25 avril 1841

Mayotte, française par effraction

Mayotte, dans le canal de Mozambique, a été vendue le 25 avril 1841 à un officier de marine français par le sultan local.

Longtemps délaissée par le colonisateur, l'île est devenue le 31 mars 2011 un département d'outre-mer de plein droit suite au référendum du 29 mars 2009 initié par le gouvernement français.  Elle n'en demeure pas moins une société de type colonial, où une poignée d'« expats » (expatriés) tente de contenir des immigrants irréguliers démunis, jeunes, illettrés, attachés à leur identité comorienne ou africaine, en croissance exponentielle et désormais plus nombreux que les Mahorais eux-mêmes.

Il est à craindre que le recours à la police et à la magistrature se révèle impuissant face à des déchaînements de violence meurtrière et récurrente qui ressemblent de plus en plus à un état de guerre...

Mayotte, comorienne avant tout

Mayotte (374 km2), située dans l'archipel des Comores, entre l'Afrique et Madagascar, a vu sa population croître de 3 000 habitants en 1841 à près de 300 000 au début du XXIe siècle. Plus de la moitié sont aujourd'hui des immigrants illégaux venus des Comores ou d'Afrique noire. Tous les habitants ou presque sont musulmans. Ils suivent le droit islamique appliqué par 22 cadis (juges) officiels. La production se réduit à quelques cultures vivrières. Tous les revenus de l'île viennent des dotations de l'État.

Une possession délaissée

Les Comores étaient, au XIXe siècle, l'objet de luttes incessantes entre les chefs locaux, les « sultans batailleurs ». Leur principale activité consistait dans le trafic d'esclaves à destination du Moyen-Orient.

En 1841, le sultan qui régnait sur Mayotte, en bisbille avec son voisin de l'île d'Anjouan, céda son île à un capitaine de vaisseau français qui passait par là, en contrepartie d'une indemnité de 1000 piastres. 

C'est ainsi que Mayotte puis les autres îles de l'archipel entrèrent dans le giron de la France. Mais jusqu'à la fin de l'époque coloniale, la présence française se ramena à très peu de chose, l'archipel n'ayant guère d'intérêt pour la métropole.

En 1968, la France concéda à l'archipel des Comores une grande autonomie interne, prélude à l'indépendance. Mais dès lors, le gouvernement accumula les maladresses en réveillant la rivalité entre les îles  (note).

Il paria sur un riche commerçant d'Anjouan, Ahmed Abdallah, pour diriger le pays après l'indépendance. Mais l'homme, irascible et sans assise politique, fit peur aux Mahorais. Lors du référendum du 22 décembre 1974, ils se prononcèrent à 63% contre l'indépendance et les autres Comoriens à 95% pour.

Le Parlement, embarrassé, exigea que la future Constitution des Comores soit approuvée île par île, ce qui faisait fi de la légalité internationale (note).

Comme on pouvait s'y attendre, la Constitution fut rejetée par Mayotte cependant qu'Ahmed Abdallah proclama de façon précipitée une indépendance unilatérale. C'est ainsi que Mayotte resta sur le bas côté. Moins d'un mois plus tard, le 3 août 1975, Ahmed Abdallah fut renversé. Trop tard pour changer le cours des choses malgré les injonctions de l'ONU.

Sous la protection de la France

Là-dessus, dans l'indifférence des médias et des commentateurs, le gouvernement de Nicolas Sarkozy permit aux Mahorais, par le référendum du 29 mars 2009, de devenir département d'outre-mer, à l'image des vieilles colonies de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion.

Mais dès l'automne 2011, des émeutes violentes - avec mort d'homme - opposèrent la jeunesse de Mayotte aux policiers venus de métropole. Elles révélèrent une société coloniale très éloignée du rêve assimilationniste et dont le fonctionnement est assuré plutôt mal que bien par les « expatriés » ou « m'zungus » (administrateurs, enseignants, médecins). Certains de ces métropolitains blancs, riches de leurs salaires et de leurs primes, se laissent corrompre par l'atmosphère locale : soirées alcoolisées, consommation sexuelle de mineures, etc.

L'avenir s'avère d'autant plus sombre que les Mahorais de souche tendent à abandonner leur île aux immigrants illégaux. Ils usent de leur citoyenneté pour aller chercher une vie plus sereine à la Réunion ou en métropole (Marseille abrite plus de Comoriens que Mayotte). Ceux qui sont encore présents sur l'île manifestent leur colère en prenant des armes pour combattre les clandestins ainsi qu'en donnant leurs votes à l'extrême-droite... Aux élections présidentielles de mai 2017, la candidate du Front national a ainsi recueilli 42,85% des suffrages exprimés, soit nettement plus que la moyenne métropolitaine (note).

