6-9 août 1945

Une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki !

Le 6 août 1945, l'explosion d'une bombe atomique au-dessus de la ville d'Hiroshima, au Japon, précipite la fin de la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors plane sur le monde la crainte qu'un conflit nucléaire ne dégénère en une destruction totale de l'humanité.

Le gouvernement américain a justifié ce précédent en affirmant qu'il aurait évité l'invasion de l'archipel et épargné la vie de plusieurs centaines de milliers de combattants (américains)...

Le champignon atomique du 6 août 1945, au-dessus d'Hiroshima, photographié du bombardier Enola Gaydu 6 août 1945 ; agrandissement :  Hiroshima après la bombe atomique

Un projet ancien

Avant la Seconde Guerre mondiale déjà, les Américains s'inquiètent du risque de voir les nazis mettre au point une bombe d'une puissance meurtrière exceptionnelle grâce au principe de la fission nucléaire.
Désireux de les devancer à tout prix, le président Roosevelt inaugure en 1942 un programme secret de mise au point de la bombe A.

Au moment où les Américains finalisent la bombe, l'Allemagne nazie s'apprête à capituler sans conditions. Seul le Japon représente encore une menace, mais sa puissance militaire, industrielle et scientifique est bien inférieure à celle de l'Allemagne.

Résistance désespérée du Japon

Dirigé par des généraux jusqu'au-boutistes, le Japon s'entête dans une résistance désespérée, que les bombardements conventionnels n'entament pas.

La simple prise de l'île d'Okinawa a coûté 7 600 morts à l'armée américaine. L'état-major américain craint, non sans exagération, de perdre 500 000 soldats pour conquérir Honshu, l'île principale de l'archipel.

C'est ainsi qu'émerge l'idée d'utiliser la bombe atomique contre l'empire du Soleil levant, pour briser sa résistance à moindres frais.

Le président Roosevelt meurt le 12 avril 1945 et son successeur, Harry Truman, reprend à son compte ce projet. Il présente pour les Américains l'avantage d'anéantir le Japon sans l'aide de Staline, qui ne lui a pas encore déclaré la guerre, et de faire étalage devant le dictateur soviétique de toute leur puissance militaire.

Le bombardement

Le 16 juillet 1945, les Américains procèdent dans le désert du Nouveau Mexique à un premier essai nucléaire. L'expérience est pleinement réussie, mais, faute d'expérience, les scientifiques ne mesurent pas précisément les effets de la bombe atomique sur les populations.

Le colonel Tibbets devant le bombardier Enola Gay, quelques heures avant de lancer la bombe atomique sur Hiroshima (6 août 1945)Le 26 juillet, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine adressent au Japon un ultimatum qui fait implicitement allusion à une arme terrifiante.

Finalement, au petit matin du 6 août 1945, le bombardier Enola Gay s'envole vers l'archipel nippon, avec, dans la soute, une bombe à l'uranium de quatre tonnes et demi surnommée Little Boy. L'état-major choisit pour cible la ville industrielle d'Hiroshima (300 000 habitants), en raison de conditions météorologiques optimales.

La bombe est larguée à 8h15. 70 000 personnes sont tuées. La majorité meurt dans les incendies consécutifs à la vague de chaleur. Plusieurs dizaines de milliers sont grièvement brûlées et beaucoup d'autres mourront des années plus tard des suites des radiations (on évoque un total de 140 000 morts).

Pourtant, les dirigeants japonais ne cèdent pas devant cette attaque sans précédent. Les Américains décident alors de larguer leur deuxième bombe atomique. À Nagasaki (250 000 habitants), le 9 août, 40 000 personnes sont tuées sur le coup (80 000 morts au total selon certaines estimations).

La reddition

Plus décisif encore, la veille de l'attaque de Nagasaki, l'URSS a déclaré la guerre au Japon et lancé ses troupes sur la Mandchourie. Les généraux japonais comprennent que toute résistance est désormais inutile. Ils redoutent plus que tout une invasion par l'Armée rouge et lui préfèrent à tout prendre une capitulation face aux seuls Américains. C'est ainsi que le 2 septembre, le général américain MacArthur reçoit la capitulation sans conditions du Japon.

La Seconde Guerre mondiale est terminée... et le monde entre dans la crainte d'une apocalypse nucléaire. Seuls de rares penseurs, tel Albert Camus, ont pris la mesure du bouleversement entraîné par l'explosion d'Hiroshima.


