14 février 1945

Dresde réduite en cendres

Dans la nuit du 13 au 14 février 1945, la ville de Dresde est victime du plus brutal bombardement aérien de la Seconde Guerre mondiale (à l'exception de Tokyo, Hiroshima et Nagasaki).

Christian Guyard
La ville de Dresde après le bombardement du 14 février 1945

Dent pour dent...

Dès le début du conflit, le Premier ministre britannique Winston Churchill s'est mis en tête de bombarder l'Allemagne pour briser ses défenses militaires et aussi relever le moral de ses concitoyens, durement affecté par les attaques de l'aviation ennemie sur les villes anglaises (le « Blitz »).

Il constitue un groupe aérien à cette fin, le « Bomber Command » de la Royal Air Force. Son chef, Charles Portal, préconise des attaques aériennes massives mais il n'a pas le temps de rallier le Premier ministre à son idée. Il devient chef de l'État-Major des Forces Aériennes (Chief of Air Staff) en octobre 1940.

Richard Peirse, son remplaçant à la tête du « Bomber Command », reçoit de Churchill l'ordre de lancer des attaques uniquement sur des sites stratégiques (zones industrielles et noeuds de communication). Mais ces attaques ciblées se révèlent de plus en plus coûteuses et inefficaces.

Devant l'échec de sa stratégie, le Premier ministre remplace Richard Peirse par le général Arthur Harris en février 1942. Il se rallie aux préconisations de Charles Portal, déjà mises en oeuvre contre Cologne, frappée dans la nuit du 30 au 31 mai 1941 par 1047 bombardiers et 1455 tonnes de bombes, dont un tiers de bombes incendiaires.

Le 14 février 1942, une directive spécifie des bombardements massifs « étendus », c'est-à-dire incluant les zones urbaines, et de nuit. Churchill espère de cette façon dresser la population allemande contre Hitler...

Escalade de la violence

Le chief marshal Sir Arthur Harris (1892-1984) Dès le mois de mai 1942, Sir Arthur Harris démontre l'efficacité des tapis de bombes incendiaires en attaquant la ville de Cologne.

L'année suivante, l'aviation américaine prête son concours aux Britanniques. Les deux alliés divergent quant aux choix tactiques : les Britanniques privilégient les vols de nuit à basse altitude pour limiter les pertes cependant que les Américains préfèrent les vols à haute altitude mais de jour car ils les jugent plus précis.

Du 25 juillet au 3 août 1943, sept attaques aériennes (nom de code : opération « Gomorrah ») déversent un tapis de bombes incendiaires sur Hambourg.

2740 avions déversent un total  de 8650 tonnes de bombes. Il s'ensuit sur le port allemand un gigantesque incendie de 20 km2.

L'appel d'air induit par le brasier propage celui-ci à la vitesse d'une tornade (le « Feuersturm ») et brûle par endroits tout l'oxygène de l'atmosphère. C'est au point que les gens sont asphyxiés jusque dans les abris souterrains. 

Un an plus tard, c'est Berlin qui est attaqué par 2 000 bombardiers dans le cadre de l'opération « Tonnerre ».

1,35 million de tonnes de bombes sont au total déversées sur l'Allemagne par les Anglo-Saxons. Un rapport américain estime le nombre de victimes à 305 000 morts et 780 000 blessés (note).

La France occupée n'est pas épargnée. Elle reçoit 0,58 million de tonnes de bombes qui auraient causé 20 000 morts.

Les bombardements anglo-saxons atteignent leur plus grande intensité après le débarquement alliésur les plages normandes.

Toutefois, ces bombardements s'avèrent d'un coût élevé pour l'aviation anglo-saxonne. D'un raid à l'autre, 5% des équipages anglais ne reviennent pas à leur base. Les pertes au cours d'un seul raid atteignent jusqu'à 9% des équipages en 1944, voire 11% lors d'un raid sur Nuremberg.

Autant dire que les Anglo-Saxons ne sont pas en mesure de continuer durablement dans cette voie. Cela d'autant plus que les bombardements n'empêchent pas les Allemands de construire toujours plus d'avions et d'armes... Et, au contraire de ce qu'espérait Churchill, ils tendent à resserrer les Allemands autour de leur Führer (note).

La ville de Dresde après le bombardement du 14 février 1945

Tragédie humaine et culturelle

Dresde marque le paroxysme de cette stratégie.

L'ancienne capitale du royaume de Saxe est surnommée la « Florence de l'Elbe » en raison de ses richesses artistiques et architecturales. Elle n'en subit pas moins de nombreux bombardements de la part des Anglo-Saxons d'octobre 1944 à avril 1945. Cela n'empêche pas d'innombrables civils de s'y réfugier dans les dernières semaines de la guerre, hissant sa population de 600 000 habitants à près d'un million.

