10 mai 1920

La France élit sa première Miss

« Miss France fête ses 100 ans et peut-être que l’élection sera différente, mais elle aura lieu. » déclarait la présidente du Comité Miss France, Sylvie Tellier, en avril 2020. Le coronavirus aura-t-il raison de l’élection d’une reine de beauté cette année ? Affaire à suivre, de près… ou de loin.

La première « plus belle femme de France » fut couronnée le 10 mai 1920 et le concours prit officiellement le nom de « Miss France » en 1927. Depuis, chaque édition est le reflet de son temps. Entre sexisme et scandales, à la fois moderne et conservateur, le concours est à l’image de la société. Chaque année, il continue de réunir des millions de téléspectateurs, curieux de découvrir - et avides de juger – les « plus belles femmes » de France et d’Outre-mer. 

Charlotte Chaulin

Une du Journal du 28 avril 1920 présentant les 7 lauréates du concours pour la plus belle femme de France. En agrandissement : Maurice de Waleffe, instigateur du concours (1874-1946).

La première lauréate met la barre haut

Quelques mois après la Première Guerre mondiale, c'est sur une idée du journaliste d'origine belge Maurice de Waleffe que Le Journal organisa le concours de « La plus belle femme de France ». L’idée de son instigateur était de « mettre en avant la splendeur physique » et de prouver que « le choix de la majorité indique le type instinctif d’une nation ».

Le quotidien invita ses lecteurs à faire leur choix parmi une sélection de 2063 candidates convaincues par les arguments de Waleffe. Chacune était présentée sous un pseudo de nom de fleur, de pierre, d'oiseau ou de déesse.

Après plusieurs éliminatoires, les photos de 49 jeunes femmes furent distribuées dans les cinémas parisiens. Les Français, mais aussi les Belges, furent invités à se rendre à plusieurs reprises au cinéma pour voter lors des sept manches que compte le concours.

Agnès Souret (1902-1928), première reine de beauté française consacrée le 10 mai 1920.À leur arrivée au cinéma, chaque spectateur se voyait remettre un ticket d’entrée et une carte postale portant les noms des candidates. « Mettez, dans l'ordre de vos préférences, un numéro (de 1 à 7) en face de chaque candidate, en mettant le numéro 1 à la préférée », peut-on lire en guise de consigne dans Le Journal du vendredi 20 février 1920. 

Une fois leur décision prise, les votants n'avaient plus qu'à signer et indiquer leur adresse sur la carte puis à l'envoyer au journal, pour le décompte des votes en présence d'un huissier.

Arrive le grand jour, le 10 mai 1920 : la France élit donc sa première reine de beauté. L’heureuse élue est une jeune fille de 17 ans, Agnès Souret, native d’Espelette (Basses-Pyrénées). Née d'un père breton et d'une mère basque, elle a les cheveux châtain clair, les yeux bruns et mesure 1 mètre 68.

En cadeau, la lauréate reçoit 4 000 francs des Films-Eclair, son portrait par la Photographie d'art Sartony et un coffret d'essences rares de la parfumerie Arys.

Agnès Souret savoure sa victoire le temps d’une année mais elle meurt tragiquement en 1928 à l'âge de 26 ans, d'une inflammation du péritoine. À cette occasion, Le Figaro lui adressa un article très élogieux : « Le ciel lui avait donné, outre une beauté étourdissante qu'on pouvait ne pas aimer, mais qui était certaine, infiniment de sagesse et de bonté ; elle avait ce don précieux et rare entre tous les dons : un heureux caractère, que nul mouvement d'humeur n'a jamais troublé. (...) C'est si dangereux d'être trop belle, et l'orgueil vient si vite au coeur humain! Agnès Souret était toute simplicité. »

À en croire les belles paroles du journaliste qui lui dédia cet hommage, la beauté de la jeune femme égalait son doux caractère. « C'est si rare, une très jolie personne qui a un caractère de bonté et de gentillesse, alors que tant de femmes laides sont, en outre, nuisibles ! Disons adieu à l'innocente enfant, qui était timidement venue à nous de son clair pays basque. Non, elle n'était pas née pour Paris. Elle est repartie directement pour le paradis, le séjour des anges, où sa place est toute trouvée… » 

Difficile de faire mieux. Les futures Miss ont intérêt à être à la hauteur.

Le concours reprend en 1927, sous le nom de « Miss France » et va connaître un succès retentissant, malgré les nombreux scandales qui parsèment son histoire.

Publié ou mis à jour le : 2020-05-08 15:18:21

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net