14 août 1844

Bataille d'Isly et soumission de l'Algérie

Le 14 août 1844, les troupes marocaines, alliées de l'émir Abd el-Kader, sont surprises par le général Thomas Bugeaud sur l'oued Isly, non loin de la frontière algéro-marocaine. Les 11 000 soldats français mettent en déroute les 60 000 cavaliers marocains.

Cette bataille met pratiquement un terme à la guerre menée par les Français en Algérie (dico) depuis leur débarquement près d'Alger, en 1830. Elle sonne le glas de la lutte conduite par Abd el-Kader mais celui-ci et beaucoup d'autres de ses concitoyens résisteront encore plusieurs années à l'occupant avant de faire leur reddition...

Bugeaud reoit la reddition des Marocains  l'Isly, par Horace Vernet (muse de Versailles)
Publié ou mis à jour le : 2023-08-26 07:35:50
Frédéric Bouillaud (15-08-2016 00:33:19)

Pour l' anecdote, l' oued ISLY se situe tout près de la ville marocaine d' OUJDA, dans le Maroc oriental, près de la frontière algérienne.
Il se trouve que c' est ma ville natale, et je connais l' endroit qui est attribué à cette bataille.......
C' est désormais une grande métropole de presque 1/2 million d' habitants, et la "capitale" du Maroc Oriental.....
OUJDA était aussi, à l' époque française, un noeud important de la ligne ferroviaire qui venait d' Algérie........

Erik (14-08-2016 14:04:23)

Cet article est rédigé comme si l'état-nation "Algérie" existait déjà tel qu'aujourd'hui avec ses frontières actuelles. Or cette Algérie-là, ce plus vaste pays du continent africain, comme aiment à s'en flatter ses citoyens, est une construction française.
D'autre-part, sur un plan sémantique, j'aimerais savoir comment Mr Savèse peut prétendre que le mot "roumi" est arabe, alors qu'il vient du mot latin qui désignait les Romains de Constantinople. Mot employé par les tribus orientales en général et arabes en particulier mais certainement pas d'origine arabe.
Il faut bien se rappeler que l'arabe dit classique a emprunté plus des trois-quarts de son vocabulaire aux peuples alentours, le dialecte du Hedjaz du VIIème siècle étant celui de caravaniers pillards dont les centres d'intérêt s'arrêtaient bien en deçà de la compréhension des philosophes antiques.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net