Le bombardement des 13 et 14 février 1945 survient alors même que ces réfugiés tentent d'oublier les horreurs de la guerre dans un carnaval improvisé.

dresde après le bombardement Une première vague de bombardiers passe au-dessus de la ville le 13 février au soir, vers 21h30.

Elle lâche 460 000 bombes à fragmentation Stabbrand, qui descendent en vrille et explosent en perçant les murs, les planchers et les plafonds des habitations.

Dans les trois gares de la cité, les trains s'empressent de s'éloigner vers la campagne. La population se rue vers les caves et les abris.

Une deuxième vague de bombardiers, à 3 heures du matin, déverse pendant 20 minutes 280 000 bombes incendiaires au phosphore et 11 000 bombes et mines. Les incendies se propagent avec d'autant plus de facilité que les immeubles ont été préalablement éventrés. Des habitants se rassemblent sur les bords de l'Elbe et certains tentent de s'enfuir en bateau.

La troisième vague survient le 14 février à 11h 30. Pendant 30 minutes, elle lâche à son tour bombes incendiaires et bombes explosives.

Au total, en quinze heures, ce sont 7 000 tonnes de bombes incendiaires qui tombent sur Dresde, détruisant plus de la moitié des habitations et le quart des zones industrielles. Une grande partie de la ville est réduite en cendres et avec elle environ 35 000 personnes, dont 25 000 ont été identifiées. Beaucoup de victimes disparaissent en fumée sous l'effet d'une température souvent supérieure à 1000°C.

L'évaluation du nombre de morts a beaucoup fluctué sous l'effet de diverses propagandes. Ainsi, l'encyclopédie Michel Mourre (Larousse-Bordas) cite le maximum de 250 000 morts qui était avancé par les Soviétiques. L'historien britannique David Irving avance un nombre de 135 000 victimes... mais son impartialité est fortement contestée par ses confrères.

L'évaluation actuelle de 35 000 morts (dont 25 000 corps identifiés) résulte des travaux d'une commission d'historiens mandatée par la ville de Dresde. Le chercheur allemand Jörg Friedrich, qui n'est pas tendre pour les Alliés, fait état de 40 000 morts dans son livre Der Brand(L'incendie).

Les raisons du drame

Sir Arthur Harris déclarera plus tard : « L'attaque de Dresde fut, à l'époque, considérée comme une nécessité militaire par des personnages plus importants que moi ». Ce qui veut dire que l'attaque (opération « Thunderclap » ou coup de tonnerre) a été préméditée par Churchill.

En détruisant cette ville au prestigieux passé culturel, le Premier ministre a voulu asséner le coup de grâce à l'Allemagne hitlérienne et détruire un centre industriel majeur. Il a voulu aussi détruire un noeud de communication important entre Berlin et Leipzig de façon à briser toute résistance face à l'avancée des troupes soviétiques, alors à 130 km de la ville. Selon une interprétation quelque peu malveillante, il aurait au contraire voulu montrer sa force à ses « alliés » soviétiques dans la perspective de la future guerre froide !

Après la chute du régime nazi, sous la tutelle communiste, le centre historique de Dresde a été reconstruit à l'identique à l'exception du vieux Schloss (château), toujours en travaux. Le reste de la ville a été doté de constructions modernes (Prager Strasse...).

Le général Arthur Harris, surnommé « Harris Bomber » ou mieux « Harris Butcher » (Harris le boucher), a été anobli dès 1942. Mais après la Victoire, il est devenu le bouc émissaire pour tous les excès commis pendant le conflit. C'est ainsi qu'il fut écarté de la liste des honneurs établie par le Premier ministre Clement Attlee et sa demande d'une médaille de guerre pour le « Bomber Command » fut rejetée.

Publié ou mis à jour le : 2021-06-19 16:49:45
castel (12-02-2023 13:40:13)

