Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
L'Allemagne contemporaine
Allemagne : Konrad Adenauer
L'Europe en 1947-1950
• 17 juillet - 2 août 1945 : conférence de Potsdam
• 24 juin 1948 : blocus de Berlin
• 21 septembre - 7 octobre 1949 : naissance de la RFA et de la RDA
• 17 mars 1953 : insurrection à Berlin-Est
• 12 août 1961 : construction du mur de Berlin
• 22 janvier 1963 : traité de l'Élysée
• 7 décembre 1970 : Willy Brandt à genoux devant le mémorial juif
• 9 novembre 1989 : chute du mur de Berlin
• 12 septembre 1990 : traité 2+4 ou traité de Moscou
• 3 octobre 1990 : l'Allemagne officiellement réunifiée
L'Europe en 1947-1950
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

21 septembre - 7 octobre 1949

Deux Allemagnes sur les ruines du IIIe Reich


Sitôt après la capitulation du régime nazi, les rivalités entre les vainqueurs conduisent à la « guerre froide ». 

Les tensions culminent dans l'Allemagne occupée. Elles  aboutissent à la création de deux États rivaux sur les ruines du IIIe Reich hitlérien : à l'ouest, sur les zones d'occupation américaine, anglaise et française, une République fédérale d'Allemagne (RFA, en allemand  Bundesrepublik Deutschland), démocratique et libérale ; à l'est, sur la zone d'occupation soviétique, une République   démocratique  allemande (RDA, en allemand Deutsche Demokratische Republik). La partie occidentale de Berlin est rattachée de façon informelle à l'Allemagne fédérale.

Pendant le blocus de Berlin (24 juin 1948 - 12 mai 1949), un quadrimoteur américain atterrit sur l'aérodrome de Tempelhof  (DR)
L'Europe au début de la guerre froide (1947-1950)

Cliquez pour agrandir
L'Europe au début de la guerre froide (1947-1950)
Après la capitulation de l'Allemagne hitlérienne, la conférence de Potsdam (17 juillet - 2 août 1945) organise le sort du pays et de l'Europe : réparations en nature, établissement de la frontière orientale de l'Allemagne sur l'Oder-Neisse, indépendance de l'Autriche, annexion par l'URSS des États baltes, de la Prusse orientale, de la Pologne orientale.

Mais très vite émerge la rivalité entre l'Union soviétique et les Occidentaux. Un « rideau de fer » sépare l'Europe en deux : d'un côté les pays occidentaux sous la protection de l'Amérique et de l'OTAN, qui bénéficient du plan Marshall, de l'autre l'URSS et ses « satellites ». L'Allemagne elle-même est séparée en deux États hostiles l'un à l'autre...

Batailles partisanes

Après la capitulation de l'Allemagne hitlérienne, la conférence de Potsdam (17 juillet - 2 août 1945) a organisé le sort du pays : réparations en nature, établissement de la frontière orientale sur l'Oder-Neisse, indépendance de l'Autriche, jugement des dirigeants nazis... 

Les commandants en chef des quatre armées alliées (soviétique, américaine, anglaise et française) administrent chacun leur zone d'occupation. La capitale, Berlin, enclavée dans la zone soviétique, est elle-même partagée entre les « Quatre Grands ».  Mais très vite se font jour les rivalités entre l'Union soviétique de Staline et les trois Occidentaux. Churchill, bien que n'étant plus Premier ministre, manifeste publiquement sa crainte d'une nouvelle guerre entre les anciens alliés. C'est le début de la guerre froide.

- Retour à la normale dans les zones d'occupation occidentales :

Dans leur zone d'occupation, les Occidentaux autorisent progressivement la reprise des activités des partis politiques et leur confèrent des responsabilités locales et régionales. Les principaux partis sont le SPD socialiste (Sozialdemokratische Partei Deutschlands), la CDU démocrate-chrétienne (Christlich Demokratische Union Deutschlands) et le LDPD libéral-démocrate (Liberal-Demokratische Partei Deutschlands).

Dans chaque zone occidentale sont reconstitués les anciens Länder (« pays »). Le gouvernement français octroie toutefois un statut d'autonomie à la Sarre, le 12 février 1946, avec l'intention sous-jacente de la rattacher ultérieurement à la France (en définitive, les Sarrois choisiront de redevenir pleinement allemands par le référendum du 23 octobre 1955).

- Soviétisation de la zone d'occupation orientale :

Walter Ulbricht (Leipzig, 30 juin 1893 - Berlin, 1er août 1973)Rien de tel dans la zone d'occupation soviétique ! L'occupant place à tous les postes clés des communistes du KPD (Kommunistische Partei Deutschlands), dirigé par Walter Ulbricht. Cet ancien ouvrier ébéniste né le 30 juin 1893 a été député au Reichstag en 1928 et s'est réfugié à Moscou à l'époque nazie.

Le 2 septembre 1945, en vue de gagner la sympathie du monde rural, les communistes annoncent une expropriation des propriétés des dignitaires nazis et plus largement des propriétés de plus de cent hectares, en vue de les redistribuer aux paysans sans terre. 2,2 hectares sont ainsi prestement redistribués à un demi-million de paysans. 

C'est en définitive l'annonce, le 5 juin 1947, par les Américains du plan Marshall,  un plan d'aide à la reconstruction de l'économie européenne, qui met le feu aux poudres. Pour qu'il soit applicable à l'Allemagne, il est impératif de créer une nouvelle monnaie. Les Occidentaux s'y attellent en dépit de l'opposition des Soviétiques...


Épisode suivant Voir la suite
• 17 mars 1953 : insurrection à Berlin-Est
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-12-14 08:54:59

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Sellengiv (26-09-200611:44:49)

Article intéressant et instructif. Les recherches que vous avez effectuées vous permettent peut-être de répondre à cette question: Pourquoi (et contre quoi) les soviétiques qui étaient arrivés les premiers à Berlin, qui ont établi leur QG au Reichtag, ont-ils finalement accepter de mettre ce symbol dans la zone ouest? Merci de votre réponse

bobi (07-06-200611:20:34)

Cet article est bien traité dans son ensemble et agréable à lire. Il me paraît assez complet et illustre bien le programme de terminale ES


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui appelait-on le chevalier sans peur et sans reproche ?

Réponse
Publicité