Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
Les débuts du septième art
La première projection publique des frères Lumière
• 9 mai 1893 : Edison fait son cinéma
• 22 mars 1895 : les frères Lumière se donnent en spectacle
• 28 décembre 1895 : première séance publique du 7e Art
• 8 février 1915 : Naissance d'une Nation... et d'Hollywood
• 5 février 1921 : Le Kid, premier long métrage de Charlot
• 10 janvier 1926 : sortie de Métropolis
• 26 janvier 1926 : naissance de la télévision
• 6 octobre 1927 : sortie du premier film parlant
• 18 novembre 1928 : révélation de Mickey Mouse
• 5 septembre 1940 : Le Juif Süss à la Mostra de Venise
• 20 septembre 1946 : le 1er festival de Cannes
•  7 septembre 1953 : Singing in the rain, première comédie musicale
• 15 novembre 1956 : Love Me Tender impose Elvis Presley
• 28 novembre 1956 : Et Dieu créa la femme...
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

18 novembre 1928

Naissance de Mickey


Mickey et son créateur (montage photo) Le 18 novembre 1928, les spectateurs New Yorkais du Colony Theater applaudissent Mickey Mouse dans le film Steamboat Willie.

Il s'agit de la parodie parlante d'un succès de Buster Keaton, un comique du cinéma muet rival de Charlie Chaplin.

La petite souris, qui devait initialement s'appeler Mortimer, a été rebaptisée Mickey sur les instances de Mme Disney, la femme de son créateur.

Ce dernier, Walt Disney, prête sa voix à Mickey mais le résultat est si affligeant que dans le film Fantasia, la souris deviendra muette !

Richard Fremder raconte... Walt Disney

Richard Fremder et son interlocuteur reviennent sur Mickey, Blanche-Neige, leur créateur... et leurs sources d'inspiration européennes :
Écouter (50 minutes) :

 

Naissance d'un art

Le dessin animé a été inventé en 1892 par un Français, Émile Raynaud, pour le compte du musée Grévin, à Paris, quelques années avant la naissance du cinéma lui-même ! Émile Raynaud invente aussi la pellicule perforée qui sera reprise par le cinéma avec le succès que l'on sait.

Le dessin animé connaît un bref essor avec un autre Français, Émile Cohl, mais c'est seulement au début des années 1920 qu'il entre dans l'ère moderne grâce à la  taylorisation et à la fragmentation des tâches.

Ces techniques empruntées à l'industrie permettent d'abaisser considérablement le coût des productions. Il faut dire qu'un dessin animé réclame beaucoup plus de travail et d'investissement qu'un film classique pour obtenir les 24 images par seconde indispensables à une bonne animation.

Les premiers dessins animés, souvent à vocation publicitaire, sont des courts métrages de quelques minutes (« cartoons » en anglais). Ils mettent en scène des personnages de fantaisie tel que Félix le chat. Walt Disney va hisser cette technique au rang d'art à part entière.

Un conteur sans pareille

La statuaire de la cathédrale de Naumburg (1260) a inspiré les personnages de Blanche-NeigeNé à Chicago le 5 décembre 1901, Walter Elias Disney passe son enfance à la ferme, auprès d'un père violent. Il s'engage à 16 ans, pendant la Grande Guerre, comme ambulancier de la Croix-Rouge puis entre dans la vie active comme dessinateur publicitaire.

Avec son frère Roy et son ami Ubi Werks, dessinateur beaucoup plus talentueux que lui, il monte à Chicago un studio, Hollywood Walt Disney Studio, et crée un nouveau personnage, Oswald le lapin. Mais celui-ci lui est volé par son distributeur, la société Universal...

Et c'est dans le train qui le ramène de New York, où il a discuté avec ce distributeur, qu'il aurait eu l'idée d'un nouveau héros, Mickey la souris. Celle-ci s'acquiert un très rapide succès grâce au talent de conteur et de scénariste de Walt Disney.

Très vite, de nouveaux personnages viennent tenir compagnie à la sympathique souris (Donald Duck le canard, Minnie...).

Le studio devient une fructueuse affaire commerciale. Mais Walt Disney n'en reste pas là. En 1937, il lance un incroyable pari en investissant toute sa fortune dans la fabrication d'un premier dessin animé long métrage.

Image de Blanche-NeigeIl choisit pour l'occasion de mettre en images un conte des frères Grimm, des conteurs allemands du XIXe siècle. Ce sera Blanche-Neige et les sept nains. Pour sa réalisation (un million d'images colorisées), le studio mobilise pas moins de 700 personnes !

Pour plus de véracité, ses scénaristes et dessinateurs se plongent dans les livres d'art et d'histoire européens. Ils vont puiser leur inspiration dans l'architecture et la sculpture gothique, comme ci-dessus la figure qui a inspiré le personnage de la redoutable marâtre.

Walt Disney n'en est pas moins inquiet et craint que le public se fatigue de suivre le dessin animé pendant pas moins d'une heure et demie... On connaît la réponse !

Blanche-Neige fait un triomphe, suivi de plusieurs autres, Pinocchio, Fantasia, Peter Pan... et dès lors, la compagnie Disney se transforme en une fabuleuse fabrique de rêves, sans doute l'un des principaux apports des États-Unis à la culture universelle du XXe siècle.

Patron exigeant et parfois brutal, tout entier dévoué à son art, soucieux de perfection, Walt Disney supervise lui-même toutes les créations et crée des classes d'art pour former ses propres animateurs.

Les affaires avant tout

Avec le semi-échec de Fantasia en 1940, la magie s'affadit. 

Après la Seconde Guerre mondiale, Walt Disney délaisse la création et se préoccupe par-dessus tout de valoriser les produits dérivés de ses films. Il ouvre en Californie, en 1955, le premier parc d'attractions, Disneyland

L'homme d'affaires ternit quelque peu son image dans les années 1950 en participant à la « chasse aux sorcières » du sénateur anticommuniste Joseph Mccarthy.

Après sa mort, le 15 décembre 1966 à Los Angeles, le dessin animé va rester le domaine réservé des Américains jusqu'à l'irruption des productions japonaises au début des années 80.

Les productions Disney vont elles-mêmes suivre la tendance générale en délaissant l'Europe, ses princes charmants et ses contes, au profit d'histoires empruntées à l'Orient (Aladin), à l'Amérique (Pocahontas) ou à l'Afrique (Le Roi-Lion). 

Richard Fremder

Épisode suivant Voir la suite
• 5 septembre 1940 : Le Juif Süss à la Mostra de Venise

Publié ou mis à jour le : 2016-07-30 19:59:00

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Depuis quand existe la privation de liberté (prison) dans le code pénal ?

Réponse
Publicité