27 janvier et 3 février 1938 - Démission des chefs militaires allemands - Herodote.net

27 janvier et 3 février 1938

Démission des chefs militaires allemands

Le 3 février 1938, le maréchal baron Werner von Fritsch remet sa démission de chef d'état-major à Hitler. Quelques jours plus tôt, le 27 janvier 1938, il a été précédé par le maréchal Werner von Blomberg, ministre des Armées.

Avec le départ de ces deux représentants de l'ancienne Wehrmacht, il ne reste plus personne pour s'opposer au velléités bellicistes du Führer.

Celui-ci avait convoqué le 5 novembre 1937 les hautes autorités militaires à la chancellerie et leur avait exposé ses projets concernant la Tchécoslovaquie.

Blomberg et Frisch, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Konstantin von Neurath, protestent en faisant valoir l'impréparation de l'armée et l'opposition des grandes puissances.

Heinrich Himmler, chef de la police politique, va contraindre à la démission le maréchal von Blomberg en profitant de son projet de remariage avec une femme au passé trouble, Erna Grühn.

Blomberg, amoureux transi, demande conseil à Hermann Göring, chef de la Luftwaffe, qui le rassure et même lui suggère d'inviter Hitler comme témoin à la cérémonie.

Le mariage a lieu le 12 janvier 1938. Quelques jours plus tard, des rumeurs circulent sur la mésalliance. Hitler feint de s'indigner que le maréchal ait voulu lui « forcer la main » en le choisissant comme témoin. Le maréchal ne peut faire autrement que de démissionner. Les militaires, malgré l'estime qu'ils lui vouent, ne peuvent protester. Il est remplacé au ministère par le général Wilhelm Keitel.

Fritsch est quant à lui acculé à la démission sur une accusation d'homosexualité... qui se révèlera fausse quelques mois plus tard. Rétrogradé comme colonel, il est tué devant Varsovie pendant la campagne de Pologne. Le lendemain de sa démission, c'est au tour de von Neurath de quitter son poste. Il est remplacé aux Affaires étrangères par Joachim von Ribbentrop, ambassadeur à Londres et nazi obtus.

En quelques jours, Hitler voit l'horizon se dégager devant lui. La Wehrmacht, décapitée et confiée à de fidèles subalternes, n'est plus en état de s'opposer à ses projets.

Dès le mois suivant, il occupe l'Autriche, c'est l'Anschluss. Et à la fin de l'été, il engage un bras de fer avec les démocraties occidentales en vue de dépecer la Tchécoslovaquie. Il y parvient par les accords de Munich.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2019-04-30 18:55:46

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net