La bombe atomique (Actualités Françaises - 12/10/1945),  source : INA
Publié ou mis à jour le : 2023-08-06 13:37:09
Bernard (04-08-2022 06:44:46)

"On peut déplorer que la bombe atomique ait été employée contre le Japon sans justification militaire"... Fichtre ! C'est vite dit. Rappelons quand même que le largage de la bombe a permis d'écourter ... Lire la suite

Michèle CHERBONNEAU (10-08-2020 16:34:55)

Merci, Monsieur, pour cet article sobre mais complet sur Hiroshima et pour avoir cité Camus;
Je n'avais pas 15 ans le 6 août 45 et j'avais peur de l'avenir.

pmlg (28-12-2017 15:45:49)

Un commentaire cite Paul Takashi Nagaï, ce remarquable médecin japonais. Il est un des pionniers de l'imagerie dont on sait aujourd'hui combien elle est essentielle en médecine. Considérée comme sans ... Lire la suite

Boutté (13-08-2015 11:21:03)

D'après de nombreux commentateurs sur Internet les 2 villes détruites étaient les plus chrétiennes de tout l'archipel. Qu'en est-il et quelle serait l'éventuelle relation entre les deux faits, s'il y... Lire la suite

marc (10-08-2015 19:20:20)

Le gouvernement japonais a montré qu'il se moquait totalement des victimes et il même instauré le black out le plus efficace afin que rien ne fuite parmi le reste de la population. Les victimes furent... Lire la suite

Louis (09-08-2015 18:45:45)

Merci infiniment, c'est une preuve de votre rigueur et de votre honnêteté intellectuelle que j'ai pu vérifier maintes fois puisque je suis votre abonné depuis vos débuts, d'avoir précisé que Nagazaki ... Lire la suite

Takako31 (06-08-2015 21:09:20)

On ne saura jamais si le Japon aurait capitulé sans la bombe. Mais, comme mes amis japonais, il me plait à le penser. On sait bien que peuple et gouvernants n'ont pas les mêmes objectifs !... Lire la suite

Jérôme Chiffaudel (16-09-2014 00:02:31)

Pour aller plus loin, je suggère le témoignage détaillé et poignant du Dr Shuntaro Hida, survivant d'Hiroshima. Une recherche sur "Hiroshima témoignage" vous le donnera.

trimpeun (05-08-2008 10:54:52)

En mars 1945 les Japonais ont pris Hanoï et les Francais ont été déportés et emprisonnés à Sapa (Nord) Je suis né à Hanoï le 9 Aout 1945, les Japonais avaient envahi l'Indochine et massacraient la pop... Lire la suite

Anonyme (14-07-2008 14:13:21)

J'ai vu la patience, l'innocence, la douceur apparente avec lesquelles les survivants provisoires d'Hiroshima s'accomodaient d'un sort tellement injuste que l'imagination devant eux se ferme. Duras... Lire la suite

JPL (02-07-2007 13:29:31)

En réponse à "Goma kun", il serait bon de citer quelques-uns de "la plupart des historiens qui admettent... ".
En réalité, la captitulation du Japon est due à trois facteurs, sans qu'il soit évidemment possible de déterminer l'importance respective de chacun.

1. L'épuisement et la lassitude du peuple. N'oublions pas que depuis janvier 1945, les bombardements "classiques" continus de B29 dévastaient différentes villes du Japon et tuaient des centaines de milliers de personnes, civils et militaires, hommes, femmes, enfants. L'Empereur craignait même un "soulèvement" populaire, mais craignait encore plus la "clique militaire" qui détenait le pouvoir effectif.
2. L'entrée en guerre des soviétiques.
3. Les bombardements nucléaires.

Entre le 9 et le 15 août 1945, il s'est "joué" une véritable partie de "cache-cache" entre l'empereur qui voulait capituler et la "clique militaire" qui voulait le combat à outrance, jusqu'au dernier homme (femme et enfant !). L'assassinat ou l'enlèvement de l'Empereur étaient même envisagés.

Attention : ceci est le comportement de Hiro Hito à la fin de la guerre, quand il lui importait de sauver ce qu'il pouvait sauver de SON statut, de SA personne. Peu lui chalait le reste. Quant à son implication au début de la guerre, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'était pas contre !

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net