16 mai 1929

Incontournables Oscars

Le Parrain, La liste de Schindler, Lawrence d’Arabie, My Fair Lady, Casablanca, Forrest Gump, Le Pont de la rivière Kwaï ou encore Danse avec les loups, ces films sont des géants du cinéma américain et mondial. Ils ont tous en commun d’avoir été récompensés du titre de Meilleur film par la cérémonie des Oscars. Retour sur l’histoire de cette prestigieuse remise de prix.

Charlotte Chaulin

Première édition des Oscars, 16 mai 1929

Une première édition sans surprise

Le 16 mai 1929, lors d’un dîner à l’hôtel Roosevelt (Los Angeles), deux-cent soixante-dix personnes sont réunies pour assister à la première remise de prix récompensant le cinéma américain par l’Academy of Motion Picture Arts and Science. Cette association a été créée deux ans plus tôt par Louis Mayer, le patron de la société de production et de distribution Metro-Goldwin-Mayer (MGM).

La cérémonie est rapide : elle ne dure qu’une quinzaine de minutes ! Car tout le monde connaît déjà les noms des lauréats depuis leur annonce dans la presse trois mois plus tôt. Le prix du meilleur film est décerné aux Ailes de William A. Wellman, un film muet qui relate la bataille de Saint-Mihiel, en septembre 1918, seul engagement véritable dans la Grande Guerre.

Plusieurs qualités sont alors récompensées : Meilleur film, Meilleur réalisateur (avec un prix pour une comédie et un autre pour un drame), Meilleur acteur, Meilleure actrice etc. En 1936 est apparue  la Meilleure chorégraphie, mais son existence fut brève et elle disparut deux ans plus tard. Un Oscar de la jeunesse a été décerné aussi de manière irrégulière entre 1935 à 1961. Plus récemment, en 2001, le cinéma d’animation a été aussi mis à l’honneur.

Ce qui n’a jamais vraiment évolué, c’est l’importance accordée aux différents prix. Les cinq plus importants, surnommés les Big Five, sont ceux de meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleure actrice et meilleur scénario.

Dans toute l’histoire des Oscars, seuls trois films ont réussi l’exploit de remporter le Big Five, il s’agit de New York Miami de Frank Capra (1934), Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman (1976) et Le Silence des Agneaux de Jonathan Demme (1991).

Statuettes des Oscars remises aux lauréatsDessinée par le directeur artistique de la MGM, la statuette tant convoitée se dote d'un nom en 1934 : Oscar. En 1939, l’Académie troque officiellement « Academy Awards » pour ce nouveau prénom dont l’origine reste floue aujourd’hui encore. Une des théories avance qu’une documentaliste de l’Académie, Margaret Herrick, en a la paternité. Elle trouvait que la statuette ressemblait à son oncle Oscar.

Et l’Oscar du discours le plus bref est attribué à…

Patty Duke ! L’actrice alors âgée de dix-sept ans reçoit l’Oscar du meilleur second rôle féminin en 1963 pour Miracle en Alabama d’Arthur Penn. Elle est la plus jeune actrice à recevoir ce prix. Lorsqu’elle entend son nom, c’est avec beaucoup d’émotion qu’elle monte sur scène et saisit sa statuette. Les seuls mots qu’elle parvient à articuler sont minimalistes mais efficaces : « Thank You ». Elle est tout de même plus locace que le personnage qu'elle interprète dans le film, celui d'une aveugle, sourde et muette.

Le grand gagnant et les oubliés de l’Histoire

Affiche du film Blanche-Neige et les sept nains, 1937Avec vingt-deux récompenses reçues pour des catégories en compétition et quatre récompenses spéciales, Walt Disney (1901-1966), le créateur de Mickey Mouse, est le grand gagnant de l’histoire de la cérémonie.

Entre l'Oscar du Meilleur court-métrage d'animation pour Le Vilain Petit Canard en 1940 ou celui du Meilleur film pour Mary Poppins en 1965, le cinéaste rafle une belle ribambelle de prix entre les années 1930 et les années 1960. De quoi décorer toutes les pièces de sa maison. Pour l’anecdote, lorsque Shirley Temple lui remit son Oscar d’honneur pour Blanche-Neige et les Sept nains, en 1939, ce ne fut pas une mais huit statuettes qu’il reçut en même temps, une grande et sept petites. Un clin d’œil aux personnages de son film.

Parmi les grands réalisateurs oscarisés, accordons une place à Billy Wilder (1906-2002), plusieurs fois récompensé (Le Poison, 1945, La Garçonnière, 1960 etc.). Né en Autriche-Hongrie dans une famille juive, il se réfugie à Hollywood à l'arrivée du nazisme et va y accomplir une carrière fulgurante, comme d'autres compatriotes tel Fred Zinnemann (Le Train sifflera trois fois, 1952). Cela lui occasionne une remarque caustique à propos des juifs sous le régime nazi : « Les pessimistes ont fini à Hollywood, et les optimistes à Auschwitz ».

Stanley Kubrick en 1949Charlie Chaplin, Orson Welles, Alfred Hitchcock, les grands réalisateurs n’ayant jamais reçu l’Oscar de la meilleure réalisation sont nombreux.

Stanley Kubrick en fait aussi partie. Nommé à trois reprises dans cette catégorie pour ses films 2001 : l’Odyssée de l’espace (1968), Orange mécanique (1971), et Barry Lyndon (1975), il a vu le prix lui passer sous le nez à chaque fois. En 2007, l’acteur américain Matt Damon militant pour que Martin Scorsese obtienne enfin ce prix tant mérité, déclare que « le meilleur moyen de juger un film est de le faire dix ans après sa sortie. » Et d’ajouter « Les Oscars se trompent plus souvent qu’ils n’ont raison. » L’épreuve du temps détrône-t-elle la cérémonie ? L’Histoire serait meilleur juge que les Oscars.

Quelques faits marquants 

1936 : Le scénariste et réalisateur Dudley Nichols est le premier lauréat à refuser son prix, celui de la meilleure adaptation pour Le Mouchard de John Ford. Il montre ainsi son indignation suite au conflit survenu entre l’Académie et le Syndicat américain des scénaristes.

1940 : Hattie McDaniel est la première actrice noire à remporter un Oscar, celui de la meilleure actrice dans un second rôle dans Autant en emporte le vent de Victor Fleming.

1957 : Anthony Quinn reçoit le prix du meilleur second rôle dans La Vie passionnée de Vincent Van Gogh de Vincente Minelli alors qu’il n’apparaît que neuf minutes.

1964 : Sidney Poitier est le premier comédien noir à remporter l’Oscar du meilleur acteur dans Le Lys des Champs de Ralph Nelson. Il faut attendre 2001 pour voir cela se reproduire avec la récompense de Denzel Washington pour Training Day de Antoine Fuqua.

1969 : Deux actrices remportent ex-aequo le prix de la meilleure actrice. Il s’agit de Katherine Hepburn pour Le lion en hiver de Anthony Harvey et de Barbra Streisand pour Funny Day de William Wyler.

1986 : Malgré ses onze nominations, le film de Spielberg La couleur pourpre ne reçoit aucun prix.

1998 : « Je suis le roi du monde » crie James Cameron en référence à son film Titanic pour lequel il reçoit onze statuettes cette année-là.

2012 : Jean Dujardin est le premier acteur français à recevoir l’Oscar du meilleur acteur pour le film The Artist de Michel Hazanavicius.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-24 22:02:26

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net