3 avril 1897

Naissance de Sécession à Vienne

Eve, par Gustav KlimtLe 3 avril 1897, le peintre Gustav Klimt (35 ans) quitte l'association des artistes viennois et fonde avec 40 compères le mouvement de la Sécession. Leur but déclaré est d'arracher l'art au négoce !

Ils sont rejoints par l'architecte Otto Wagner et par le musicien Arnold Schoenberg. Ce dernier, créateur de l'école musicale de Vienne, est à l'origine de la musique moderne.

Sécession constitue l'une des plus belles illustrations du Jugendstil ou Art nouveau (Liberty en Angleterre).

La naissance de ce courant artistique peut être datée des premières affiches d'Alfons Mucha, à Paris, en 1894-1895.

Elle dérive du Symbolisme, mouvement poétique né en France et en Belgique.

L'Art nouveau puise son inspiration dans l'harmonie de la nature, avec ses volutes et ses couleurs. Il a marqué de son empreinte l'urbanisme de Vienne.

On peut encore apprécier au gré des promenades dans la ville les constructions élégantes et fragiles d'Otto Wagner et de ses disciples, caractérisées par des motifs sobres aux formes géométriques...

Automne viennois

La capitale de l'Autriche-Hongrie jouit au début du XXe siècle d'un éclat culturel et artistique qui rappelle la Vienna gloriosa de l'époque baroque.

Elle compte alors deux millions d'habitants, soit autant que Paris et Berlin. Sa population reflète toute la diversité de l'empire et de l'Europe centrale. Le caractère multiculturel de la capitale des Habsbourg, qui mêle les influences germaniques, hongroises, slaves et juives, s'accommode tant bien que mal de la montée des idées xénophobes et nationalistes en Europe. Rien d'étonnant à ce qu'elle soit alors au coeur de la modernité.

En 1895, c'est à Vienne que l'architecte Otto Wagner publie son manifeste Moderne Architektur et Sigmund Freud son Esquisse d'une psychologie scientifique, qui marque la naissance de la psychanalyse. Les arts du spectacle participent à l'effervescence. C'est ainsi que le 30 décembre 1905 triomphe La Veuve Joyeuse, une opérette du compositeur Franz Lehar. Le public se révèle très réceptif à ce genre mineur qui sera exporté dans toute l'Europe.

Après l'effondrement de l'Autriche-Hongrie, on qualifiera d'« apocalypse joyeuse » la période ayant précédé la Grande Guerre de 1914-1918. Dans les faits, il est quelque peu excessif d'y chercher a posteriori les prémices de la catastrophe européenne.

Camille Vignolle
Publié ou mis à jour le : 2019-03-26 09:45:35

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net