22 novembre 1890

Naissance de Charles de Gaulle

Charles de Gaulle naît à Lille le 22 novembre 1890, dans l'élégante maison de ses grand-parents maternels, Jules-Emile et Julia Maillot, industriels du textile. La maison, 9, rue Princesse, est aujourd'hui un musée à la mémoire du général...

Son père Henri, admissible à Polytechnique, renonça à se présenter à l'oral pour devenir au plus vite enseignant et soutenir financièrement sa famille. Il enseigna la littérature au collège de l'Immaculée-Conception et fut ensuite censeur ou directeur d'école dans l'enseignement catholique.

Son épouse et lui forment un couple pieux et de sensibilité monarchiste mais également dreyfusard. Outre Charles, la famille compte trois garçons : Xavier, Pierre et Jacques, et une sœur : Marie-Agnès.

À noter que le futur général n'est pas d'ascendance noble. La particule qui précède son nom est sans doute d'origine flamande. Elle équivaut à un article défini et devrait s'écrire avec une majuscule (comme dans le nom afrikaner De Klerk ou dans le nom français Le Tellier). L'usage a cependant consacré l'écriture en minuscule.

La famille compte des ascendants flamands et également champenois, sans compter de lointains ancêtres irlandais ayant fui leur île au XVIIe siècle.

Péripéties de jeunesse

Charles de Gaulle en 1909, à 19 ans.Sorti de Saint-Cyr en 1912 dans le corps des officiers d'infanterie, il est affecté à Arras dans le régiment du colonel Philippe Pétain, avec lequel il se lie d'amitié.

Quand arrive la Grande Guerre, le jeune lieutenant combat dans les tranchées de même que ses trois frères (tous en réchapperont). De son premier combat, le 15 août 1914, à Dinant, en Belgique, il sort blessé à la jambe. En mars 1915, il est blessé à la main cette fois.

Enfin, blessé à Verdun, le 2 mars 1916, d'un coup de baïonnette à la cuisse, de Gaulle, entretemps devenu capitaine, est fait prisonnier et doit attendre l'armistice pour être libéré en dépit de cinq tentatives d'évasion.

Après la Grande Guerre et une affectation en Pologne sous les ordres du général Maxime Weygand, le jeune officier est présenté à différentes jeunes filles. En 1919, il rencontre Yvonne Vendroux, fille de riches biscuitiers de Calais. La mère de la jeune fille a été la quatrième Française à obtenir son permis de conduire.

La rencontre est agitée : Charles renverse une tasse de thé sur la robe d'Yvonne ! Mais aussitôt après, Yvonne lance à ses parents : « Ce sera lui et personne d'autre ! ». Ils se marièrent le 7 avril 1921 à Notre-Dame-de-Calais et ils eurent trois enfants : Philippe, né le 28 décembre 1921, futur amiral, Élisabeth, née le 15 mai 1924, épouse d'Alain de Boissieu, et Anne, née le 1er janvier 1928. Trisomique, morte à 20 ans, la benjamine va devenir le ciment du couple. Elle repose auprès de ses parents, à Colombey-les-deux-Églises.

Discrète et pieuse, Yvonne de Gaulle sera affectueusement surnommée « Tante Yvonne ! » par les Français pendant son séjour à l'Élysée au côté de son mari.

Charles de Gaulle et son épouse Yvonne en juin 1941

Écriture et stratégie

Passionné d'écriture et de stratégie militaire, Charles de Gaulle enseigne l'Histoire à l'école d'officiers de Saint-Cyr avant d'entrer en 1922 à l'École de Guerre. Il poursuit alors une brillante carrière sous la protection du maréchal Pétain (contrairement à certaines rumeurs, il ne lui a jamais demandé d'être le parrain de son fils, le futur amiral Philippe de Gaulle).

Doué d'un grand talent de plume, il devient le « nègre » de Pétain et écrit de nombreux ouvrages où il affiche ses convictions nationalistes et un tantinet monarchistes ainsi que sa foi dans la vocation coloniale de la France.

André Larané

Charles de Gaulle et sa fille Anne dans les années 1930

Publié ou mis à jour le : 2020-11-23 08:54:08

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net