15 août 1769

Naissance de Napoléon Bonaparte

Le 15 août 1769 est né un garçon appelé à une gloire immense, un certain Napoleone Buonaparte, plus connu sous son nom francisé, Napoléon Bonaparte, ou mieux encore sous son nom de règne, Napoléon Ier.

L'incertitude plane sur le lieu de naissance, quelque part dans le maquis corse ou dans la maison familiale d'Ajaccio. Elle plane aussi sur la date de naissance exacte de l'Empereur des Français. La date officielle, qui coïncide avec la fête de l'Assomption, relève de la propagande impériale et le clergé n'a pas craint de lui associer même un saint imaginaire, saint Napoléon.

Fabienne Manière
Une jeunesse ordinaire

Maison natale de Napoléon Bonaparte à AjaccioNapoléon est le deuxième enfant de Charles et Laetitia (ou Letizia) Buonaparte. Il vient au monde peu après Joseph (né en 1768) et bien avant Lucien (1775), Elisa (1777), Louis (1778), Pauline (1780), Caroline (1782) et Jérôme (1784).

Ayant quitté la Corse dès 1779 pour n'y revenir provisoirement qu'en 1786, le futur empereur ne conservera de lien affectif qu'avec son frère aîné, Joseph.

Cette famille de la petite noblesse corse est d'origine italienne et son nom (Buona parte, en français, « Bon parti » ) renvoie aux querelles médiévales entre guelfes et gibelins qui secouèrent la péninsule. Les fortes affinités de Napoléon avec l'Italie sont à l'origine de sa grande popularité dans ce pays.

Son père Charles Bonaparte, avocat et greffier au tribunal, jouit de modestes revenus mais n'en est pas moins désigné pour représenter la noblesse corse auprès du roi, ce qui lui vaut de rencontrer Louis XVI à Versailles en 1776 et 1777.

Ces déplacements onéreux obèrent sa fortune. Ils facilitent aussi l'entreprise de séduction  du gouverneur de l'île, le comte Louis de Marbeuf, auprès de la belle Laetitia, son épouse. Il est ainsi possible que Louis soit le fils adultérin du gouverneur.

Napoléon, beaucoup plus tard, fera des calculs pour ce qui le concerne et aboutira à la conclusion qu'il est quant à lui, le fils de son père !

À toute chose malheur est bon. Grâce à l'appui du comte de Marbeuf, Napoléon et son frère Joseph reçoivent une bourse pour apprendre le français au collège d'Autun en janvier 1779, puis étudier à l'école militaire de Bienne trois mois plus tard.

Napoleone ne laisse pas un souvenir particulier à ses maîtres, contrairement aux affirmations tardives de la propagande. On sait cependant qu'il manifeste de bonnes dispositions en mathématiques et un goût certain pour l'Histoire. Ce qui est sûr aussi, c'est qu'il doit faire de gros efforts pour maîtriser la langue française, se débarrasser de son accent et échapper aux moqueries de ses condisciples (preuve s'il en est besoin que les difficultés d'intégration ne sont pas le propre des immigrés actuels, maghrébins ou autres).

En septembre 1785, à tout juste 16 ans, il est nommé lieutenant en second d'artillerie au régiment de La Fère. Pendant de longues années, il traîne son ennui de garnison en garnison, dévorant livres sur livres, se passionnant pour la pensée philosophique de Rousseau, et rêvant surtout d'un destin national... en Corse, aux côtés du chef nationaliste Pascal Paoli.

La prise de la Bastille et les débuts de la Révolution l'indiffèrent. Obtenant de longues permissions en Corse, auprès de sa famille, il se fait élire lieutenant-colonel de la garde nationale d'Ajaccio et devient une sommité insulaire. Il en vient à se brouiller avec Paoli et doit s'exiler en juin 1793 sur le continent avec toute sa famille.

Désormais, faute de pouvoir faire autrement, c'est en France qu'il tracera sa voie. Rallié aux Jacobins et ami du jeune frère de Robespierre, il commande l'artillerie au siège de Toulon, insurgée contre le pouvoir central.

Son action décisive dans la prise de la ville le 19 décembre 1793 lui vaut d'accéder trois jours plus tard au grade de général de brigade. Il a 24 ans, un âge qui n'a rien d'atypique pour une promotion de cette sorte en cette époque tourmentée.

Le plus pénible reste à venir. L'année suivante, la chute de Robespierre le compromet aux yeux des nouveaux gouvernants. Privé de son grade et même un moment emprisonné, il vit dans une demi-misère avec sa nombreuse famille à charge.

Au bout du rouleau, il a toutefois la présence d'esprit de refuser une réintégration dans l'armée pour aller combattre les insurgés vendéens et envisage un moment d'aller se mettre au service du sultan ottoman ! Il est sauvé par ses amitiés avec le Directeur Barras. Ce dernier fait appel à lui pour réprimer l'émeute royaliste du 13 Vendémiaire An IV (5 octobre 1795). L'artilleur s'acquitte consciencieusement de la tâche en faisant mitrailler les insurgés sur les marches de l'église Saint-Roch.

Cela lui vaut une élévation au grade de général de division et le commandement de l'armée de l'intérieur... Ses condisciples officiers lui attribuent le sobriquet méprisant de « général Vendémiaire ». On l'oubliera vite...

Devenu un intime de Barras, le général rencontre la séduisante et influente Rose Marie-Josèphe Tascher de la Pagerie, veuve du général de Beauharnais, guillotiné sous la Révolution. De six ans plus âgée que lui et déjà mère de deux enfants, Eugène et Hortense (future mère de Napoléon III), elle est aussi la maîtresse de Barras.

Amoureux fou de celle qu'il appelle Joséphine (pour n'avoir pas, dit-on, à prononcer le prénom usité par ses précédents amants), Napoléon lui demande sa main. Il l'épouse sans formalités le 9 mars 1796... et quelques jours plus tard, part pour l'armée d'Italie dont il a reçu le commandement en bonne partie grâce à l'entregent de son épouse. Rien ne l'arrêtera plus dans sa prodigieuse ascension jusqu'au sacre du 2 décembre 1804.

Publié ou mis à jour le : 2019-10-22 07:16:27

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net