Par une aberration singulière, les immigrants illégaux et leurs enfants, qui ne peuvent sortir de l'île légalement, pourraient bientôt devenir les seuls habitants permanents de l'île, aux côtés des policiers et administrateurs métropolitains.

Sans doute la départementalisation de Mayotte demeurera-t-elle dans l'Histoire comme le legs le plus coûteux et le plus lourd de conséquences de la présidence Sarkozy.

Publié ou mis à jour le : 2023-09-05 20:31:25
Siegfried64 (02-03-2024 20:54:35)

Votre article fait beaucoup réagir. Mais ayant vécu plusieurs années à Mayotte, je partage une grande partie du point de vue exprimé. C'était une énorme erreur de M. Sarkozy de créer ce 101ème départe... Lire la suite

Chappellet François (21-02-2024 15:17:57)

Il est regrettable qu' Hérodote ait hébergé sans plus de circonspection l'article éminemment critiquable d'un auteur dont le manque d'objectivité et les assertions aussi péremptoires qu'infondées doiv... Lire la suite

Philippe (14-02-2024 14:51:03)

Je vis à Mayotte depuis 12 ans , je travaille dans une société privée. Je ne me reconnais absolument pas dans la description des « Mzungu » de votre article. Vous participez avec ce texte à une larg... Lire la suite

Orsoni (14-02-2024 13:47:01)

Mais quand sortira t on des nationalismes rabougris du xix ème siècle Les indépendances quelques que furent leurs modalités d obtention sont des échecs pour ces pays Le gradient de niveau de vie ... Lire la suite

Christian (27-04-2023 16:15:40)

Il est facile de considérer rétroactivement le décompte île par île lors du référendum de 1974 (il y a près de cinquante ans!) et la départementalisation intervenue en 2001 (il y a plus de vingt ans!)... Lire la suite

Christian (26-04-2023 14:05:29)

L'attitude des gouvernements français successifs dans cette histoire mérite sans doute de nombreuses critiques, mais que dire de celle du gouvernement comorien, qui laisse ses ressortissants partir ve... Lire la suite

THEMIS (14-12-2022 11:24:55)

Je reviens sur cet article car je suis profondément triste de lire et relire ces lignes. Vraiment décalé et irréel et dirais je démagogique. Sandrine dit la vérité. Certains fonctionnaires territoriau... Lire la suite

Christian (13-12-2022 08:32:05)

On n'en finirait pas de citer les pays qui sont devenus ce qu'ils sont aujourd'hui "par accident": la Belgique et le Luxembourg dont les traités de 1831, 1839 et 1867 visaient essentiellement à garant... Lire la suite

Christian (13-12-2022 07:17:23)

Je conteste l'argument selon lequel l'archipel devrait former une seule entité politique parce que c'est un ensemble géographique bien identifié et/ou parce que les Mahorais seraient des Comoriens com... Lire la suite

THEMIS (12-12-2022 15:36:18)

Je crois que l'auteur de cet article n'a pas vécu à Mayotte. Ancien haut fonctionnaire, je ne peux laisser dire que les fonctionnaires s!alcolisent et s'adonnent au tourisme sexuel. On ne peut exclure... Lire la suite

Sandrine (12-12-2022 09:42:57)

Je suis assez scandalisée par cet article, qui présente une vision très déconnectée des réalités de l'île. Certains passages me paraissent même insultants et résultent d'une vision lointaine et stéréo... Lire la suite

carabène (11-12-2022 15:03:59)

Où l'auteur, Alban Dignat, nous tient un discours sur bien des points contestables et globalement insatisfaisant (maintenant, nous ressortir une version ressucée et qui date parce que les médias parle... Lire la suite

Jacques (11-12-2022 11:45:53)

On voit en parcourant les commentaires que l'article date de 2011, du référendum local. Le commentaire signé Jacques est sans doute et moi et il n'y a pas grand'chose à ajouter, si ce n'est que votre ... Lire la suite

Bernard (11-12-2022 11:23:51)

Les évènements récents à Mayotte, tout à fait prévisibles, apportent une résonnance tragique à mon commentaire de 2021. Le maintien de cette île musulmane dans le giron français par Giscard en 1974 fu... Lire la suite

Bernard (27-04-2021 08:40:23)

Mayotte est pour la France le symbole d’une gouvernance catastrophique depuis 45 ans. 1/ immigration : elle constitue une pompe aspirante à l'invasion africaine de la métropole (Mamoudzou a ainsi la p... Lire la suite

LOIGNON (25-10-2019 23:44:48)

La nécropole nationale de Cuts (Oise) accueille une vingtaine de sépultures de combattants comoriens venus se battre pour la France en 1914. Comme quoi "le manque d'intérêt de la France pour l'archipe... Lire la suite

Jean Pierre (23-10-2019 23:49:15)

