21 décembre 1873 - Francis Garnier victime des «Pavillons noirs» - Herodote.net

21 décembre 1873

Francis Garnier victime des «Pavillons noirs»

Le 21 décembre 1873, près d’Hanoï (Vietnam), l’officier de marine Francis Garnier est tué en combattant des insurgés chinois, les « Pavillons noirs ».

Aujourd’hui oubliée, sa mort eut un grand retentissement en France et à la Chambre des députés, où certains s’interrogèrent sur le bien-fondé de l’intervention française en Indochine. En définitive, sa mort allait renforcer la détermination des milieux colonistes.

L’artisan de la pénétration française au Tonkin

Francis GarnierDepuis 1859, les Français étaient installés en Cochinchine, la partie méridionale de l’actuel Vietnam. De là, leurs intérêts commerciaux les portaient à regarder vers la Chine du Sud, via le Tonkin.

Les Français, établis à Saïgon, capitale de la Cochinchine, envoient une expédition reconnaître les voies d’accès vers le nord. Son commandant ayant trouvé la mort pendant le périple, c’est son second Francis Garnier qui le remplace et parvient en 1868 à Canton, le grand port de la Chine du Sud.

L’ambition de Garnier ne s’arrête pas là, et il a le projet de soumettre le Tonkin à la France. En 1873, il est envoyé en délégation à Hanoï pour résoudre un conflit entre les commerçants français et les autorités locales,qui refusent d’ouvrir le port de Hanoï et le Fleuve rouge aux marchands étrangers. Garnier, avec son petit contingent, s’empare de la forteresse d’Hanoï, puis de toutes celles du delta.

Il est vrai qu’il bénéficie du soutien des chrétiens tonkinois. Mais loin de Saïgon, où son offensive inquiète, et sans renfort, il finit par être tué par les « Pavillons noirs » au cours d’un engagement.

Un arrêt momentané dans le processus de colonisation

La mort de Garnier et ses succès restent sans lendemain, car les Français choisissent finalement d’évacuer le Tonkin. Ils obtiennent en retour la promesse de l’empereur d’ouvrir les ports et le Fleuve rouge à leurs commerçants. Ce fragile compromis dure quelques années, pendant lesquelles les marchands français se trouvent à la merci des pirates chinois. C’est pour cette raison que le président du Conseil Jules Ferry relance la conquête en 1881.

Publié ou mis à jour le : 2019-03-04 15:02:22

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net