Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
La « Belle Époque »
• 31 mars 1889 : la Tour Eiffel domine Paris
• 9 octobre 1890 : et Clément Ader invente l'avion...
• 9 décembre 1893 : une bombe à la Chambre !
• 23 juin 1894 : fondation du comité olympique
• 24 décembre 1894 : Mucha invente l'Art nouveau
• 22 mars 1895 : première séance de cinéma
• 25 mai 1895 : condamnation d'Oscar Wilde
• 4 mai 1897 : incendie du Bazar de la Charité
• 18 juillet 1898 : Marie Curie découvre le polonium
• 16 février 1899 : mort heureuse de Félix Faure
• 15 avril 1900 : exposition universelle de Paris
• 19 juillet 1903 : premier Tour de France cycliste
• 26 avril 1905 : naissance de la SFIO
• 29 juillet 1907 : naissance du scoutisme
• 25 juillet 1909 : Blériot travers la Manche
• 14 avril 1912 : naufrage du Titanic
• 14 novembre 1913 : Du côté de chez Swann
• 17 mars 1915 : la « fée verte » prohibée
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

23-26 avril 1905

Congrès du Globe et naissance de la SFIO


Du 23 au 26 avril 1905, 286 militants socialistes se réunissent en congrès dans la salle du Globe, boulevard de Strasbourg, à Paris. Ils représentent les différentes factions politiques qui se réclament du socialisme.

Sur les instances de l'Internationale ouvrière et socialiste, qui a appelé les socialistes français à l'union lors de son congrès de l'année précédente, à Amsterdam. Ils se décident enfin à surmonter leurs divisions et fondent le premier parti politique constitué comme tel, la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière).

Joseph Savès

De la division...

Jules Guesde (Paris, 11 novembre 1845 - Saint-Mandé, 28 juillet 1922)Le mouvement socialiste français a jusque-là été divisé en courants rivaux, se privant du même coup de toute action efficace sur la vie politique nationale. Ces divisions sont l'héritage de la Révolution, de la Commune et aussi de la relative faiblesse de la classe ouvrière dans le pays.

Le courant le plus important est celui de Jules Guesde. Son Parti ouvrier français cultive les références au marxisme.

Il faut compter aussi avec les vaillantistes du Parti socialiste révolutionnaire (Édouard Vaillant), qui se réfèrent à la Commune, les broussistes (Paul Brousse), les allemanistes du Parti ouvrier révolutionnaire (Jean Allemane), très influents dans les Bourses du Travail.

Enfin avec les  indépendants : Jean Jaurès, Alexandre Millerand, René Viviani ou encore Aristide Briand.

... à l'union

Les socialistes songent à s'unir après de premiers succès aux élections législatives de 1893 et aux municipales de 1896. Ils y sont encouragés par Alexandre Millerand, lors d'un banquet des maires socialistes, le 30 mai 1896, à Saint-Mandé.

Mais l’Affaire Dreyfus les divise à nouveau, Jean Jaurès plaidant pour la réhabilitation du capitaine au nom du droit et Jules Guesde considérant qu'il s'agit d'une affaire purement « bourgeoise ».

Les divisions s'accentuent en 1899 quand Alexandre Millerand accepte de participer au gouvernement de Défense républicaine de Waldeck-Rousseau. Les guesdistes, qui refusent toute compromission avec les partis « bourgeois », dénoncent ce qu'ils appellent le « ministérialisme ».

En 1902, les principaux courants socialistes se divisent entre deux grands partis : le Parti socialiste français (PSF) de Jaurès, réformiste et démocrate, et le Parti socialiste de France (PSDF) de Guesde, partisan de la révolution et de la dictature du prolétariat.

Le Congrès international d’Amsterdam, en août 1904, donne raison au second en validant la thèse marxiste de la lutte des classes.

Une commission d'unification prépare la fusion des deux partis. Celle-ci a lieu à l'issue du Congrès du Globe, avec la formation de la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière). 

Jules Guesde (60 ans) paraît triompher. Mais Jean Jaurès (44 ans) conserve un atout essentiel, outre sa jeunesse et son talent oratoire : il maîtrise la communication du parti grâce à son quotidien L'Humanité, créé l'année précédente.

Les autres leaders socialistes, Millerand, Briand et Viviani, demeurent à l'écart de la SFIO.

De l'union à la division

En 1920, à l'issue de la Grande Guerre et de la révolution bolchévique, les partisans de Lénine font scission au congrès de Tours pour fonder le Parti communiste. Les autres militants de la SFIO, fidèles à la démocratie parlementaire, se regroupent sous l'autorité de Léon Blum.

Les compromissions de la SFIO dans les guerres coloniales, sous l'autorité de Guy Mollet, l'amèneront, le 4 mai 1969, à changer son nom pour celui de Parti socialiste. Le 11 juin 1971, au congrès d'Épinay-sur-Seine, François Mitterrand en prendra la direction avec le titre modeste de Premier secrétaire.


Épisode suivant Voir la suite
• 29 juillet 1907 : naissance du scoutisme

Publié ou mis à jour le : 2016-06-06 18:03:23

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le dollar ?

Réponse
Publicité