24 septembre 1877

Les samouraïs meurent à Shiroyama

Le 24 septembre 1877, sur la colline de Shiroyama, près de la ville de Kagoshima, une poignée de cinq cents samouraïs engagent avec leurs sabres un combat désespéré contre trente mille soldats de l'armée impériale équipés d'artillerie et de fusils.

Nostalgiques des traditions féodales, du Bushido, le code de l'honneur des anciens guerriers, et de quelques privilèges comme le droit à porter le sabre, ces samouraïs ne supportent pas la modernisation engagée par l'empereur Meiji Tenno.

André Larané

La bataille de Shiroyama (peinture, 1880, musée de Kagoshima, Kyushu, Japon)

Un combat pour l'honneur

Le jeune empereur, dix ans plus tôt, a pu reprendre au shogun (le maire du palais) la réalité du pouvoir grâce à l'appui de ces mêmes samouraïs.

Il réforme à marche forcée le Japon et constitue notamment une armée de soldats formés à l'occidentale. Un million de samouraïs sont alors mis à la retraite dans des conditions humiliantes, avec une pension en monnaie de singe. Beaucoup échouent à se reconvertir dans l'exploitation agricole ou les affaires.

Le ministre de la Guerre Saigo Takamori, à l'origine de la réforme, veut convaincre l'empereur d'employer ces guerriers dans une guerre contre les voisins, la Corée par exemple. Mais l'empereur juge l'initiative prématurée. Le ministre quitte le gouvernement et se retire dans l'île méridionale de Kyushu où il forme une école de samouraïs.

Jules Brunet (2 janvier 1838, Belfort ; 12 août 1911, Fontenay-sous-Bois)Des révoltes éclatent quand le gouvernement décide de réserver le port du sabre aux officiers de l'armée. À chaque fois, les anciens samouraïs, fidèles à leur armement traditionnel et à leur code de l'honneur, sont battus par les conscrits de l'armée impériale.

De façon quelque peu inattendue, l'ex-ministre lui-même prend alors la tête de la rébellion. Il est rejoint par quinze à vingt mille samouraïs du clan Satsuma dans son combat « pour l'honneur ».

Les rebelles bénéficient des services d'un officier instructeur français qui a pris leur parti, le capitaine Jules Brunet, polytechnicien et artilleur de formation. 

Mais au bout de quelques semaines, après le siège épuisant de la ville de Kumamoto, sur l'île de Kyushu, la plupart sont éliminés ou font défection.

Le dernier carré succombe à Shiroyama après des attaques quasi-suicidaires contre les fortifications ennemies. Saigo lui-même est gravement blessé par balle. Fidèle à l'honneur ancestral, il se suicide par éventrement selon le rite du seppuku (faussement appelé harakiri).

C'en est fini de la mystique samouraï. Il en reste un film américain à grand spectacle, Le dernier Samouraï (Edward Zwick, 2003), dans lequel l'instructeur français a pris les traits d'un soldat américain joué par Tom Cruise !

Publié ou mis à jour le : 2019-09-17 11:46:42

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net