10 février 1763

La France renonce à Québec par le traité de Paris

Le 10 février 1763, le traité de Paris met fin à la guerre de Sept Ans entre la France et l'Angleterre, la première étant alliée à l'Espagne et la seconde au Portugal. Ce traité sanctionne l'affaiblissement de la marine française au XVIIIe siècle et la fin du premier empire colonial français.

La monarchie française concède à sa rivale la domination des mers. Elle se résigne à la perte des Indes (sauf quelques comptoirs commerciaux) et de la Nouvelle-France, sa seule colonie de peuplement. Elle conserve toutefois ses colonies de plantation des Antilles, fondées sur la traite négrière, et en particulier Saint-Domingue. Cette pépite de sang et de larmes console les élites parisiennes de la perte des « arpents de neige » canadiens.

Cinq jours plus tard, le 15 février 1763, le traité de Hubertsbourg entre la Prusse et l'Autriche consacre la domination de la première sur l'Europe germanique... 

Camille Vignolle

La France évincée de l'outre-mer

Le traité est négocié au nom du roi Louis XV par le Premier ministre, le duc Étienne de Choiseul. Il se solde par la quasi-disparition du premier empire colonial français.

 Perte de la Nouvelle-France

La présence française en Amérique du Nord avait commencé de se racornir avec le traité d'Utrecht de 1713 et la cession de l'Acadie à l'Angleterre ; cette colonie nord-américaine allait plus tard donner naissance aux provinces de Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. Lors du traité d'Utrecht, la France avait perdu aussi ses bases de pêche de Terre-Neuve et les territoires de la baie d'Hudson, très riches en fourrures, malgré les exploits réalisés par le Canadien Pierre Le Moyne d'Iberville et ses frères pour conserver ces territoires à la France.

La ville de Québec en 1700. Agrandissement : eprésentation romancée de la ville de Québec en 1720, Société historique de Québec.Avec le traité de Paris de 1763, la France cède cette fois à son ennemie la Nouvelle-France, principale implantation française en Amérique du Nord. Le roi George III la débaptise par la Proclamation royale du 7 octobre 1763 et elle devient officiellement « The Province of Quebec ». La France ne conserve dans le golfe du Saint-Laurent que le petit archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, dédié à la pêche à la morue.

Le sacrifice de Montcalm devant la ville de Québec est passé par pertes et profits.

– Perte de la Louisiane

Un an avant le traité de Paris, la France avait secrètement cédé à l'Espagne la Louisiane occidentale, c'est-à-dire la rive droite du Mississippi (jusqu'aux Montagnes Rocheuses) ainsi que La Nouvelle-Orléans. Il s'agissait pour Paris d'offrir une compensation à son alliée malencontreusement entraînée dans la guerre de Sept Ans.

Par le traité de Paris, la France cède à l'Angleterre ce qui lui reste de la Louisiane, autrement dit la rive gauche du Mississippi. Elle ne conserve plus dès lors en Amérique du nord que le petit archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Notons que l'Espagne restituera la Louisiane occidentale à la France en 1800. Trois ans plus tard, ce vaste territoire fera l'objet du « Louisiana Purchase » entre Napoléon Bonaparte et Thomas Jefferson. Il est maintenant recouvert par treize États des États-Unis.

– Les Indes orientales

Aux Indes, la France cède à l'Angleterre la quasi-totalité de ses possessions. Elle conserve tout juste cinq comptoirs qui feront rêver des générations d'écoliers : Pondichéry, Chandernagor, Yanaon, Karikal et Mahé. Triste épilogue de la brillante entreprise diplomatique de Dupleix.

– Îles et comptoirs

La France récupère Belle-Île ainsi que la Martinique, la Guadeloupe et ses comptoirs d'Afrique (Saint-Louis du Sénégal, Fort-Dauphin de Madagascar...).

Elle conserve surtout Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti). C'est la seule colonie à laquelle tiennent les bourgeois de l'époque, y compris les « philosophes », en raison des riches plantations de sucre où travaillent les esclaves (l'île deviendra indépendante 40 ans plus tard).

Commentaires hasardeux

À propos du traité, Voltaire écrit au ministre Choiseul : « Je suis comme le public : j'aime mieux la paix que le Canada et je crois que la France peut être heureuse sans Québec ». Avec beaucoup de mépris et bien peu de clairvoyance, l'illustre « philosophe » évoquera plus tard dans Candide ces « quelques arpents de neige vers le Canada ».

Le ministre, qui devait s'illustrer par la suite en achetant la Corse, affiche une opinion similaire et pense « ...qu'une colonie ne vaut que pour le gain qu'elle procure à la métropole ».

Jean-Jacques Rousseau, quant à lui, écrit dans une lettre adressée à son ami Diderot : « Il est regrettable que nous n'ayons pu continuer de vivre en communauté avec ces sauvages, car sans doute nous eussent-ils enseigné ces vertus que j'ai vainement recherchées auprès de ceux que les conventions et l'usage me contraignent de nommer des hommes civilisés. »

Le traité de Hubertsbourg

Le 15 février 1763, c'est au tour de la Prusse et de l'Autriche de signer la paix à Hubertsbourg, en Saxe. Le traité reconnaît au roi de Prusse Frédéric II la possession définitive de la Silésie (cela en violation de toutes les règles antérieures de la diplomatie européenne, le roi n'ayant aucun droit dynastique sur la province).

À l'issue de la guerre de Sept Ans, dont on peut dire qu'elle est la première guerre mondiale car elle s'est déroulée sur tous les continents, la Prusse devient ainsi le principal État allemand et l'Angleterre la première puissance coloniale. Les traités de 1763 dessinent pour un siècle et demi le paysage de l'Europe.

Publié ou mis à jour le : 2024-02-16 14:02:20

Voir les 5 commentaires sur cet article

Yves Petit (14-02-2024 19:21:40)

La France a tout simplement manqué de vision dans sa colonisation de l'Amérique du Nord. La France étant l'état le plus peuplé d'Europe aurait pu facilement envoyer des dizaines de milliers de paysans... Lire la suite

Liger (10-02-2023 19:28:37)

La guerre de course est la guerre du pauvre, globalement inefficace, pratiquée par les pays ne disposant pas d'une vraie marine, comme la France entre 1789 et 1815 ou l'Allemagne pendant la Second... Lire la suite

Pierre (11-02-2022 01:09:31)

La prise de Québec a peut-être eu beaucoup d’impact sur la suite des choses. Si Montcalm avait att3ndu Bougainvillée, il aurait écrasé les Anglais qui s’étaient peinturés dans le co8n, adossés à la fa... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net