M. Despignes , 20000 morts est le nombre de victimes dans la seule Normandie. M. Burot, le traitement de l'Allemagne après l'armistice de 1918 n'a pas été "ignoble" au regard des destructions antérieures (volontaires en 1918) de la France du Nord-Est. L'erreur a été de n'occuper que la Rhénanie en laissant croire aux autres régions d'Allemagne que leur pays avait été traité injustement puisqu'il n'avait pas perdu la guerre (De Gaulle lui-même a émis cette critique). Surtout une zone tampon permanente sous contrôle allié entre le Rhin et la frontière française a été refusé à Versailles par les anglo-américains, suite à quoi Foch a déclaré à propos du traité "Ce n'est pas une paix. C'est un armistice pour 20 ans" (lire "comment perdre une bataille" par A.Horne p28-29. Conclusion : le traité de Versailles a trop bien traité l'Allemagne.
Churchill a pris au cours de sa vie des décisions irréfléchies néfastes. Sans remonter à Gallipoli, l'accord donné par lui d'envoyer en France des spitfires pour couvrir l'armée française en mai-juin 1940 fut repris peu après pour assurer la défense de l'Angleterre, alors que ces chasseurs étaient peu vulnérables aux canons allemands et que la perte qu'ils auraient occasionnée aux bombardiers adverses auraient réduit ultérieurement les bombardement sur l'île. Surtout les attaques inutiles de Mers el Kébir et de Madagascar n'eurent pour effet que de braquer les militaires français au lieu de favoriser leur résistance à l'Allemagne. Les bombardements de Royan, du Havre ou de Dresde ont été de la même veine vengeresse, alors qu'ils n'ont tué que des civils français dont à Dresde beaucoup de réfugiés de toutes nationalités qui fuyaient l'avance de l'armée rouge. La sœur de ma mère, enceinte de 6 mois, qui avait voulu suivre son jeune époux au STO en s'engageant comme soignante, y a disparu sans jamais être comptabilisée comme des milliers d'autres gens que les Britanniques ont voulu occulter dans le décompte des morts.

Romain (14-02-2021 13:10:58)

Tous les bomardements etaient pour liquider les enemis mais pourquoi moi ne en 1954 je n'ai pas eu la chance de voir mes deux tantes FRANCAISES ne a cote de Metz mais heueusement ma mere etait en Charente avec tous les alsaciens et lorrains evacues par les boches!!!!

HuGo (21-06-2018 04:40:48)

Bonjour,
Vous pouvez aussi rajouter que Dresden était alors la seule grande ville allemande SANS installations militaires ; à part un grand centre... hospitalier, soignant principalement les milliers de "gueules cassés" et amputés de la campagne de Russie...............
Et, aussi, que "pour finir le job", la chasse anglaise est passée, repassée plusieurs fois pour mitrailler ceux qui se jetaient dans l'Elbe pour tenter de survivre ((comment y parvenaient-ils, alors que le goudron bouillait dans les rues???)).
Comme disait Franz Kafka en 1919, "£a guerre a ouvert les écluses du mal".

Erik (14-02-2015 15:48:01)

Il est absurde de tenter de coller des jugements moraux sur des faits de guerre.

druhen-charnaux (11-02-2015 21:40:09)

Monsieur Roland Blond, puis-je me permettre une remarque ? Certes, on trouve bien dans le livre d'Osée l'affirmation : "qui sème le vent .... récolte la tempête", mais la tempête n'est pas l'apocalypse ! Il faut de la mesure en tout ! Heureusement.

Claude (11-02-2015 12:58:36)

Merci, M. Guyard. Vous évoquez entre autres l'échec de la stratégie consistant à forcer un "divorce" entre la population allemande et Hitler par ces bombardements. Dans ses mémoires, Churchill confirme qu'il s'est aperçu de cet échec, mais a forcé la poursuite des opérations conre les civils, afin de maintenir intact chez les Britanniques l'esprit de vengeance -et donc de poursuite de l'effort de guerre- consécutif aux bombardements allemands contre Coventry et Londres. Cynisme efficace, mais lourd de conséquences massivement criminelles chez ce grand homme d'Etat. Je suis entièrement d'accord avec les commentaires précédents sur le déséquilibre flagrant dans la pénalisation des crimes de guerre après 1945.

Fugier Gaston (28-12-2014 20:10:05)

Kurt Vonnegut Jr. est l'un des sept rescapés américains, sauvés pour s'être enfermés dans une cave d'abattoir (Slaghterhouse Five). Les autorités nazies l'affectent à la récupération des cadavres pour la fosse commune, mais leur nombre est tellement important que l'ouvrage des bombes dut être terminé au lance-flamme.
C'est la vie.
Passablement traumatisé par cette expérience, Kurt Vonnegut Jr. essaya pendant des années de sortir son livre sur le bombardement de Dresde, sans toutefois parvenir à en écrire un seul mot. C'est seulement en 1969 qu'il abordera cette étape marquante de sa vie dans un roman de Science-Fiction (en est-ce vraiment?), Abattoir 5 ou La Croisade des Enfants.
Son livre est périodiquement mis à l'index dans quelques lycées américains, par exemple au Missouri, au nom de la bienséance.

