés qui permettront de briser les rebelles. Tous les pays l'ont pratiquée, l'Algérie récemment pendant la guerre contre le GIA, les nazis, les russes , les américains avec leur camp de Gantanamo, les chinois contre les islamistes en chine. Tous les pays faisant face à une guerre terroriste ont utilisé la torture! Pourquoi? parce que ça marche et que personne ne peux tenir face à une torture bien appliquée! Il n'y a pas de "héros " qui tiennent ! À un moment ,ils craquent, et balancent tout! Et c'est pourquoi tous les agents secrets ou tous les révolutionnaires du monde savent qu'ils doivent se suicider pour ne pas parler! c'est ce qu'ont fait certains résistants Français arrêtés par les Nazis qui ont préférés se donner la mort plutôt que de risquer de balancer leur réseau ( ex Fred Scamaroni).

pierre (18-09-2018 22:02:04)

dans tous les cas (tous!!) d'une guerre non conventionnelle ou l'ennemi utilise le terrorisme( ma

ben (07-01-2018 19:02:38)

trop d'erreur , c'est pas serieux . Abane ramdane n'est pas fondateur du MNA qui est un ramassis de messalistes aventureux, abbane et ben mhidi furent des chefs FLN de trés grandes envergures connaissant parfaitement leur classique.yacef saadi n'a fait aucun aveux puisqu'i ne fut pas torturer et dernier maillon des reseaux,son subordonné ali la pointe ,isolé est dénoncé par guentri des bleus de chauffe.

Michel (10-08-2017 16:49:55)

Tous les biens pensant de Paris et d'ailleurs auraient du venir a Alger et dans le reste du pays pour supplier le FLN d'arrêter ses actions ! concernant Melouza c'est très très au sud du Constantinois.

Jean Pierre (03-05-2017 18:58:28)

Je penses qu'il y'a eu la torture 'utile' si on peut s'exprimer ainsi qui permettait d’arrêter de dangereux terroristes ou découvrir une cache d'armes et celle inutile et dégradante d'individus mal sain qui s'acharnaient sur des gens plus ou moins suspects. Lorsqu'on constate que Ali la Pointe est honoré dans son pays avec plus de cents morts sur la conscience je me demande si ça ne justifiait pas la torture.

Desavoy (29-04-2017 17:34:06)

La guerre est la guerre ! Il n'y a jamais eu de guerre propre. Les jugements a posteriori par des personnes n'ayant pas été directement impliquées (porter l'uniforme,être armé, voir mourir un camarade, entendre les balles siffler...) ne savent pas quel aurait été leur comportement; Soyons modérés dans les jugements et dans les condamnations)!

Jlam_livres (07-01-2017 20:32:42)

@VL : Merci à Romarin de ce témoignage.
Mais revenons donc sur ce fameux code de l'honneur " oublié par les militaires français"; oublié depuis quand ? Avant, pendant, après la guerre d'Indochine? Certainement pas à la suite des actions -terroristes ? - du FLN.
Dans l'encadré sur l'inhumanité de la torture M. Alban Dignat semble par ailleurs marquer une préférence pour les "humanistes"... qui bien sûr ne peuvent être des porteurs de valise, semble-t-il dire? Ce parti pris de l'auteur est très choquant.

Romarin07 (05-01-2017 18:15:16)

@VL, pas d'accord avec vous. Appelé et officier (Cherchell), je peux vous affirmer que toutes les unités combattantes en 1960 utilisaient la torture afin d'avoir le maximum de renseignements sur le terrain : gégène portative (anprc07) et l'étouffement par l'eau. tout le reste est mensonges!

cornibert (07-01-2008 20:13:14)

A l'attention des bonnes consciences, ne pensez-vous pas que si l'un des vôtres avait pu être sauvé par la découverte d'une cache ou d'un atelier de fabrication de bombes, le jeu en valait la chandelle ?
La guerre est atroce, mais le terrorisme est pire que tout, les victimes sont innocentes.

VL (10-10-2006 19:46:49)

"Oubliant le code de l'honneur, les militaires français ont retourné contre l'ennemi les armes qu'ils lui reprochaient avec raison d'utiliser"... Il faut préciser que, tandis que cette pratique était généralisée, officielle et gratuite chez le FLN, elle ne fut que très ponctuelle et faite "par nécessité" chez les Français. Différence de taille, tout de même.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net