29 septembre 1941

Le massacre de Babi Yar

Les 29 et 30 septembre 1941, à Kiev, pas moins de 33 000 juifs de tous âges et des deux sexes sont tués au lieu-dit Babi Yar (le « ravin de la vieille femme » en russe). Peu de batailles dans l'Histoire atteignent une telle intensité de mort en deux jours et même les chambres à gaz d'Auschwitz, l'année suivante, n'y arriveront pas !

Le massacre de Babi Yar est un exemple paroxystique de la « Shoah par balles » par laquelle ont péri de très nombreux Juifs d'Union soviétique...

Le ravin de la mort

La tragédie débute dix jours après l'entrée des troupes allemandes dans la capitale de l'Ukraine soviétique. La ville compte alors 900 000 habitants dont 120 000 juifs environ. Ces derniers ont été convoqués à Babi Yar le 28 septembre, veille de la fête juive du Yom Kippour, par les autorités allemandes et menacés d'exécution sur place en cas de désobéissance.

Croyant à un départ vers un camp quelconque, les juifs se présentent au lieu de convocation avec leurs valises et leurs papiers d'identité. Quand les Allemands et leurs acolytes les dépouillent de leurs biens et déchirent leurs papiers, ils devinent très vite ce qui les attend mais n'ont pas le temps de réagir. 

Par groupes de dix, ils sont poussés entre deux haies de soldats qui les frappent de toutes leurs forces, entraînés vers le bord du ravin et obligés de se dénuder. Certains sont massacrés à la mitrailleuse et tombent sur ceux qui les ont précédés. D'autres sont obligés de se coucher au fond du ravin sur les cadavres et sont abattus d'une balle. Beaucoup, qui n'ont été que simplement blessés, gémissent pendant de longues heures avant que la nappe de corps ne soit recouverte de chaux.

Au cours des mois suivants, les autres juifs de Kiev et beaucoup d'autres Ukrainiens vont être tués à leur tour et jetés dans le ravin, à raison de deux jours de tuerie par semaine. Au total, c'est plus de 90 000 personnes qui périront ainsi à Babi Yar. Le site, aujourd'hui boisé, est devenu un lieu de mémoire et de recueillement. (...)

Publié ou mis à jour le : 2020-01-27 09:52:24
bedos (27-09-2023 16:54:08)

Etrangement des extrémistes de droite sont à l'oeuvre aujourd'hui à Kiev .
SILENCE !!!!

yves amsellem (29-09-2021 11:04:39)

merci Monsieur de rappeler ces horreurs.
le pardon devient difficile

MICHEL (13-12-2013 07:43:38)

Le livre "les bienveillantes" de Jonathan LITTELL (gallimard) est un remarquable de l'oeuvre des Einsatzgruppen en arrière du front russe

GROS Christophe (28-09-2009 18:33:31)

Que les reportages existent et passent encore et encore, inlassablement... Que les générations à venir et celles qui viendront encore après soient instruites dans ce qu'est l'horreur de l'expression d... Lire la suite

André (28-09-2009 00:12:17)

Il n'existe pas de mots pour décrire une telle horreur.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net