7 mai 1915

Le torpillage du Lusitania

Le 7 mai 1915, au début de la Première Guerre mondiale, le paquebot britannique Lusitania, en provenance de New York, est coulé par un sous-marin allemand.

Ce drame, présenté par le gouvernement des États-Unis comme un crime de guerre, va devenir un argument majeur dans la mobilisation américaine contre l'Allemagne.

André Larané

Un poster créé en 1915 par le service de recrutement irlandais sur le naufrage du Lusitania appelant à la vengeance. Library of Congress. En agrandissement : Le RMS (Royal Mail Ship) Lusitania, paquebot transatlantique britannique armé par la compagnie Cunard et lancé le 7 juin 1906.

Guerre sous-marine

À la fin de l'année 1914, les Européens en guerre les uns contre les autres avaient perdu l'espoir d'une fin rapide du conflit. Les Anglais et les Français tentent le tout pour le tout et entreprennent un blocus maritime de l'Allemagne et de l'Autriche.

Forte de sa supériorité maritime, la flotte britannique se saisit des navires des pays neutres à destination de l'Allemagne. Mais cette dernière riposte en proclamant la guerre sous-marine contre les navires de commerce ennemis, à l'instigation de l'amiral Alfred von Tirpitz, le créateur de la Kriegsmarine. Elle dispose pour ce faire d'environ 25 sous-marins ou U-Boat contre 85 britanniques et 76 français (ce type d'engin est apparu au début du XXe siècle).

Les Allemands, toutefois, ne veulent pas prendre le risque de provoquer l'entrée en guerre des pays neutres et en particulier des États-Unis. Leurs sous-marins ont ordre de seulement neutraliser les navires qui entrent dans les eaux territoriales britanniques. C'est le cas du Lusitania, repéré près des côtes irlandaises par un sous-marin U20

Le capitaine du sous-marin a déjà attaqué plusieurs cargos et n'a qu'une torpille de faible puissance à envoyer sur le Lusitania. Ainsi fait-il. Il est surpris par une deuxième explosion qui suit la première, beaucoup plus violente. Il en fait état dans son journal de bord et des survivants du paquebot en témoigneront plus tard également...

Le paquebot sombre avec une surprenante rapidité, en un quart d'heure à peine, sans laisser à l'équipage le temps de mettre toutes les chaloupes à l'eau. Sur ses 1959 passagers, 1198 disparaissent dans le naufrage. Parmi eux 128 Américains. L'émotion est immense outre-Atlantique... 

Le naufrage du Lusitania en 1915 par le sous-marin allemand U 20, Bundesarchiv.

Mensonge avéré

Les Allemands arguent de la légitimité de leur action en affirmant haut et fort que le paquebot transportait des munitions. Cela pouvait d'ailleurs expliquer la double explosion et le naufrage très rapide du navire. Cela pouvait aussi justifier qu'il soit attaqué dans le droit de la guerre. Mais les Anglais le nient farouchement.  Un rapport confidentiel est toutefois remis au Secrétaire du Trésor le 4 juin 1915 par le directeur des vérifications du port Dudley Field Malone. Il était en poste le 1er mai 1915 lorsque le Lusitania a quitté le port. Il assure que le navire ne transportait ni troupes, ni canons, ni explosifs mais il admet qu'il transportait 5400 caisses de munitions conformes à la réglementation. Le rapport sera dévoilé en 1923. 

Il faudra attendre 1972 pour que les archives démontrent plus précisément la mauvaise foi des autorités britanniques. Il est établi aujourd'hui que le Lusitania convoyait des munitions en contrebande, mais aussi cinquante tonnes d'obus et de grandes quantités de poudres et explosifs divers. Il était au surplus armé de douze canons. Munitions et explosifs avaient été vraisemblablement embarqués à l'insu des gouvernements anglais et américain, sans doute par des agents des services secrets qui ont agi par excès de zèle en pensant qu'aucun sous-marin n'oserait attaquer un navire transportant des passagers civils. Autrement dit, ils ont utilisé les passagers du Lusitania comme des boucliers humains pour passer leurs armes en fraude.

Fuite en avant

Sitôt après le naufrage, le président américain Woodrow Wilson agite la mort de nombreux concitoyens dans le naufrage du Lusitania  pour menacer l'Allemagne et exiger réparation.

Le gouvernement de Berlin, embarrassé, sanctionne le capitaine du sous-marin incriminé et décide le 27 août 1915 de suspendre la guerre sous-marine.

Trop tard. L'opinion publique américaine, qui était précédemment neutraliste, compte tenu de ce que les États-Unis comptent des citoyens originaires de tous les pays d'Europe, commence à pencher en faveur d'un engagement militaire contre les Puissances centrales, aux côtés de l'Entente franco-anglo-russe.

Seize mois plus tard, alors que le conflit européen s'éternise, les Allemands, mis en difficulté, décident de relancer la guerre sous-marine et cette fois choisissent d'attaquer les navires à destination des îles britanniques où qu'ils se trouvent et quel que soit leur pavillon. 

Le gouvernement des États-Uni attise le ressentiment de ses concitoyens à l'égard de l'Allemagne avec un slogan quelque peu usurpé : « Remember the Lusiani a» ! Avec son entrée en guerre en avril 1917 débute le dernier acte de la Grande Guerre.

Publié ou mis à jour le : 2024-05-07 10:49:02
Cuignet (04-10-2023 12:56:08)

Pourquoi donc l'Amirauté a interdit l'exploration de l'épave pour "danger"???

Jérôme Chiffaudel (15-09-2014 23:18:49)

J'appuie le commentaire de Raymond : Certes le Lusitania a beaucoup compté, mais le déclencheur de l'entrée en guerre des États-Unis a bien été le télégramme de Zimmermann incitant le Mexique ... Lire la suite

Vanos (07-05-2013 06:15:15)

Il y a une deuxième explication quant à la deuxième explosion. Les soutes à charbon, étant presque vidées après la traversée, contenaient beaucoup poussière de charbon et un "coup de pou... Lire la suite

yves (28-03-2013 11:00:00)

Le livre R.M.S LUSITANIA de ORDAS ET COTHIAS chez Grand Angle retrace à merveille vos commentaires Bravo

raymond tétart (08-05-2012 10:21:18)

Bien sûr vous n'avez pas beaucoup de place; mais cela va quand même trop vite; en fait les Allemands reprennent la guerre sous-marine"à outrance" début 17. Tous les convois rencontrés s... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net