J'ai été pendant 2 ans de 75 à 77 à La Réunion. J'étais à cette époque pilote de Transall dans l'Armée de l'Air basé à St Denis et nous avons vécu les événements de Mayotte et de l'indépendance des Comores en direct.
Giscard avait décidé de donner l’indépendance à tout l’archipel et lorsque Mayotte a dit non, ce fut un véritable séisme au palais et du jamais vu dans les annales. Comment peut-on refuser d’être indépendant ?
Je peux confirmer que le seul argument avancé pour ce refus et que j’ai pu constater sur place en discutant avec la population, c’est que depuis la nuit des temps les mahorais constituaient une réserve inépuisable d’esclaves des 3 autres iles et en particulier de la Grande Comores. En cas d’indépendance de Mayotte ils ne se seraient pas privés de cette aubaine.
L’armée de l’Air et ses Transall a assuré pendant plusieurs années le soutien logistique de l’ile à partir de la Réunion. C’était à l’époque un petit paradis. J’ai dû y aller une bonne cinquantaine de fois en 2 ans et la particularité du trajet aérien était qu’il fallait contourner Madagascar, car nous n’avions plus le survol de l’ile (en raison des ruptures des relations diplomatiques). J’y ai même essuyé un cyclone en 77 et sauvé le Transall d’une destruction certaine.
Les Iles éparses étaient aussi des destinations fréquentes et grâce à elles la France dispose d’un espace maritime considérable dans l’océan indien.
Pour la petite histoire, en 2014 ou 2015, Hollande a voulu brader Tromelin aux mauriciens, pensant que ce confetti n’avait aucun intérêt pour nous. Heureusement on la arrêté à temps l’homme à la vespa.

BC (23-10-2019 18:34:05)

Bonjour, Je suis toujours surprise par l’obsession du colonialisme et le francocentrise (ou euroapéanocentrisme) des articles ou des informations sur les régions d'Afrique ou de l'océan indien. Je li... Lire la suite

Jacquet (21-05-2018 11:44:41)

Les habitants de Mayotte ont opté pour la France ,certains,certes par amour du drapeau ,mais ne nous voilons pas la face ,une majorité pour notre système social Quant à nos politiques,ils ont ouvert... Lire la suite

Pierre (31-08-2016 16:51:23)

"transformant l'île en un camp de concentration à ciel ouvert, le plus grand du monde." De qui se moque l'auteur. Je trouve cette terminologie choquante et inadéquate. Encore un bobo de gauche à la ... Lire la suite

Jacques (18-04-2016 13:32:19)

Merci pour cet exposé de cette situation ahurissante imposée aux français de la métropole sans consultation, ni même sans débat ni publicité en 2011, aboutissement de la politique aberrante des gouver... Lire la suite

Jean-Pierre (22-07-2015 19:47:25)

Je suis surpris que vous ne fassiez mention de la raison principale qui a conduit les Mahorais à dire « non » au référendum sur l’Indépendance des Comores en 1975. Il s’agit tout simplement de la cond... Lire la suite

Boutté (23-08-2014 11:38:31)

Mayotte ne veut plus faire partie de la "pétaudière comorienne " . En faisant de Mayotte , à 2 brasses de l' Afrique ,un Département, c'est la pétaudière que M.Sarkosy a installée chez nous ... Lire la suite

Dominique (23-08-2014 01:22:19)

Cet article sous des couverts historiques est xénophobe,raciste et islamophobe et nos compatriotes mahorais qui sont des Français à part entière et qui l'ont dit démocratiquement l'apprécieront sous c... Lire la suite

sopbb (22-08-2014 17:45:55)

On peut reprocher beaucoup de choses à Sarkozy mais le grand ordonnateur est VGE et les gouvernement qui ont suivi et refusé de se plier aux injonctions de l'ONU. La dépertementalisation est une catas... Lire la suite

Régis Hulot (05-04-2011 15:11:34)

Très intéressant, surtout pour ceux qui, comme moi, croyaient savoir, et en apprennent beaucoup. Et cette phrase terrible, qui résonne comme certains l'écho de certains événements tragiques au large ... Lire la suite

Botiou37 (04-04-2011 22:05:12)

Aidez-moi,je suis perdu! Qui a décidé que des centaines de milliers d'êtres humains devaient être français?Que m'a-t-on demandé à moi sinon de payer de ma sueur,de celle de mes enfants sinon de ma vie... Lire la suite

Jean (25-03-2009 08:26:13)

Il y a beaucoup de territoires devenus français par accident.S'il y a erreurs dans la gestion du destin de Mayotte, elles ont été surtout commises sous Pompidou+Messmer puis Giscard+Chirac. Il est n... Lire la suite

Fibiani (23-02-2009 18:02:54)

Comme d'habitude votre article est simple et concis. S'agissant du projet de référendum du 29 mai prochain, on peut légitimement se demander quelle est sa légitimité. En effet il s'agit d'une populati... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net