25 août 1718 - Fondation de La Nouvelle-Orléans - Herodote.net

25 août 1718

Fondation de La Nouvelle-Orléans

 Le 25 août 1718, le gouverneur de la Louisiane, Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville, fonde un comptoir sur une courbe du Mississippi, entre le delta et le lac Pontchartrain qui le borde sur sa gauche. Il est baptisé La Nouvelle-Orléans en l'honneur du duc Philippe d'Orléans qui gouverne alors la France en qualité de Régent.

Le gouverneur aspire de la sorte à contrôler le trafic de tout le bassin du Mississippi, jusqu'aux Grands Lacs. Comme le nouvel établissement est séparé de l'océan par le delta sauvage, ses mangroves et ses bayous (une déformation de « boyau » qui désigne un ancien bras du delta), c'est par le portage entre le fleuve et le lac Pontchartrain, via le bayou Saint-Jean que sera assuré l'accès au golfe du Mexique et au-delà à l'Europe.

Un défi urbain

Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville (Montréal, 23 février 1680 ; Paris, 7 mars 1767)Né à Montréal, le fondateur de la ville est le fils d'un aubergiste de Dieppe, Charles Le Moyne, qui a très vite fait de sa famille l'une des plus riches de Montréal.

L'un de ses autres fils, Pierre Le Moyne d'Iberville, se fera connaître comme corsaire et explorateur. Il deviendra le premier gouverneur de la Louisiane avant de laisser la fonction à son frère en 1702.

Bienville lui-même a beaucoup bourlingué. Il a aussi vécu au milieu des Indiens Mobile du Mississippi dont il a appris la langue, ce qui l'amènera à écrire en 1708, non sans exagération : « Les sauvages aiment naturellement les Français et ne s’attachent aux Anglais que par nécessité et intérêt ».

Le Sieur de Bienville va gouverner la Louisiane pendant une quarantaine d'années presque sans interruption avant de se retirer à Paris.

Il confie à l'ingénieur Adrien de Pauger le plan d'urbanisme de la Nouvelle-Orléans. Celui-ci trace le plan en damier de la future cité dans la courbe du fleuve. Sous le nom de « Vieux Carré », c'est aujourd'hui le centre historique de la ville.

Le site, au milieu de marais tropicaux, n'en est pas moins incommode et même rebutant. Craignant à juste titre les fièvres, les Européens y regardent à deux fois avant de s'y installer. La Nouvelle-Orléans est aussi construite en-dessous du niveau de la mer et ses habitants doivent lutter en permanence contre les crues du fleuve et les ouragans tropicaux. Le dernier en date, Katrina (2005), a ravagé une grande partie de la métropole et contraint à la fuite une partie de ses habitants.

La Nouvelle-Orléans n'est dans ses premières années d'existence qu'un regroupement de cahutes en bois bien décrit par l'abbé Prévost dans Manon Lescaut. Elle accueille des militaires, des trafiquants, des engagés et également des esclaves africains.

Publié ou mis à jour le : 2019-08-23 17:35:19

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net