Blond Roland (26-09-2013 15:13:16)

Qui sème le vent...........

juan (14-02-2012 09:53:01)

Un livre intitulé "LA VILLE AUX TOITS VERTS", relate ces bombardements. J'ai visité Dresde qui a été entièrement reconstruite après la guerre dont l'opéra d'après les plans originaux qui avaient pu être sauvegardé.J'ai fait une thèse universitaire sur ce sujet . Il faut savoir qu'un tribunal de la RDA avait jugé et condamné comme criminels de guerre,les deux généraux anglais qui avaient ordonné ces bombardements les 11,12 et 13 février 1945, alors que la guerre était sur le point de s'achever.
Il faut dire les vérités historiques.

Salutations.

david Burot (17-06-2007 19:57:58)

il est bien évident qu'un tapis de bombes sur qui que se soit,est absolument ignoble....aussi ignoble que les conditions de l'armistice de 1918 qui a créé les bases du deuxieme conflit mondial,merci les criminels de paix.....

Fourmy Roger (12-10-2006 21:16:26)

La barbarie ne serait-elle que le fait des vaincus?
Les vainqueurs ne seraient-ils pas, eux aussi, des criminels de guerre?

Henri Boucher (30-09-2006 09:37:35)

Membre de l'armée de l'Air, au 4th ATAF et basé àTrèves(Trier)RFA, j'ai eu le provilège de rencontrer Maurice Guillot, auteur d'un livre sur Dresde : "La ville aux Toits Vert", avec un sous titre "la ville assassinée".M.Guillot prétend que le bombardement de Dresde a fait plus de morts que Hirashime et Nagazaki réunis.eentr'autre horreurs, il raconte le cas du sous sol de la l'immense gare de Dresde dont les autorités allemandes ont été contraint de céler toutes les issues sans pouvoir évéluer les nombres des victimes.M.G était a Dresde.

Vandervonden Jean Pierre (06-08-2006 20:07:14)

Procéder au bombardement d'objectifs militaires peut se comprendre mais un tel acte de barbarie nous met au même niveau que celui ou ceux qui l'ont induit par des actes tout aussi répréhensibles. Je doute qu'il soit glorieux de gagner une guerre en massacrant des femmes et des enfants! ce, d'autant plus quand c'est planifié comme dans ce cas.

gastoncuvelier (01-07-2006 15:07:48)

Ce qui m'inquiète, c'est que l'on essaye de minimiser le comportement des avions américains le 14 février au matin. Il est indéniable et j'y étais que l'aviation américaine a mitraillé les habitants de Dresde qui se sauvaient hors de la ville. Des corps ont été retrouvés à 5/10 km. de la ville ( en pyjama et en vêtements de nuit )

Despignes (24-06-2006 00:44:45)

Je suis particulièrement surpris par le chiffre de 20 000 morts pour le nombre des victimes civiles des bombardements anglo-américains sur la France. Ce chiffre est en réalité de l'ordre de 70 000 morts. Le seul bombardement du Havre, ville rasée avec la parfaite connaissance des alliés de l'absence de force militaire allemande, a fait 3 000 morts. Au point que l'on peut se demander si les Alliés ne considéraient pas la France non comme un territoire occupé mais comme un territoire ennemi compte tenu de la barbarie des bombardements visant délibérément les populations civiles.

Leclerc (24-06-2006 00:18:44)

M. Feinerman, pouvez-vous définir ce qu'est un "vrai historien" ? Le fait que David Irving ait été condamné prouve-t-il que tout ce qu'il a écrit est faux ? Un historien qui aurait soutenu dans les années 50 que les massacres de Katyn étaient le fait des Soviétiques, en opposition avec l'histoire officielle de l'époque, méritait-il d'être condamné ?
La vérité n'est-elle pas assez forte pour contredire les historiens qui font fausse route sans avoir besoin de les condamner à la prison ? Et en quoi ces condamnations sont-elles compatibles avec l'article 19 de la déclaration des droits de l'homme ?
En quoi d'autre part est-il malveillant de dire que le but avoué des Soviétiques était l'occupation de toute l'Europe occidentale ?

Jeremie Lesmajos (21-05-2006 18:03:43)

Le livre d'Irving sur Dresde est plein d'infos sur l'histoire du bombardement stratégique. Il montre l'action des équipes de protection civile dans des conditions qu'on a peine à imaginer. Quant aux chiffres, ils ont été bidonnés à la baisse par les occidentaux comme à la hausse par les soviétiques qui voulaient mettre un peu de barbarie occidentale dans une balance penchant fort de leur côté. Le révisionisme est bien partagé ...

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net