30 novembre 1939

Staline attaque la Finlande

Le 30 novembre 1939, Staline lance les troupes soviétiques à l'assaut de la petite Finlande. La « Guerre d'Hiver » débute.

L’Armée rouge va essuyer de nombreux revers face à la valeureuse petite armée finlandaise, motivée et bien préparée. La loi du nombre l’emportant, la Finlande finira par s'incliner le 12 mars 1940.

Le Petit Poucet résiste à l'ogre

La Finlande s'était émancipée de la Russie pendant la Grande Guerre de 1914-1918 et la frontière entre les deux pays avait été établie à quelques dizaines de kilomètres de Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg).

En 1939, tandis qu'il partage la Pologne avec Hitler, Staline s'inquiète de la vulnérabilité de cette frontière et du risque d'une invasion de la deuxième région économique de l'URSS via la Finlande.

Il propose aux Finlandais de reculer leur frontière méridionale, dans l'isthme de Carélie, en échange de vastes territoires situés plus au nord. Il demande aussi de pouvoir installer une base navale à Hanko, à la pointe sud du pays.

Le gouvernement finlandais veut bien négocier un échange de territoires mais refuse de sacrifier sa souveraineté en cédant une base.

Loin de chercher un quelconque arrangement avec le dictateur, il renforce ses fortifications frontalières longues de 140 km et connues sous le nom de « ligne Mannerheim », du nom du maréchal finlandais d'origine suédoise, le baron Carl Gustaf Emil von Mannerheim, qui a repoussé les bolcheviques en 1917 et commande l'armée nationale.

Brutale agression

Finalement, Staline prend prétexte de tirs d'artillerie sur le village de Mainila qui tuent quatre soldats soviétiques, le 26 novembre 1939, pour accuser la Finlande et exiger le retrait de ses troupes de l'isthme de Carélie, à portée de canon de Leningrad. La Finlande propose le lendemain un retrait mutuel des troupes, mais l’URSS maintient ses accusations et dénonce unilatéralement le traité de non-agression russo-finnois de 1932. Elle attaque son voisin sans prendre la peine de lui déclarer la guerre.

La Finlande, qui ne dispose que de 265 000 hommes, 270 avions et 26 tanks, doit faire face à 400 000 hommes de l'Armée rouge, équipés de 1500 avions et autant de tanks.

Malgré la disproportion des forces et la brutalité de l'attaque, du golfe de Finlande à l'océan Arctique, les Soviétiques piétinent plusieurs mois sur la frontière et les Finlandais remportent même de nettes victoires au nord. 

Les groupes de combattants finlandais, à ski et en tenue de camouflage blanche, harcèlent les unités soviétiques, mal commandées, mal entraînées et mal préparées au froid.

Cette « Guerre d'Hiver » se traduit par de lourdes pertes pour l'Armée rouge. Les Finlandais recueillent un soutien vibrant de leurs voisins suédois, lesquels, bien que neutres, envoient des bataillons de volontaires combattre à leurs côtés.

Les Français et les Anglais, en guerre déclarée contre Hitler, ont aussi à coeur de soutenir le peuple finlandais en lutte contre Staline, lié au Führer allemand par un pacte de non-agression. Ils répugnent toutefois à affronter directement les Soviétiques (tout comme les Allemands).

Sur une idée du Premier Lord de l'Amirauté Winston Churchill (le ministre britannique de la marine), les deux alliés entreprennent une expédition en Norvège pour officiellement soutenir les Finlandais, en fait mettre la main sur le port de Narvik par lequel est exporté le précieux minerai de fer suédois. Les Occidentaux caressent l'espoir illusoire que des opérations périphériques comme celle-là leur permettront de faire l'économie d'une attaque frontale contre l'Allemagne.

Victoire à l'arraché

Staline, qui a tout de même pu occuper la partie orientale de la Finlande, renonce à l'occupation complète du pays. Il conclut avec son adversaire le traité de Moscou du 12 mars 1940 par lequel il annexe la Carélie orientale et les abords du lac Ladoga. La plupart des habitants (environ un dixième de la population finlandaise) quittent leurs foyers pour la Finlande libre.

Sa victoire à l'arraché a pour effet d'isoler un peu plus l'URSS sur le plan international. Elle met aussi en évidence la médiocrité du commandement soviétique et la faible motivation des troupes. Vorochilov, commissaire du peuple (ministre) à la Défense, est d'ailleurs démis de ses fonctions dès le 7 mai.

Hitler va en tirer d'utiles enseignements quand il prendra la décision d'attaquer son associé le 22 juin 1941.

À ce moment-là, alliés à leur tour aux Allemands, les Finlandais reprennent l'offensive contre les Soviétiques. Mais leur défaite suit celle de leur encombrant allié. 

En août 1944, le maréchal von Mannerheim (77 ans) est appelé à la tête de l'État finlandais pour faire face à la contre-offensive soviétique. Le 19 septembre 1944, il conclut avec Staline un armistice par lequel il préserve l'indépendance de son pays mais doit accepter une mise sous tutelle soviétique.

Publié ou mis à jour le : 2020-06-24 10:35:54

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net