Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
La guerre froide
Le soulèvement de Budapest
• 5 mars 1946 : début de la guerre froide
• 5 juin 1947 : le plan Marshall
• 25 février 1948 : le coup de Prague
• 4 avril 1949 : fondation de l'OTAN
• 9 février 1950 : le maccarthysme à l'oeuvre
• 25 juin 1950 : début de la guerre de Corée
• 5 mars 1953 : mort de Staline
• 17 juin 1953 : insurrection à Berlin-Est
• 19 juin 1953 : les Rosenberg sont exécutés
• 24 février 1956 : rapport de Khrouchtchev au XXe Congrès
• 23 octobre 1956 : Budapest se soulève
• 1er mai 1960 : un avion-espion abattu au-dessus de l'URSS
• 12 août 1961 : le Mur de la honte
• 22 octobre 1962 : affaire des fusées de Cuba
• 21 août 1968 : invasion de la Tchécoslovaquie
• 1er août 1975 : acte final de la conférence d'Helsinki
• 27 avril 1978 : coup d'État à Kaboul
• 13 décembre 1981 : état de guerre en Pologne
• 9 novembre 1989 : chute du mur de Berlin
• 21 décembre 1991 : dissolution de l'URSS
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

19 juin 1953

Les Rosenberg sont exécutés


Julius et Ethel Rosenberg meurent sur la chaise électrique le 19 juin 1953. Ils ont respectivement 37 ans et 35 ans et laissent deux orphelins de 10 et 6 ans.

Ces membres du parti communiste américain ont été condamnés à mort deux ans plus tôt par un jury populaire pour avoir livré des secrets sur la bombe atomique au vice-consul soviétique à New York.

Leur culpabilité, longtemps mise en doute, est aujourd'hui avérée.

Joseph Savès
Espionnage et secrets atomiques

Les faits remontent à la Seconde Guerre mondiale.

David Greenglass, le frère d'Ethel, lui-même communiste, sert dans l'armée du côté de Los Alamos, au Nouveau-Mexique, où se déroulent les essais sur la bombe atomique, sous le nom de code « Manhattan Project ». Avec sa femme Ruth, David recueille des informations sur le projet et les transmet à son beau-frère en vue d'aider le régime de Staline à se doter à son tour de la bombe atomique.

Julius et Ethel Rosenberg avant leur exécutionArrêté pour espionnage, David Greenglass nie d'abord les faits puis, après huit mois d'hésitations, charge les Rosenberg en échange de la liberté pour sa femme et de la vie sauve pour lui-même.

Il accuse Ethel de l'avoir aidé à retranscrire des documents sur la bombe atomique. Son témoignage, obtenu par le redoutable avocat Roy Cohn (*), emporte la conviction du jury.

Dans la prison de Sing-Sing, près de New York, les époux Rosenberg nient jusqu'au bout leur culpabilité... alors que des aveux peuvent les sauver de la chaise électrique !

Leur condamnation à mort le 29 mars 1951 laisse l'opinion publique indifférente mais elle fait les choux gras du sénateur Joseph McCarthy et relance sa « chasse aux sorcières ».

Propagande et compassion

L'affaire Rosenberg rebondit au milieu de l'année 1952 quand les communistes proclament l'innocence des condamnés et lancent une campagne mondiale pour les sauver. Ils dénoncent par la même occasion l'antisémitisme présumé de leurs juges... Au même moment, l'URSS de Staline est secouée par une vague d'antisémitisme bien réel.

Des deux côtés de l'Atlantique, les communistes mais aussi les libéraux de droite comme de gauche réclament leur grâce. Des gens aussi mesurés que l'écrivain catholique François Mauriac se laissent convaincre de l'innocence des accusés. Le pape Pie XII lui-même implore la clémence. Le philosophe Jean-Paul Sartre, avec le sens de la mesure qui le caractérise, maudit le peuple américain et compare l'exécution aux hécatombes hitlériennes.

Dénouement inattendu

david GreenglassDepuis l'ouverture des archives américaines et soviétiques dans les années 1990, la culpabilité des époux Rosenberg ne fait plus de doute.

Les deux espions communiquaient dès 1942 avec les Soviétiques sous les noms de code « Liberal » et « Antenne ». Ils ont été démasqués grâce au déchiffrement de messages codés avec l'URSS, ce dont la CIA n'a pas voulu faire état au procès pour protéger ses sources.

Les Mémoires de l'agent secret soviétique Alexandre Feklissov publiés en 1999 confirment les accusations du FBI (la police américaine) et Feklissov reconnaît avoir maintes fois rencontré Julius Rosenberg lorsqu'il était en poste à New York.

Cela dit, il apparaît que les documents volés par David Greenglass et transmis par les Rosenberg étaient de peu d'intérêt scientifique et n'ont guère aidé les Soviétiques à se doter de l'arme atomique.

D'après l'historien Florin Aftalion, Rosenberg fut surtout utile aux Soviétiques en leur fournissant des renseignements sur des radars du modèle le plus avancé.

NB : interrogé à propos des mémoires de Feklissov, le 5 décembre 2001, par la chaîne de télévision CBS, Daniel Greenglass, le frère d'Ethel Rosenberg, âgé de 79 ans, a affirmé ne plus se souvenir de la personne qui aurait tapé ses documents et avoir été manipulé par les enquêteurs et l'avocat Roy Cohn. Cette confidence tardive et légère n'a guère d'intérêt que pour les médias en mal de sensationnel.


Épisode suivant Voir la suite
• 24 février 1956 : rapport de Khrouchtchev au XXe Congrès

Publié ou mis à jour le : 2017-01-20 12:00:18

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Erik (20-06-201613:44:59)

Jean Munier, que dire?
Que votre vision binaire du sujet caracterise la pensee ideologique quelle qu'elle soit?
Bien a vous.

Jean MUNIER (19-06-201611:33:38)

renseigner un pays allié (contre l'Allemagne) n'est pas renseigner une puissance ennemie.

mirjossbom (19-06-201611:16:57)

Ce que quiconque n'a toujours rien compris c'est que la mort n'est pas une peine! Et donc, la véritable peine a été infligée à deux enfants qui, eux, n'étaient en rien concernés!

Jean-Louis Faure (15-06-200812:06:41)

C'est la NSA (National Security Agency), chargée des écoutes télégraphiques, qui a établi sans l'ombre d'un doute la collusion des Rosenberg avec les services soviétiques (opération Venona). La documentation a été déclassifiée le 11 juillet 1995 par la CIA. Elle est accessible sur le site web de la NSA. Et dans le même paquet on trouve l'activité de Pierre COT pour les Soviétiques...


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot bicoque ?

Réponse
Publicité